Fil info
21:17Indre : Attaque virulente contre la directrice de l’Agence régionale de santé | L'Echo https://t.co/G9LwAgYxaj via
18:48Dordogne : Beynac : le Département et la préfecture haussent le ton -> https://t.co/7XIpQv05zQ
18:46Salagnac : De nouveaux réfugiés d’Afrique subsaharienne accueillis à Clairvivre -> https://t.co/8JaHaiWvWb
18:40Ussel : Des poèmes et des chansons pour célébrer la paix -> https://t.co/UbctK0Smqy
18:28Châteauroux : Les citoyennes se réapproprient la ville et leur quartier -> https://t.co/GxFNXOQnQQ
18:01Un médiateur a été désigné pour intervenir dans le conflit actuel du SDIS 87 (sapeurs-pompiers). Il pourrait interv… https://t.co/800yeoFWLT
17:05Région : Vers une mobilisation nationale ici -> https://t.co/wib3899aCp
16:56Saint-Astier : Double fête pour le lancement de la saison à La Fabrique -> https://t.co/BrL1xEmIUN
16:52Sarlat-la-Canéda : Fernando Costa de retour au Pays -> https://t.co/HxP5hZ7QQI
16:52# # - -Vienne : Un pas vers l’égalité réelle -> https://t.co/6AAvAPg09Q
15:52Périgueux : Sérieux contretemps pour le projet Montaigne -> https://t.co/bHMUd7avvr
15:50RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:49Périgueux : Un acheteur annoncé pour l’espace Britten -> https://t.co/V4DJG0HoBT
15:45Périgueux : 44 clubs labellisés -> https://t.co/MYcrcRWqlI
15:10RT : La condescendance d’Emmanuel Macron est maintenant visible depuis l’espace https://t.co/DqHNykJOA1
15:08RT : La Région débloque plus de 4 millions d'euros pour aider les victimes des intempéries https://t.co/NTUi0rr4Fx
14:57RT : Le Val de l'Aurence en fête les 22 et 23 septembre - Esplanade et Parc Pavillon du Mas-Jambost https://t.co/ax79ZbnlnB
14:53A20. Fermeture de la bretelle de sortie de l’échangeur n°26 « La Crouzille » dans le sens Province- Paris du 24 au… https://t.co/iSPBHiGxXO
12:57RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:54RT : À Saint-Junien, une salle bondée pour la défense de l'hôpital public. Plus de 300 personnes qui refusent de voir… https://t.co/AakgN8NOJF
12:50RT : À Saint-Junien, ville de 12 000 habitants comme je vous le disais, il y a un cinéma public, un théâtre, trois gymna… https://t.co/H3WJWjXyBD
12:50RT : [Thread] Retour à Paris après une soirée à Saint-Junien, à 30 km de Limoges. Avec le Maire, Pierre Allard, nous av… https://t.co/2qOO2kd70Y
11:32Tulle : L’éducation dans la balance ! -> https://t.co/gcxL9UP5XN

La viande à l’heure médiévale

La Fête de la viande bovine limousine associée aux Médiévales ont ce week-end attiré de très nombreux visiteurs dans le bourg de Saint-Léonard-de-Noblat, autour d’animations costumées et de dégustations de viandes locales.

