Fil info
06:24 Le Conseil Départemental de la Corrèze a mis le paquet d’entrée pour couvrir tout son territoire!
00:36Ce chat a pris l'habitude de lire le journal. L' pourrait faire un effort... https://t.co/SNgBZRz4N5
23:21Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/twYxAdSsmO via
22:39Super article de l', comme bien souvent d'ailleurs ! 🛫🎤🎶😎 https://t.co/GGQgIFPZOA
21:42Région : La crème de la race vers Paris. La sélection des animaux a eu lieu à https://t.co/BY18DwRcX7
21:20Région : La crème de la race vers Paris -> https://t.co/ABaltULCRS
20:10Périgueux : Des voeux à deux voix dissonantes -> https://t.co/eVILAE0fMt
18:33Châteauroux : Visite nocturne au conservatoire -> https://t.co/yrBYgC9N6s
18:32Indre : Maintien des vols vers Ajaccio, Nice et Londres -> https://t.co/l4YZu0z5b1
18:27RT : Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:27RT : Un député qui vote contre son propre amendement, une députée qui signe une tribune pour l’interdiction du… https://t.co/oEyzH77riA
18:09 Allez courage..
18:07Arnac-Pompadour : La fleur de «selle» récompensée -> https://t.co/an1e1Mle37
18:03Dordogne : « Le capitalisme est un ogre insatiable » -> https://t.co/jEjjS0J7tf
17:57Dordogne : Après l’incendie, le laboratoire se reconstruit petit à petit -> https://t.co/okrcmV2bG1
17:12Après Clandestino en 2017, le festival Check In Party réinvestira cet été l’aérodrome de Saint-Laurent pour trois j… https://t.co/vJ6vQ9fGVU
16:43Le Blanc : Le pôle dentisterie de l’hôpital étoffe son offre de soins -> https://t.co/MnW36zw1eN
16:42Carsac-Aillac : Un pôle médical en projet -> https://t.co/kphknlfHHW
16:42Argenton-sur-Creuse : Deux événements d’importance à l’agenda du Moto-Club -> https://t.co/yt4PY9EeA4
16:41Aigurande : Bingo géant in english please ! -> https://t.co/HWyBVeusx6
16:39Dordogne : La Maison de l’emploi privée de ses emplois ? -> https://t.co/mwQ5m9fRbm
16:35Indre : Les rendez-vous sportifs du week-end -> https://t.co/ReGaTxOnnM
16:04Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! | L'Echo https://t.co/naFx0Ks6L1 via
15:57Corrèze : La fibre optique : c'est parti ! -> https://t.co/54JYA9EfjU
15:45Périgueux : Un nouveau trimestre aux accents éclectiques au Sans Réserve -> https://t.co/SBjZX1QGZT
15:44Périgueux : Concertation avec le personnel -> https://t.co/4PiDGj375E
15:38RT : Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
15:32Atelier chant avec une centaine de jeunes d' à l' Sophie Dessus avec et le… https://t.co/HiPInEJgs0
13:07RT : Colloque de l’incubateur de Limoges. Une salle attentive. Des interventions de qualité. Après Me Marie Golfier-Rouy… https://t.co/nGJfoZJ2CR

Le temps des célébrations avec l'Euro-2018 en tête

Championnes du monde ! Médaille d'or au cou, les handballeuses ont été accueillies par une belle cohue à leur retour en France hier en fin de matinée

