Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Contre les exclusions: la solidarité en fusion

Hestia et Marianes, deux associations engagées dans la lutte contre les exclusions, unissent leurs forces pour répondre aux nombreux défis humains et sociaux qui les attendent dans les années à venir.

 

Ces dernières années, nombreuses sont les fusions qui ont engendré de grands débats, l’affaire Alstom-Siemens en est très significative. Cependant, il y a des circonstances où la fusion est un projet «voulu et bien réfléchi». C’est le cas de deux associations, Hestia et Marianes.

Le 20 décembre dernier a vu la signature d’un accord permettant aux deux associations spécialisées dans l’accompagnement et l’hébergement de personnes en grande difficulté de fusionner pour «s’accroître» et ainsi, mieux couvrir les besoins humains d’une tranche de la société qui se retrouve dans la pauvreté mais aussi des nombreux migrants qui arrivent chaque jour sur le territoire national. À ce propos, Maryse Dubois, présidente de Marianes et vice-présidente d’Hestia explique : «En tant que présidente de Marianes, je voulais qu’on fusionne, c’est un projet qui s’est fait sur un accord profond de nos valeurs communes». Avant d’ajouter : «Ce projet est bénéfique pour les deux parties ; cela va nous permettre d’être plus grand pour répondre à un besoin humain toujours plus conséquent».

À signaler que l’association Hestia a fusionné en absorbant l’association Marianes. Cette dernière n’apparaîtra plus et fera donc partie intégrante d’Hestia. «Marianes disparaît, mais ce n’est pas grave, elle grandira à travers Hestia», explique la directrice de Marianes.

De son côté, Magali Meneyrol, directrice d’Hestia pense qu’il s’agit d’une «fusion bénéfique» tout en soulignant l’aspect collectif de cette décision : «Tout le monde a été associé à cette décision, les salariés et la hiérarchie des deux associations ont longuement réfléchi et ont tous donné leur accord». Le but de cette fusion est d’avoir plus de moyens à disposition pour réussir à couvrir les demandeurs d’aides et ce, dans les plus brefs délais : «Marianes avait aussi des centres d’aide et d’accueil pour ces personnes ; nos activités sont donc complémentaires».

Si les objectifs grandissent, les besoins logistiques et humains aussi. Dans cette optique, Hestia/Marianes cherche à attirer de nouveaux bénévoles pour assurer l’accueil et le suivi des migrants, des sans- abri ainsi que des personnes en difficulté. «Nous faisons face à une grande pression, celle-ci touche les salariés des deux structures», précise Marie-Christine Guérit, trésorière et bénévole de l’association Hestia. Elle poursuit : «L’apport des bénévoles est très important».

Ce projet est avant tout un «projet humain». Des valeurs telles que la solidarité et l’entraide sont au cœur de ces deux structures. Un appel à tous les bénévoles intéressés par cette grande aventure humaine est donc lancé.

 

Massil Choubane