Fil info
18:50Indre : Changer le regard sur Alzheimer pour mieux comprendre -> https://t.co/beuifJVFP1
18:49Châteauroux : [intégral] Adam et Eve entrent en scène -> https://t.co/B5pzdszS5h
18:33Périgueux : La cérémonie des pauvres -> https://t.co/NUQzzRvMDQ
18:311er match du les en grève sont présents pour les soutenir ! https://t.co/gJJ48CCFrq
18:31Périgueux : La suppression du Tode sera-t-elle la fin des saisonniers ? -> https://t.co/zN4kWBFT0Q
18:28Périgueux : Une association, pas une entreprise -> https://t.co/y9lpcQ63nn
18:25Périgueux : La santé, les impôts, les énergies renouvelables -> https://t.co/hYpZRJJd69
17:48Conseil municipal de Guéret : la vidéosurveillance un premier débat avant d'autres https://t.co/wqZxsvgOnE https://t.co/wqZxsvgOnE
16:50Bergerac : Les ordures au menu du conseil d’agglo de rentrée -> https://t.co/Tf4tQjepMZ
16:45Soulac-sur-mer : le désamiantage du Signal va pouvoir commencer - France 3 Nouvelle-Aquitaine https://t.co/l7KcQqjZPn
16:31RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
16:25Le Pont-Chrétien-Chabenet : Être Pontcabanois rassemble 90 convives -> https://t.co/oZQnZ4C2cI
16:21 Si à vous découvrez cette taxe cela fait longtem… https://t.co/mVTNsIBN8q
16:10 Partenariat public-privé,ils disent.
16:00RT : Parking payant à Hospital de , ce nouveau recul de l’accès aux soins pour tous est inacceptable.https://t.co/10plAr9IBr
15:26Périgueux : Un nouvel écrin pour la Vélorution -> https://t.co/4FNeOX5VBg
15:23Marsac-sur-l'Isle : Le cirque Falck pose sa piste aux étoiles au parc des expos -> https://t.co/t09m7UI5qs
12:56RT : L’Histoire retiendra qu’un continent de 500 millions d’habitants a regardé ses pieds lorsque 58 naufragés frappèren… https://t.co/abxWhFhYop
12:55RT : L' est le dernier bateau à secourir les migrant.e.s naufragé.e.s en Méditerranée. Et on veut l'en empêcher… https://t.co/dKpRGX6ur3

Allô l’espace ? Ici Saint-Sylvestre

Les élèves de l’école de Saint-Sylvestre ont préparé avec beaucoup de sérieux et attendu avec impatience ce jour exceptionnel où ils allaient pouvoir parler en direct avec l’astronaute Thomas Pasquet.

C’était un moment à ne pas rater, un de ceux que l’on vit une fois dans sa vie. Et les enfants de l’école Nelson-Mandela de Saint-Sylvestre l’ont bien compris.
En ces vacances de Noël, c’est avec plaisir que les élèves de CM1 et CM2 ont retrouvé leur institutrice Bérangère Ducastelle, accompagnés de leurs parents ou grands-parents. Et si l’excitation se fait sentir, ce n’est pas seulement parce que le Père Noël ne devrait plus trop tarder à arriver, mais parce que les enfants vont être mis en contact avec l’espace. à 450 kilomètres au dessus de leur tête se trouve en effet Thomas Pesquet, entré le 19 novembre dernier dans la Station Spatiale Internationale (ISS) aux côtés du Biélorusse Oleg Novitsky et de l’Américaine Peggy Whiston. Ingénieur aéronautique de formation, il est le dixième français à rejoindre l’espace, et le dernier en date après Léopold Eyharts en 2008.
Les écoliers de Saint-Sylvestre le connaissent bien, lui et sa mission baptisée Proxima en hommage à l’étoile la plus proche du soleil, puisqu’ils ont déjà pu lui envoyer toute une série de questions l’an dernier auxquelles Thomas Pesquet a répondu par vidéo. Mais cette fois-ci, c’est en direct qu’ils ont pu poser leurs questions à l’astronaute. Programmé à 14h46, l’échange débutera deux minutes en retard. Il faut dire que connecter à l’espace ce petit village situé au milieu des collines nécessite quelques moyens techniques. Plusieurs membres du club radioamateur scientifique de la Haute-Vienne engagés dans le programme Amateur Radio on the International Station Space étaient là pour rendre la liaison possible. Les ondes sont déployées vers une station italienne qui fera le relai vers l’espace, sous le contrôle de la NASA de Houston.
On ne voit pas Thomas Pesquet mais on l’entend. Il salue Saint-Sylvestre, avant que dix des élèves de CM1 et CM2 ne se succèdent au micro pour lui poser leurs questions. Qu’est-ce que tu as ressenti au moment du décollage ? Ce que tu vis est-il à la hauteur de tes espérances ? As-tu réalisé une sortie extravéhiculaire ? Qu’est-ce que tu vas manger à Noël ? As-tu apporté ton saxophone ? «C’est inimaginable», répond Thomas Pesquet, qui partagera avec ses compagnons une langue de bœuf, un  poulet au vin jaune et aux morilles, ainsi qu’un pain d’épices aux pommes. Quant au saxophone, il devrait prochainement rejoindre son propriétaire à bord d’une capsule.
Le contact dure une dizaine de minutes, le temps pour les enfants d’inviter l’astronaute à venir les voir lorsqu’il sera de retour sur terre, et se termine par une vague d’applaudissements. Pour les petits comme les grands, l’émotion est immense. «On est fiers que notre petite école puisse faire ça, déclarent émilien et Enzo, 10 ans, les yeux brillants. On s’en rappellera très longtemps... toujours même!».  
«C’est un âge où ils sont curieux de tout, et s’émerveillent surtout quand il s’agit de ciel et d’espace, rapporte Bérangère Ducastelle, la maîtresse, rassurée que tout ait bien fonctionné. Le système solaire et le mouvement de la terre sont des notions au programme du cycle 3 que l’on étudie habituellement le nez dans les livres. Ce projet a permis de leur donner une dimension concrète, et de nous entourer de personnes qui savent vulgariser». C’est elle qui a rédigé un dossier de candidature en anglais et donc permis à l’école Nelson-Mandela de faire partie des 17 établissements français sélectionnés pour une communication spatiale avec Thomas Pesquet.
Par Mégane Lépine

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.