Derrière leur capitaine Siraba Dembélé brandissant la Coupe, les Françaises ont franchi la porte du terminal F de l'aéroport de Roissy où elles ont été accueillies par une poignée de supporters, de nombreux photographes et caméras et un drapeau bleu-blanc-rouge barré d'un « merci ».
« On a très peu dormi, a raconté Siraba Dembelé. On ne réalise pas encore, mais on est vraiment très heureuses de voir tout ce monde qui est venu nous attendre et nous féliciter ».
« On est parties depuis le 21 novembre. Dans l'équipe, il y a des mamans. Et là, on revient avec une breloque, c'est le plus beau des cadeaux é, a souligné Béatrice Edwige.
Médaille d'or mondiale au cou, elles ont posé pour les nombreux photographes et caméramen présents.
Elles se sont ensuite engouffrées dans un autobus en direction de la capitale, pour poursuivre les célébrations de leur titre. Elles ont notamment étté reçues par Emmanuel Macron à l'Elysée en début de soirée.
« Tout le monde
voudra qu'on gagne »
Cet hommage officiel permet au handball féminin français de se projeter déjà vers l'Euro-2018.
Cinq villes accueilleront le tournoi du 29 novembre au 16 décembre: Nancy, site des premiers matches des nouvelles médaillées d'or, Nantes, où elles disputeront le tour principal, Brest, Montbéliard et Paris. Les demi-finales et la finale se tiendront à Bercy et tout le monde espère bien sûr voir les Bleues décrocher un nouveau titre.
Il sera d'autant plus alléchant qu'il sera accompagné d'un billet direct pour les jeux Olympiques de Tokyo en 2020, gage d'une préparation dans la sérénité.
C'est la rançon du succès : les attentes seront très élevées. « Championnes du monde ou pas, un Euro à la maison, c'est de la pression. Tout le monde voudra qu'on gagne, et maintenant encore plus ! », reconnaît Siraba Dembélé.
Pour le sélectionneur Olivier Krumbholz, il s'agira de « gérer intelligemment le succès, de gagner en confiance tout en gardant l'humilité et de continuer à travailler ». « Parce que l'Euro sera très dur », prévenait-il déjà quelques minutes après la victoire sur la Norvège (23-21), à Hambourg.
Les perspectives sont bonnes car l'équipe n'est pas vieille. Aucune joueuse n'a prévu de prendre sa retraite, surtout pas la capitaine Siraba Dembélé. « Quand tu vois la moyenne d'âge, tu n'as pas du tout envie d'arrêter. J'en veux encore plus. Je veux continuer tant que je pourrai courir », dit l'ailière, une des plus âgées, à seulement 31 ans.
La confiance au zénith
De jeunes joueuses ont commencé à mettre le nez à la fenêtre pendant le Mondial et pourraient prendre une place prépondérante dès l'année prochaine. C'est le cas d'Orlane Kanor, 20 ans, qui a montré un culot monstre pour marquer deux buts cruciaux en finale.
Il y a aussi Kalidiatou Niakaté (22 ans), qui a fait de belles choses au Mondial, Jannela Blonbou (19 ans), qui était en Allemagne mais n'a pas joué, et peut-être d'autres qui sortiront de l'équipe championne d'Europe juniors l'été dernier.
La victoire a porté la confiance des Bleues à un niveau inégalé, d'autant qu'elle a été remportée, avec la manière, sur la Norvège, la grande nation du handball féminin qui battait tout le temps la France.
« Avoir prouvé qu'on pouvait battre la Norvège, ça fait du bien à l'ego et ça va nous faire passer un cap, nous ouvrir à plein de choses. ça nous fait un bien fou psychologiquement. On n'aura plus peur. Elles commenceront, elles, à avoir un peu peur et ça va les calmer un peu aussi », a dit la demi-centre Estelle Nzé-Minko, comme si elle anticipait un nouveau choc avec les Scandinaves.
Pourtant, Siraba Dembélé en est convaincue, il y a encore de la place pour progresser. « Ce qui me donne de l'espoir et de l'enthousiasme c'est que, même si on est championne du monde, on peut jouer encore beaucoup mieux. On est à 65 ou 70 % de ce qu'on peut faire. En défense, il n'y a rien à dire, je pense qu'on est les meilleures du monde. Par contre en attaque on peut s'améliorer ».
Au-delà de 2018, Krumbholz est persuadé que la France continuera à compter dans le hand féminin. « Même si on sera peut-être un peu tendu sur un ou deux postes dans les deux ou trois ans à venir, on gardera une équipe très solide. On lancera un grand plan pour préparer les JO-2024 à Paris qui seront la compétition du siècle », dit-il.