Fil info
20:50Brive-la-Gaillarde : Ils ont des chapons bien ronds -> https://t.co/Rdbcp7yXFh
20:29Corrèze : Des lanternes vraiment éclairantes ? -> https://t.co/GWu4PM1g5r
19:26 Quels sont les matchs qu'il faut perdre? ;-)
19:25Indre : Le Poinçonnet se sort du piège -> https://t.co/X8iPrtYkY8
19:22Argenton-sur-Creuse : Le Comité de défense de la gare toujours en colère -> https://t.co/17cx454dXi
19:22 Cc .
19:21Châteauroux : Saint-Denis : les habitants ne désarment pas -> https://t.co/140zpPbZ8H
19:21Indre : Acte V : 150 à 200 manifestants dans le froid -> https://t.co/z2o1ekVOlP
19:03Les Gilets jaunes sur la RN145 et au Monteil-au-Vicomte https://t.co/QQb4K4ZdF5
18:59Et un acte V. La détermination des gilets jaunes de la Creuse unie ne faiblit pas. Ils poursuivaient la mobilisati… https://t.co/MOksBVlhkr
18:39Coulounieix-Chamiers : Éco-responsabilité : la Dordogne veut montrer l’exemple -> https://t.co/T0zkgGmhqG
18:13Périgueux : Une boutique pleine de couleurs et de saveurs -> https://t.co/DtJI4a4Iwz
18:12Sarlat-la-Canéda : Des dossiers techniques et divers -> https://t.co/9oKO7Eut2C
18:06 la place du Civoire se fait Agora. Prises de paroles appel à signature pour le référendu… https://t.co/dfl60aFI9B
17:44 dépôt de bougies place du Civoire en mémoire des victimes de l'attentat de Strasbourg et des G… https://t.co/0XFkJ1jGZo
17:21Neuvic : «Je filme le métier qui me plaît» -> https://t.co/q8BgC4x8Gn
17:01 à peine 17h sous la halle Brassens une centaine de personnes se prépare à marcher dans les ru… https://t.co/1efHVajX5Y
17:00Périgueux : Les Gilets jaunes restent mobilisés -> https://t.co/01RuEzIp1S

«Ne pas laisser les affaires du monde au monde des affaires»

Saint-Junien

Près de 200 personnes ont répondu hier à l’appel de la CGT et se sont rassemblées Place Lénine, à Saint-Junien, face au Ciné-Bourse, pour manifester à l’occasion de la fête des travailleurs. Comme l’a rappelé Denis Tabesse, le secrétaire de l’union locale CGT, lors de son intervention, c’est dans un contexte de luttes particulièrement dures qu’a pris place cette journée cette année, 50 ans après la grève générale et le puissant mouvement social de mai 1968. «Macron ose annoncer qu’il va probablement célébrer les 50 ans de mai 68. Il n’a non seulement aucune légitimité pour cela, compte-tenu de sa politique de casse des conquêtes de sociales, de son arrogance et de ses insultes de classe contre ceux qui ne sont rien d’après lui, de ceux qui firent mai 68, mais il est, de façon caricaturale, le symbole chimiquement pur de tout ce que les acteurs du mai 68 ouvrier et étudiant ont combattu : Le capitalisme, le dieu argent, l’impérialisme, la destruction des êtres humains et de leur environnement. Une bataille idéologique sera nécessaire pour briser cette nouvelle tentative d’effacer l’histoire. Qu’en est-il aujourd’hui en mai 2018 ? L’heure est toujours à la convergence des luttes» a-t-il déclaré.
Et les exemples n’ont pas manqué pour étayer le discours du syndicaliste: «Au centre hospitalier de Saint-
Junien, rien ne va plus à ce jour. Toujours aucune réponse sur la menace de fermeture du service cuisine et ses 22 personnes ou sur celui de la blanchisserie, qui emploie 16 équivalents temps plein. Sans parler d’un effectif  notoirement insuffisant, de personnels épuisés, de départs qui ne sont pas remplacés... Le plus inquiétant c’est qu’il n’y a aucun interlocuteur pour écouter cette réalité et pour répondre aux interrogations du personnel !»
Denis Tabesse a ensuite épinglé les mensonges d’Emmanuel Macron pour mieux mettre en exergue la
logique de sa politique. avant de conclure : «Cette domination n’a rien de fatal, tout peut même s’éclairer si les mobilisations prennent de
l’ampleur. Ne laissons pas les affaires du monde aux mains du monde des
affaires. Les dizaines de milliards de cadeaux fiscaux et d'exonérations donnés au patronat depuis des dizaines d’années n’ont créé aucun emploi.
La répartition des richesses par l’augmentation des salaires et la
réduction du temps de travail sont des solutions pour l’amélioration du pouvoir d’achat des actifs et des retraités, tout comme il faut développer l’emploi de qualité en CDI, une industrie et des services publics qui répondent aux
besoins des populations. Le désespoir est dans le renoncement, l’espoir est dans la lutte !» Il a ensuite invité les participants à partager le verre de
l’amitié alors que les luttes ne vont pas manquer dans les jours qui
viennent .