Fil info
21:17Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48Dordogne : Beynac : le Département et la préfecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46Salagnac : De nouveaux réfugiés d’Afrique subsaharienne accueillis à Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28Châteauroux : Les citoyennes se réapproprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01Un médiateur a été désigné pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv… https://t.co/800yeoFWLT
17:05Région : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56Saint-Astier : Double fête pour le lancement de la saison à La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52Sarlat-la-Canéda : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52# # - -Vienne : Un pas vers l’égalité réelle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52Périgueux : Sérieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49Périgueux : Un acheteur annoncé pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45Périgueux : 44 clubs labellisés -> https://t.co/MYcrcRWqlI
15:10RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:08RT : La Région débloque plus de 4 millions d'euros pour aider les victimes des intempéries https://t.co/NTUi0rr4Fx
14:57RT : Le Val de l'Aurence en fête les 22 et 23 septembre - Esplanade et Parc Pavillon du Mas-Jambost https://t.co/ax79ZbnlnB
14:53A20. Fermeture de la bretelle de sortie de l’échangeur n°26 « La Crouzille » dans le sens Province- Paris du 24 au… https://t.co/iSPBHiGxXO
12:57RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:54RT : À Saint-Junien, une salle bondée pour la défense de l'hôpital public. Plus de 300 personnes qui refusent de voir… https://t.co/AakgN8NOJF
12:50RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:50RT : [Thread] Retour à Paris après une soirée à Saint-Junien, à 30 km de Limoges. Avec le Maire, Pierre Allard, nous av… https://t.co/2qOO2kd70Y
11:32Tulle : L’éducation dans la balance ! -> https://t.co/gcxL9UP5XN

La pisciculture en héritage

Situé à Coussac-Bonneval (87), le moulin Authier appartient à la famille Lavaud depuis plus d’un siècle.

épuisette en main, les jeunes visiteurs du jour trépignent d’impatience à l’idée d’attraper quelques poissons dans les bassins. Mais il va falloir attendre, car les explications d’éric Lavaud débutent dans l’ancien moulin. Si ce dernier n’est plus en état de marche, tout le mécanisme qui servait à produire de la farine est encore là.
François Lavaud, l’arrière grand-père d’éric, y travaillait comme meunier dès 1868 et a acheté le moulin au Comte de Bonneval en 1901. à partir de 1907, Louis, le fils de François, a commencé à y produire de l’électricité qui sera distribuée aux habitants de Coussac-Bonneval. Cette concession durera jusqu’en 1950 avant que la nationalisation n’arrive et qu’EDF  ne prenne l’électrification en charge. Dix ans plus tard, un ami pêcheur de truite suggère à Louis l’élevage de la truite en étang. Louis Lavaud commence à vendre ses vaches pour contruire des étangs. La croissance des truites et leur qualité dépassent toutes ses espérances. Celui qui devient l’un des précurseurs de la pisciculture en France fait la tournée des restaurateurs des alentours pour les livrer en truites. Les particuliers sont aussi très demandeurs. Dès 1970, le site du moulin Authier est ouvert aux pêcheurs auxquels le matériel est fourni.
Initiation et dégustation
éric Lavaud et son épouse Isabelle ont pris la relève en 2008 et ont continué sur cette même lancée en ouvrant encore davantage le site aux mordus de pêche avec de l’initiation, de la pêche en no kill, et des mini-concours ouverts à tous. Les pêcheurs confirmés s’installent autour du grand plan d’eau, tandis que les débutants se font la main sur un plus petit, entouré de transats qui invitent à la détente. Au fil des années, le couple rénove les bâtiments pour en faire trois gîtes ainsi qu’une cuisine professionnelle où sont préparés les plats de leur restaurant baptisé «Truites en folie» ouvert tous les week-ends durant la période estivale. Au menu, des petits poissons en friture, une salade de truite gravlax ou encore des écrevisses flambées au cognac... Il est aussi possible de repartir avec de la truite fumée ou des rillettes de truite fraîche.
Deux tonnes
de truites par an
Si le propriétaire des lieux vend des tanches, gardons, carpes et même des poissons rouges, ce sont les truites qui représentent son fonds de commerce. Chaque année, éric Lavaud achète un lot de truitelles à l’entreprise Bellet située à Angoulême. «Elles grossissent tout l’hiver jusqu’à avril ou mai. Quand elles arrivent elles pèsent 50 grammes, et l’on considère qu’elles sont commercialisables à partir de 250 grammes, explique celui qui nage dans le domaine de la pisciculture depuis qu’il est gamin. La truite arc-en-ciel va avoir une croissance beaucoup plus rapide que la fario, et est plus résistante». Avec une production de deux tonnes de truites par an, éric Lavaud considère son élevage comme artisanal : «C’est ridicule par rapport aux élevages intensifs».
Encore des pages à écrire
«Je n’arrive plus à avoir un véritable cycle d’élevage à cause de la qualité de l’eau. Pour les truites, la température idéale de l’eau est de 12 degrès ; en dessous de 5 et au-dessus de 18 elles ne mangent plus, ajoute celui qui, dans ce cadre naturel et préservé, constate avec impuissance les effets néfastes du réchauffement climatique. D’ici dix ans, il n’y aura peut-être plus de truites ici. Et s’il n’y en a plus ici, il n’y en aura certainement pas ailleurs...». éric et Isabelle éprouvent pourtant toujours la même envie de partager leur passion des poissons et de la nature. Et si ce lieu respire autant le bien-vivre, c’est parce qu’il regorge d’histoires. Celle de la famille Lavaud, mais aussi celles de tous ceux qui y ont fait leurs premières prises...
Pratique. La pisciculture du moulin Authier, située route de Saint-Yrieix-la-Perche à Coussac Bonneval, est ouverte tous les jours de 7h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h30, dimanche et jours fériés compris. Sont proposés des forfaits pêche en demi-journée ou journée : pêche à la mouche, en no kill, pêche au poids (lignes et appâts fournis). Vente au détail.
Contact : 05.55.48.34.24 ou 06.76.79.05.81.
Par Mégane Lépine

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.