Fil info
22:14 La Corrèze s'incline devant son groupe préféré https://t.co/SHfLEErjCG
20:51 Trop de places assises vendues ce soir pour le concert aux Trois Provinces. Les organis… https://t.co/KMqLYwzL2K
20:46 . Trop de places assises vendues... Les organisateurs demandent à ce que les plus… https://t.co/tvs7v12Ers
20:01 Salle comble ce samedi soir à salle des Trois Provinces. 4000 personnes venues de toute… https://t.co/b2kedDQSTH
17:55Creuse : Le tabou du mal-être paysan | L'Echo https://t.co/Bjy7a3Guk5 via
13:00Région : Le chocolat, un produit courant et pourtant si méconnu | L'Echo https://t.co/yBddTy4LcE via

Le double hommage de Gaspard Dehaene

Le 6 novembre à l’espace simone-veil

C’est un double hommage que présentera mardi 6 novembre, le pianiste Gaspard Dehaene à l’espace Simone-Veil : celui de Liszt envers Schubert, mais aussi le sien envers son grand6père, Henri Queffélec.
Le pianiste Gaspard Dehaene est l’invité ce 6 novembre de 1001 Notes pour un programme conçu comme un double hommage : celui de Liszt envers Schubert d’un côté, et de l’autre un hommage personnel envers son grand-père Henri Queffélec, grâce au cadeau musical de son ami Rodolphe Bruneau-Boulmier. Les pièces s’articulent autour de la notion du voyage, si chère aux deux Franz. Voyage à travers la mer en associant le lied transcrit par Liszt : «Auf dem Wasser zu singen» et la pièce de Bruneau-Boulmier : «Quand la terre fait naufrage», titre d’un roman d’Henri Queffélec ; ou le voyage sur Terre, évoqué par la Rhapsodie Espagnole, le lied «Aufenthalt» et la Mélodie Hongroise. Enfin, au centre du programme s’impose l’idée du voyage dans le temps, vécu par l’auditeur et le musicien au fil de la sonate D 959, véritable testament de la vie de Schubert.
Diplômé du CNSMD de Paris, et ancien élève du Mozarteum de Salzbourg auprès de Jacques Rouvier, Gaspard Dehaene a approfondi son art avec Rena Cherechevskaïa à l’École Normale de Musique, obtenant parallèlement son master d’accompagnement vocal en 2017. Lauréat du Concours International de San Sebastian, Grand Prix du Concours Alain Marinaro, il reçoit, en 2013, le Prix Annecy Classic Festival ainsi qu’une mention spéciale pour l’interprétation de la pièce Une page d’éphéméride de Pierre Boulez, qu’il a eu le privilège d’étudier avec le compositeur lui-même et de créer en 2007.
Chambriste passionné, le pianiste est un partenaire privilégié de l’altiste Adrien Boisseau. Après la parution de leur premier disque en 2012, ils sont invités à l’Académie de Prussia Cove en Angleterre. Leur deuxième album, consacré à Schumann, publié par Oehms Classics en 2015, a été chaleureusement salué  par la presse.
Mais la musique de son temps lui tient aussi profondément à cœur, il a été sollicité à plusieurs reprises par divers compositeurs tels R. Bruneau-Boulmier, F. Choveaux, C. Bray, A. Beneteau dont il vient d’enregistrer la Sonate « Douarnenez ». Lauréat en octobre 2015 du prix international Pro Musicis, Gaspard Dehaene a été invité cette saison, pour la troisième fois, à La Folle Journée de Nantes. En janvier 2015 le Musée d’Orsay l’engage pour un récital solo, puis en 2016 (où il est l’un des sept pianistes se partageant l’intégrale des œuvres d’Erik Satie), ces deux concerts diffusés en direct sur France Musique.
Son premier disque solo, dédié à la forme «Fantaisie», présenté en récital au Festival de La Roque- d’Anthéron 2015, est sorti à l’automne 2016 chez 1001 Notes, dans la Collection 1001 Notes.
Nommé artiste «Génération Spedidam» pour les années 2017-2019, Gaspard Dehaene a fait ses débuts au Japon au Oji Hall de Tokyo en septembre 2017, suivi d’une invitation à se produire au Guggenheim Museum de New York. Plus récemment, la Philharmonie de Paris l’a accueilli pour le 1er concerto de Liszt avec l’orchestre Pasdeloup et Elena Schwarz à la direction, le 13 janvier 2018.
Mardi 6 novembre à 20h - Espace Simone-Veil.