Fil info
20:08La mort de Poupou... Un choc. On le croyait immortel... Grâce à , j'avais pu recueillir de nombreux témoi… https://t.co/DXXy23JzAW
13:39 Dans les années 60, Poulidor alors qu'il faisait le tour de France, a tenu une chr… https://t.co/NVmEigVJQu
13:28Une photo qui aurait passé dans l' si... L', , le va de deuil en deuil... S… https://t.co/AK8PrMSdXj
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I

Ne pas tomber dans la facilité

Les handballeurs français entament la défense de leur couronne européenne par un match facile en apparence contre la Macédoine, aujourd’hui (18h00) à Cracovie (sud de la Pologne) où ils devront toutefois se prémunir contre tout excès de confiance.

Jamais mieux classée que cinquième (Euro-2012), la sélection des Balkans ne pèse pas lourd sur le papier face aux Bleus qui collectionnent tous les trophées internationaux et se sont toujours imposées contre elle (en trois rencontres).
Les deux dernières fois, c'était au printemps lors de la campagne des qualifications. Si la France avait maîtrisé le match retour à domicile (35-24), la victoire à Skopje, devant quelque 6.800 supporters macédoniens en transe, avait été bien plus difficile à obtenir (27-25).
« Lors d'un Euro, il n'y a pas de premier match facile, prévient le sélectionneur Claude Onesta. Des équipes comme la Macédoine savent pertinemment que si elles veulent faire des exploits, cela doit être lors des deux premiers matches. Elle va jouer le coup à fond. »
L'équipe balkanique n'en reste pas moins limitée. Encore très dépendante des performances de sa star, l'arrière droit barcelonais Kiril Lazarov, meilleur buteur du Mondial-2009 et de l'Euro-2012, elle est loin de disposer de la même profondeur de banc que la France.
Le groupe, collectivement, a néanmoins progressé depuis l'arrivée en 2013 du coach croate Ivica Obrvan, parallèlement entraîneur de Chambéry. Le fait de disposer d'un club majeur en Ligue des champions, le Vardar Skopje, a aussi contribué à la progression de la Macédoine avec l'émergence de joueurs comme le pivot Stojanche Stoilov et l'ailier gauche Dejan Manaskov.
« Notre poule est très difficile, souligne ce dernier. Mais nous pouvions nous qualifier. Je suis confiant. On est capable de réaliser un exploit. Pourquoi pas contre la France ? »
Une victoire des Macédoniens dans la magnifique Tauron Arena (15.000 places) serait une énorme surprise d'autant que les Bleus, malgré les multiples forfaits sur la base arrière (Accambray, Grébille, Fernandez entre autres) peuvent encore compter sur un effectif de très haut niveau.
Et les pépins de Valentin Porte (genou) et Michaël Guigou (adducteurs) ne représentent rien de grave aux dires de Claude Onesta : « Tout est rassurant. Nous pouvons compter sur une équipe complètement disponible. Tout le monde s'entraîne normalement sans restriction. »