Fil info
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT

52 combattants à réhabiliter sur les monuments aux morts

PRESSIGNAC

Une présentation à la population ainsi qu’aux municipalités concernées par les travaux finalisés pour la « Réhabilitation des combattants 14-18 Morts pour la France non inscrits sur les Monuments aux Morts », se tiendra à la salle des fêtes de Pressignac le mercredi 9 novembre de 14h à 18h. Déjà en 2014, dans le cadre de la commémoration du centenaire de la guerre 1914-1918, l’association comité des usagers du Territoire de la Météorite avait réalisé une exposition du 8 au 16 novembre à Pressignac où près de 3 500 combattants de 19 communes avaient été mis à  l’honneur, dont 1 200, qui avaient péri aux combats, 62 panneaux avaient été réalisés où les combattants de ces communes étaient présentés et honorés. Ce projet avait fait l’objet d’une labellisation au niveau national par la mission centenaire.

Le deuxième projet

Sur ces 1 200 combattants ayant péri aux combats ou pendant la durée de la guerre, 272 ne figuraient pas, à priori, sur un monument aux morts. Une recherche approfondie a donc été conduite, des dossiers constitués pour conclure que 52 combattants, de 23 communes, morts pour la France, ne figuraient pas sur un monument aux morts de leur lieu de naissance, leur lieu de vie ou leur lieu d’inhumation lorsque celui-ci a pu être établi.
Pourtant précisent José Délias et Jean-Pierre Poursac, l’article 2 de la loi 2012-273 du 28 février 2012 indique que lorsque « la mention Mort pour la France a été portée sur son acte de décès dans les conditions prévues à l’article L. 488 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre, l’inscription du nom du défunt sur le monument aux morts de sa commune de naissance ou de dernière domiciliation ou sur une stèle placée dans l’environnement immédiat de ce monument est obligatoire.» Ce second projet a également fait l’objet d’une labellisation au niveau national par la mission centenaire, seule labellisation 2016 hors scolaire, pour le département de la Charente.
Le programme du mercredi 9 novembre
A 16h, José Délias, historien local, tiendra conférence pour expliquer l’application de la loi 2012-273 du 28 février 2012 ainsi que la conduite des travaux réalisés. Patrick Rullac, directeur de l’Office départemental des anciens combattants et victimes de guerre de la Charente participera à cette manifestation.

Commentaires

Bonsoir, votre recherche m'intéresse dans le cadre de mon travail généalogique. Mon grand-Père SOURY Henry né le 15/09/1882 à Pressignac dcd 25/11/1914 à Jonchery (Marne)faisant parti des victimes de 14/18. Je me tiens à votre disposition pour échange et éventuellement participation à vos manifestations ou achat de documentation. Bien cordialement Claude SOURY MAIL: fontellesoury@wanadoo.fr

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.