Les salariés de Starplast dénoncent le licenciement abusif d’un collègue

Mobilisation

Hier matin, les salariés de l’entreprise de thermoformage plastique Starplast, sise à Ester Technopole, ont débrayé pour protester contre une procédure de licenciement pour faute grave, à l’encontre d’un de leurs collègues, qu’ils jugent abusive.

Le responsable magasinier s’est vu remettre sa lettre de licenciement  en main propre, le 30 octobre, la direction lui reprochant «des manquements professionnels ayant pour conséquence des répercussions dramatiques pour l’entreprise et les clients.» Des arguments «démesurés» pour les responsables CGT de l’entreprise qui font entendre un tout autre son de cloche : «il n’y a pas eu de manquement de la part de ce salarié, c’est un licenciement abusif.». Leur appel hier aux salariés de l’entreprise à soutenir leur collègue dans cette épreuve a été entendu : 90% du personnel ont débrayé dès 8h en signe de protestation.  «Cela fait un moment que l’ensemble du personnel est en désaccord avec la direction, il y a déjà eu un licenciement il y a quelques mois de cela pour des faits minimes, ainsi qu’une rupture de contrat en cours à l’encontre d’une autre collègue que nous jugeons inadmissible. Aujourd’hui le vase déborde, et nous sommes d’autant plus indignés qu’une offre d’emploi est déjà à pourvoir sur ce poste sans qu’aucune décision n’ait été entérinée» explique Nicolas Paquet, délégué CGT de l’entreprise. Sans réponse de la direction à leur demande de table ronde et d’arrêt immédiat des sanctions à l’encontre du salarié visé, les grévistes ont décidé de reconduire le débrayage mardi prochain. Tout en précisant «si sanction il y a» ils assisteront leur collègue «dans ses démarches pour faire valoir ses droits».

I.H.

Nike Air Max Lebron