Fil info
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2
14:37Dordogne : Le PCF au cœur des luttes -> https://t.co/H9VcVEashq

«Ceux qui à gauche s’opposent à la politique de Macron doivent proposer une alternative»

La rencontre organisée par les communistes du secteur Monts et Barrages s’est tenue hier à Sainte-Anne-Saint-Priest en présence du député Stéphane Peu. Un temps de partage et un temps politique sous un soleil de plomb.

Journée fraternelle et conviviale, c’est ainsi que les communistes du secteur Monts et Barrages qualifient cette initiative, la troisième du genre. Et c’est toujours la commune de Sainte-Anne-Saint-Priest, son maire Thierry Muzette en tête, qui accueille ce temps politique et de détente.
Cette année, c’est sous un soleil de plomb et une chaleur écrasante que s’est tenu ce rendez-vous auquel était invité Stéphane Peu, député communiste de la Seine-Saint-Denis.
L’exposition consacrée au 75e anniversaire de L’Echo était installée sous un stand aux côtés des éditions de la Veytizou et des associations. L’occasion pour Michel Paquet secrétaire de section de rappeler que au pays Monts et Barrages, la mobilisation a toujours été sans faille pour soutenir notre journal à l’occasion des souscriptions lancées.
Francis Dauliac, premier secrétaire départemental du PCF et Jacquelie Lhomme Léoment, conseillère départementale du canton d’Eymoutiers participaient à cette rencontre.
«Un grand mépris des corps intermédiaires»
Evoquant la première année de pouvoir d’Emmanuel Macron, Stéphane Peu situe d’emblée le contexte. «Il n’y a pas de doute, Macron est l’extraction la plus libérale du quinquennat Hollande. On savait donc à quoi s’attendre : un libéralisme qui accroît les inégalités et augmente la pauvreté. Et tout ça, avec une version politique autoritaire et un grand mépris pour les corps intermédiaires (communes, maires, syndicats, associations, chambres consulaires...), or, c’est ce qui tient la république sociale» affirme Stéphane Peu. Libéralisme et autoritarisme «la conjugaison des deux est très dangereuse» insiste le député.
«Macron centralise et technocratise le pays» abonde le député qui parle de «légitimité faible.»
«Il fait comme si il n’avait pas lu les résultats des élections présidentielles. Or, il a été élu avec 24% des voix et pas sur une adhésion à son programme. Mais lui le lit comme un plébiscite.»
«Libéralisme, autoritarisme et des choix extrêmement droitiers sur tous les sujets», une situation inquiétante pour Stéphane Peu qui fait un parallèle avec le passage au pouvoir en Italie de Matteo Renzi. «Son bilan a conduit les fascistes au pouvoir. Macron mesure-t-il le risque qu’il fait courir au pays?»
Un président qui profite «de l’affaiblissement de toutes les composantes de la gauche.»
La réforme institutionnelle qui arrive en juillet à l’Assemblée nationale n’est pas de nature à rassurer. «C’est un affaiblissement du Parlement avec des députés qui seront de plus en plus hors-sol» commente Stéphane Peu. «Macron, c’est à la fois le président des riches et un libéral décomplexé.»
De l’utilité d’une alternative
Si Macron veut des députés hors-sol, Stéphane Peu rappelle que le groupe communiste à l’Assemblée «est extrêmement ancré dans nos territoires. Il produit un sérieux travail parlementaire, fait des propositions alternatives qui renvoient toujours à des choses concrètes que vivent les gens tant en ville qu’en zone rurale.»
Mais pour lui, il y a une urgence. «On ne peut pas s’opposer à Macron uniquement en faisant des figures de style. Il faut que tous ceux qui s’opposent à sa politique proposent une alternative – sur 95% des lois PCF, FI et Nouvelle gauche votent de la même manière –. On ne peut pas seulement être l’expression de la colère. Il est nécessaire que les convergences exprimées à l’Assemblée nationale amènent à proposer une alternative. Le seul endroit où ces groupes travaillent ensemble c’est à l’Assemblée!»
«Le PS doit faire le bilan Hollande et de ce que ça veut dire du point de vue de sa doctrine ; la France Insoumise est dans une impasse stratégique et malgré les bons scores obtenus à la présidentielle et aux législatives, s’il n’y a aucune stratégie d’alliance, ce sera stérile – si nous étions partis unis aux législatives nous aurions aujour-d’hui beaucoup plus de députés à l’Assemblée ; et le Parti communiste a sa propre réflexion à avoir qui sera débattue lors d’un congrès en octobre. Il faut affirmer notre existence, notre identité et travailler à une stratégie d’alliance majoritaire» ponctue Stéphane Peu.

C.A.