Une joyeuse ambiance, de belles bêtes, des mets goûteux, et une profession disponible pour expliquer son travail au consommateur...
Tout était réuni ce week-end pour faire des Médiévales et de la Fête de la viande bovine limousine,
réunies pour la 5e année consécutive dans le bourg de Saint-Léonard-de-Noblat, le rendez-vous incontournable de cet avant-dernier week-end d’août. «Un mariage heureux, plus riche encore cette année, avec un clin d’œil particulier au 20e anniversaire de l’inscription du chemin de Saint-Jacques de Compostelle et de la collégiale sur la liste du Patrimoine mondial par l’Unesco» précise Christian Zanna, président du comité d’animation de Saint-Léonard, organisateur des Médiévales. Les visiteurs ont ainsi pu profiter du marché médiéval dans le bourg avec une quarantaine d’exposants (cuir, bois, vannerie, coutellerie, vitraux, etc.), découvrir la Fachuria, forge du XVIe siècle, Les Géants du ciel, fauconnerie en vol libre, et le camp médiéval où des animations fil rouge ont été proposées tout au long du week-end. Aux côtés des «Audélàô et Narûlià», les échassières enchanteresses de la troupe Yalicko, cette nouvelle édition signait notamment la première participation des Lions de Lastours, compagnie médiévale et jeune équipe de behourd créée en mars. «Il s’agit d’un combat médiéval lourd, rare en équipe, une sorte de full contact en armure complète de chevalier reforgée à l’identique des XIVe, XVe siècle» explique Jordan Sangrelet, capitaine de l’équipe. 40 kg d’armure par tête pour un combat non chorégraphié où les coups sont vraiment portés... et n’ont pas manqué d’impressionner le public.
Sous la halle, dès samedi midi, l’entrecôte et les saucisses de bœuf produites sur le canton, victimes de leur succès, n’étaient déjà plus qu’un souvenir... Mais il restait encore de beaux morceaux pour les gourmets de l’après-midi et du dimanche, fidèles à chaque édition.
Une filière à défendre
Sur le marché artisanal, Interbev, l’interprofession bétail et viande représentant la filière de l’élevage jusqu’au distributeur, proposait jeux, recettes, et informations diverses aux consommateurs... «pour recadrer les idées reçues sur la viande, au plan nutritionnel, professionnel et bien-être animal précise le délégué régional, Xavier Nicolle. Un animal maltraité ne fera jamais une bonne viande... Nous sommes sur un élevage qui consomme à 90% d’herbe. De manière générale en France, l’élevage est vertueux. On reproche aux éleveurs français leurs pratiques, mais à force de décourager la filière, on risque de se retrouver avec des importations américaines et canadiennes qui sont loin de répondre à nos normes de production environnementales, mais aussi sanitaires, avec de grosses exploitations qui nourrisent leurs animaux avec des viandes hormonées. La profession sature de remises en cause injustes, nous venons aujourd’hui au contact du public pour répondre à toutes les questions. Avec un mot d’ordre : l’élevage, ce sont nos racines...».
Samedi matin, se tenait également le concours de reproducteurs où 78 bêtes étaient présentées. L’après-midi, place au concours d’animaux de boucherie, avant la vente aux enchères aux professionnels le dimanche matin. «Ici, nous sommes au cœur de la race bovine limousine. Le retentissement de notre fête est national, la viande des bêtes de boucherie vendues dimanche sera distribuée aux quatre coins de France explique Aurélien Baurie, président du comice agricole de Saint-Léonard-de Noblat, organisateur de ces 35es Journée de la viande bovine limousine. «Nous sommes là pour promouvoir un savoir-faire de qualité, respectable, au travers de la quarantaine d’élevages -de Haute-Vienne, Creuse et Corrèze- représentés. Avis à la population : nous accueillerons à bras ouverts toutes les associations souhaitant participer à la fête et promouvoir Saint-Léonard à nos côtés lors de la prochaine édition*».
L’année dernière, avec plus de 15.000 visiteurs sur les deux jours, plus de 2.000 repas à base de vache «label», viande de haute qualité cuisinée par l’équipe du restaurant Le Geiracois, ont été servis lors de la fête sous le bar à viande. Cette année, les très nombreux gastronomes ont encore été gâtés : service dynamique, viande goûteuse soulignée d’une sauce onctueuse à souhait, et toujours le sourire malgré le rush. C’est sûr, on reviendra l’année prochaine !
* Contacter le bureau du comice les mardis et jeudis matins au 05.55.56.51.21.
Par Isabelle Haderer

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.