Fil info
01:03 Si etre contre la cruauté, c'est être anti-… https://t.co/q8wyZnVYSr
23:09International : Le viaduc de Gênes : symbole d’un pays affaibli -> https://t.co/G89U377saB
23:07France : Un Canadien à la tête d’Air France : colère des syndicats -> https://t.co/gCNhzy71US
21:25 Je voudrais que l’on m’explique s’ils sont… https://t.co/99eUGwtY0Z
21:09Région : La solitude au bout du fil -> https://t.co/sZhf7rzJsm
20:33 100% d'accord, ces raccourcis permanents co… https://t.co/wo4FeBwsc0
19:46Nos camarades de nous ont retrouvés sur ! https://t.co/ubEAzTzxBw
19:30Région : C’était Radio Luttes... -> https://t.co/xu5y3szMrM
18:31 THESE HELPLESS, INTELLIGENT, INNOCENT BEING… https://t.co/tq79xXr3BU
18:28 C'est criminel pour ces animaux qui ne verr… https://t.co/dVuJDYXz8Q
18:10 L. Inacceptable !! la souffrance de ces an… https://t.co/wuQZ6Ct9SQ
17:59 Je ne supporte plus cette souffrance animale ! Il faut arrêter ça !
17:53Indre : [intégral) Dans la peau d’un guerrier viking -> https://t.co/LYDOC4k0zU
17:53Indre : Les Beaux Yeux exposent au Moulin Lasnier -> https://t.co/5AKhUOMm1j
17:43Eyliac : Hommage aux maquisards tombés à La Roquette -> https://t.co/O6BTJ8HMvl
17:43 C'est quoi la définition de l'inacceptable ?
17:33Dordogne : Beynac divise toujours plus -> https://t.co/yltZI9AQwg
17:31Dordogne : Une cinquantaine de communes reconnues en état de catastrophe naturelle -> https://t.co/6E4cmykmjE
16:36Sarlat-la-Canéda : Des artistes aux commandes -> https://t.co/nbbqHnRaXg
15:39Issoudun : La Rabouilleuse a nettoyé le site de sa loge, l'âme en peine -> https://t.co/TthlCHu5rg
12:58 bravo a vous car c'est inadmissible
12:35 Excellente chose 👍 Bravo à vous tous pour… https://t.co/DksadP6YzP
11:26 Merci à vous d'être intervenu.

Cédric Sorhaindo sort de l'ombre

Après la retraite internationale du monument Thierry Omeyer, les Bleus devaient se trouver un nouveau capitaine. Le choix le plus évident pour succéder au gardien aurait sans doute été la star de l'équipe Nikola Karabatic, de par son expérience, son leadership et sa notoriété. Mais le sélectionneur Didier Dinart a préféré choisir le pivot de Barcelone Cédric Sorhaindo à la personnalité plus réservée.
« Je ne pensais pas avoir le brassard, mais j'assume mes responsabilités. J'apprends à découvrir le rôle », explique Sorhaindo, qui dispute actuellement l'Euro avec les Bleus.
Arrivé en équipe de France sur la pointe des pieds en 2005, le Martiniquais au physique imposant (1,92 m, 110 kg) décroche son premier titre dans un compétition internationale quatre ans plus tard, lors du Mondial en Croatie.
Neuf ans après, de retour en Croatie pour l'Euro, il est devenu l'un des joueurs les plus expérimentés de l'équipe, alors qu'il était loin d'être prédestiné à une carrière de sportif de niveau.
« Joueur exemplaire »
Né avec des tibias tordus, un handicap qu'il l'empêchait de courir, « Tchouf » subit plusieurs opérations dès l'âge de 3 ans puis à nouveau à 17 ans.
A 33 ans, le voilà désormais taulier de l'équipe de France (194 sélections). Quadruple champion du monde, double champion d'Europe et champion olympique, il se trouve aujourd'hui dans une position de cadre dans un groupe renouvelé avec les arrivées de nombreux jeunes, comme Dika Mem (20 ans), Nedim Remili (22 ans) ou encore Romain Lagarde (20 ans).
« Quand on choisit un capitaine, c'est parce qu'on estime que c'est la personne appropriée. Cédric est un joueur qui est exemplaire de manière générale et qui suit la philosophie de l'équipe en accompagnant les jeunes », déclare son sélectionneur Didier Dinart.
« J'étais un peu crispé avant le début de la compète et il m'a dit +te prends pas la tête, joue comme tu sais faire+ », raconte le novice Nicolas Tournat, qui occupe comme Sorhaindo le poste de pivot. « C'est vraiment super, on se sent intégré. »
Comme sur le terrain où il se met au service de ses partenaires, Sorhaindo a toujours préféré rester dans l'ombre. Mais son nouveau rôle l'oblige aussi à forcer sa nature pour entrer dans la lumière médiatique.
« Un peu caché »
« C'est nouveau pour lui d'être sur le devant de la scène. Il a toujours été un peu en retrait, un peu caché », raconte Nikola Karabatic, dont il est très proche et avec lequel il partage les responsabilités.
Convoqué en conférence de presse, obligé de s'arrêter en zone mixte après les matches, Sorhaindo se prête peu à peu au jeu. « Je ne parlais quasiment pas avec les médias avant donc je dois me faire violence », concède-t-il.
« Je reste comme j'ai toujours été, ça a toujours été un trait de mon caractère. Mais je dois faire des efforts pour m'impliquer, comme je m'implique sur le plan sportif. Je vais essayer de maîtriser certaines choses pour être fier de moi et pour que l'équipe se sente bien représentée », affirme-t-il.
Et il semblerait que ce grand timide commence à apprécier l'exercice : « Avant, ça aurait pu être un problème, maintenant non. Il y a des gens qui me soutiennent, qui ont envie de savoir aussi qui je suis, pas que sur le plan sportif, donc je dois laisser parler ma personnalité. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.