Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Pas d’évasion fiscale à Ambazac !

Trésorerie

 A l’appel du conseil municipal un rassemblement a été  organisé devant la trésorerie. Le maire d’Ambazac était entouré d’élus de la commune mais aussi de Saint-Léger-la-Montagne, Saint-Laurent-les-Eglises, Les Billanges, Saint-Sulpice-Laurière, la Jonchère Saint-Maurice et Saint-Sylvestre.Une banderole a été accroché symboliquement sur le mur de la trésorerie par des conseillers municipaux. Puis devant une centaine de citoyens qui s’étaient mobilisés pour l’occasion, Stéphane Ché a rappelé qu’Ambazac est la 10e ville du département, le siège de la plus grande communauté de communes après l’agglomération de Limoges et qu’elle a le statut de pôle structurant du département. Sa trésorerie est aujourd’hui compétente sur sept communes du territoire pour un bassin de population de presque 11000 habitants. Hélas un ministère parisien a décidé de sa fermeture et de son transfert vers Bessines dès le 1er janvier prochain. «Cherchez l’erreur… !» a-t-il ajouté ironiquement. Il a continué sur le même ton en ajoutant : «Il n’y a pas d’erreur, on assiste depuis des années à un démantèlement en règle du maillage territorial de l’ensemble des services publics. Mais la chute vertigineuse s’accélère avec notre dernier président. La direction départementale des finances publiques utilise des mots plus agréables à l’oreille. Il est évoqué la coopération et la mutualisation, le resserrement du réseau, ou encore la géographie revisitée. Alors qu’il faut entendre les suppressions de postes, les fermetures de guichets, et le mépris des hommes et des femmes qui vivent dans nos territoires.». Quand la Direction départementale des Finances Publiques lui parle de maintien et de développement d’un service de qualité au profit des collectivités, il répond qu’il ne constate qu’une équipe inchangée pour absorber une nouvelle communauté de 24 communes et presque 30.000 habitants, des jours normalement ouverts au public avec un rideau baissé car les personnels en arrêt ne sont pas remplacés. Quand cette même direction renchérit en lui vendant un développement de moyens modernes de déclaration et de paiements, de nouveaux moyens de communication électroniques, il réplique qu’il y a encore beaucoup trop de zones où il est tout juste possible, et parfois même pas, de se connecter à internet. Nombreux sont les citoyens qui ne s’y retrouvent pas dans la fameuse dématérialisation. Et il pose la question : «Où est l’égalité de chacun d’entre nous devant les services régaliens de l’état ?». La seule alternative que la DDFIP propose au public, c’est une présence aléatoire à la Maison de services au public. Le contribuable doit s’attendre à des «galères» pour faire ses déclarations ou obtenir des renseignements en ligne. S’il doit se déplacer ce sera pire. Prenons l’exemple d’un contribuable demeurant sur la commune des Billanges : pour se rendre à Bessines il lui faudra 1h15 pour 60 km aller-retour à travers la montagne, ou 1h seulement, mais pour 75 km en passant par Ambazac et l’autoroute. Autant dire que bon nombre de personnes seront privées d’accès physique au guichet des finances publiques. Quant au personnel qui travaille et vit actuellement sur le territoire d’Ambazac, leur direction va les déplacer sans leur demander leur avis. Le conseil municipal d’Ambazac a voté à l’unanimité son opposition à cette fermeture. Le conseil communautaire d’ELAN et de nombreux conseils communaux du territoire ont également voté des motions unanimes pour dire eux aussi leur opposition à ce projet. Le maire a conclu par ces mots : «Je ferai donc parvenir à nouveau à monsieur le Préfet les motifs de notre opposition et notre appel au maintien de la trésorerie à Ambazac, de même qu’à son développement. J’y ajouterai le rappel de la déliquescence des services publiques dans leur ensemble, les difficultés rencontrées dans nos écoles, l’abandon du service public ferroviaire, les difficultés dans nos EHPAD, la fin des services postaux.». Aimée Lamardelle, président de l’association pour la défense des services publics et des usagers en Limousin (ADSPULs) a ensuite pris la parole pour manifester tout le soutien de l’association à la lutte contre la fermeture de la trésorerie d’Ambazac. Il a appelé tous les citoyens qui le pourront à se joindre au rassemblement pour la défense du service public ferroviaire le 27 octobre à 14h15 à la gare de Saint Sulpice Laurière.Laurent Auzeméry