Fil info
16:54Bergerac : Virage à gauche pour des vœux aux accents très politiques -> https://t.co/ABNDiVZAr3
14:20Nouveau succès pour la à la . Petits et grands lecteurs ont investi la bibliothèque jus… https://t.co/QzLAH8mNDd
21:30Tapisseries d'Aubusson ds , 1 des talents artistiques de la Creuse à découvrir dans cet inédit tt à l'h… https://t.co/S0qhYzGUEc
18:59Bergerac : La vague jaune déferle sur Bergerac -> https://t.co/DkO6T3tY3i

Jean-Luc Romero animera une réunion à Limoges le 20 janvier

Droit de mourir dans la dignité

Jean-Luc Romero président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité, auteur du livre «Ma mort m’appartient !» (éditions Michalon) et de «SurVivant – mes 30 ans avec le sida», sera à Limoges le samedi 20 janvier.
A 10h30, il participera à la
réunion organisée par la délégation de l’ADMD pour la Haute-Vienne et par sa déléguée, Nicole Labarre, (salle de la Mutualité, 39, avenue Garibaldi).
«Alors que toujours plus de Françaises et de Français, comme Anne Bert, sont obligés de s’exiler pour mourir dans la dignité et après la promulgation le 2 février 2016 de la proposition de loi Claeys/Leonetti, rédigée en dépit des attentes des Français, il est plus que jamais nécessaire d’offrir aux Français une loi de liberté, une loi du choix, plaçant le patient au cœur de toute décision médicale de fin de vie» déclare l’ADMD. La «nouvelle» loi de sédation, de dénutrition et de déshydratation «n’est rien d’autre qu’un ripolinage consensuel, inhumain et hypocrite de la loi du 22 avril 2005 et du décret du 29 janvier 2010.
Rien d’autre… et surtout pas une loi de liberté puisque la volonté du patient ne sera toujours pas respectée, les directives anticipées ne devenant opposables que sous conditions.»
Jean-Luc Romero-Michel est président de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité (ADMD) depuis juin 2007. Forte aujourd'hui de plus de 70.000
adhérents en France, l'ADMD a été créée en 1980. Elle se bat pour le droit de chacun de décider de sa propre mort à partir du moment où sa dignité lui semble gravement remise en cause.