Fil info
18:52La fabrique d’un journal. Imprimerie Rivet. Éditeur de . Colère aussi de savoir que l’, après… https://t.co/UrC2sD3iXM
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Les chasseurs soutiennent la Banque Alimentaire 87

 
Reconduit, le partenariat autour de la fourniture de gibier transformé engagé en 2017 par la fédération des chasseurs de la Haute-Vienne avec la Banque Alimentaire 87, sera pérennisé voire renforcé dans un proche avenir selon le président de la fédération.
2 500 terrines de gibier ont pour la deuxième année été offertes hier par la fédération des Chasseurs de la Haute-Vienne à la Banque Alimentaire 87. Dans un contexte de pauvreté qui n’en finit pas de croître d’année en année, ces terrines viendront abonder les colis de fêtes et repas offerts aux plus démunis par ses associations partenaires. «Cette initiative se rajoute, sur le département de la Haute-Vienne, au partenariat national mis en œuvre voilà six ans entre la Fédération française de chasse et la Banque Alimentaire pour la fourniture de faisans destinés aux repas de fête des plus démunis» explique Christian Groleau, président de la fédération. Notre but c’est de partager ce que l’on collecte alors que la Banque Alimentaire manque de 12% de protéines animales à distribuer chaque année !  Nous avons d’au-tres idées et réfléchissons actuellement à la manière la plus opportune d’articuler le fruit de la collecte, pourquoi pas à un rythme mensuel». Pour cette opération, le gibier est transformé par une entreprise de Dordogne, abondée par la fédération des chasseurs de la Haute-Vienne à hauteur de 2 euros par boîte. 
«Ce que nous constatons, c’est une progression constante du nombre de nos bénéficiaires souligne la président de la Banque Alimentaire 87 Mireille Bréchet. Fin 2018, nous comptabilisons 27 000 personnes aidées en Haute-Vienne, contre 23/24 000 l’année dernière à la même période. Nombre de bénéficiaires éloignés des cen-tres de solidarité sont désormais suivis par des associations nouvellement créées sur des territoires auparavant mal distribués telles les Epiceries sociales de Coussac-Bonneval et d’Eymoutiers, dépendant des centres communaux d’action sociale, l’association Solidarité Bébés à Saint-Junien et l’association La Bonne œuvre à Couzeix. Le travail d’aide et de solidarité mené sur ce département paie en quelque sorte poursuit la présidente mais il n’est pas extensible à l’infini. Le monde associatif qui porte un volet social important devrait être un peu plus soutenu. Heureusement, la solidarité citoyenne s’est particulièrement exprimée cette année avec 100 tonnes de denrées collectées contre 95 tonnes l’année dernière et un résultat record lors des collectes organisées dans les magasins de Haute-Vienne les 30 novembre, 1er et 2  décembre derniers.».
«Nos amis de la rue qui ont beaucoup apprécié la terrine l’année dernière, l’attendent avec impatience cette année» conclut Jean-Pierre Orfèvre, fondateur de l’association Les Autres, qui maraude chaque vendredi soir à partir de 19h auprès d’une quarantaine de personnes en moyenne vivant dans la rue à Limoges. L’association appelle aux dons de couvertures, duvets, bonnets, écharpes, gants, chaussettes, et chaussures pour hommes. Et recherche sur Limoges, un petit local de stockage.
 
Banque Alimentaire  9, rue Malinvaud à Limoges 
Tél 05.55.31.07. 14
Association Les Autres 05.55.50.10.10.

Nike Benassi Slide