Fil info
09:38 Attention, suite à un accident de la circulation, la route entre Périgueux et Sarlat (D 710) es… https://t.co/FbdhHNMpss
09:38Corrèze : Ils veulent créer un collectif pour « sauver Ruffaud » -> https://t.co/dp595UDUgj

Les éleveurs de moutons dénoncent une nouvelle attaque de loup

Société

 Des éleveurs d’ovins se sont rendus hier matin devant la préfecture où ils ont exposé la carcasse d’une agnelle qui a été attaquée par un animal, mercredi à Eymoutiers.  L’association «Préservons nos troupeaux des loups en Limousin» demande à l’Etat de reconnaître et de réguler la présence du loup sur le territoire Limousin. C’est Émilie Pons De Launay, qui s’est exprimée à plusieurs reprises sur le sujet dans nos colonnes, qui a découvert et ce pour la deuxième fois, une agnelle morte dans son exploitation. Et pour elle pas de doute, c’est le loup. «L’agnelle a été prise à la gorge, c’est caractéristique.»«Les services de l’État soit l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), nous parlent d’attaques de blaireaux» s’insurge Emilie Pons De Launay qui rappelle que lors des attaques de l’hiver 2016, les analyses françaises avaient conclu à la présence d’un chien errant et celles effectuées en Allemagne, laboratoire auquel a recours Emilie Pons De Launay, à un loup hybride. Concernant l’attaque chez un éleveur de Sainte-Anne-Saint-Priest dont nous avons parlé dans nos colonnes cet été, les analyses effectuées par le laboratoire allemand ont conclu à la présence d’un loup d’origine balte.Les éleveurs n’en démordent pas et veulent faire reconnaître la présence du loup en Limousin.