Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Une farce contemporaine à L'Union mercredi et jeudi

Culture

Création 2018 du «Théâtre de l’Incendie» la pièce d’Hervé Blustch «Ervart» ou les derniers jours de Friedrich Nietzsche, proposée mercredi et jeudi à l’Union, est une farce contemporaine qui met en scène un homme, fou de jalousie, qui ne fait plus la part entre réalité et imagination et qui évolue dans un monde peuplé d’individus fantastiques, rares, borderlines, tordus, mais aussi passionnants.

C’est en 2001 qu’Hervé Blutsch publie «Ervart» aux Editions «Voix navigables». Dramaturge français né à Paris en 1969, il écrit pour le théâtre depuis 1989, auteur d’une douzaine de pièces. Auparavant, il avait composé en latin des textes qui traitaient de la société romaine aux Ve et VIe siècles JC. Un an après sa parution «Ervart» est créé en août 2002 par «L’Usine C» à Montréal, dans une mise en scène de Michel Bérulé.

Pour cette création 2018, la mise en scène a été réalisée par Laurent Fréchuret. Né en 1966 à Saint-Etienne, c’est à l’âge de 12 ans qu’il découvre le théâtre, d’abord au collège puis au lycée. En 1991, il découvre Beckett et fonde en 1994 sa propre compagnie, le «Théâtre de l’Incendie», avec comme projet : «Le théâtre et les voix humaines». Puis de 2004 à 2012, il dirige le théâtre de Sartrouville dans les Yvelines et en 2008, son premier roman édité «Sainte dans l’incendie» reçoit le prix des «Journées de Lyon des auteurs de théâtre». En 2013, il réveille le «Théâtre de l’Incendie» avec la création de «Richard III» de Shakespeare, puis de «En attendant Godot» de Beckett en 2015. Aujourd’hui, c’est avec la création de «Ervart» qu’il sera à l’Union les 13 et 14 février. Pour lui «Ervart» est une balade de fous, un jeu à bout de souffle, une farce et une tragédie mêlées, c’est-à-dire une grande «Comédie». C’est dans un espace quasiment vide que les corps, les voix et le jeu d’une troupe éclectique habitée pourront piloter cette machine à jouer.

Vincent Dedienne endosse le rôle d’Ervart. Le comédien, héros malgré lui d’une comédie extravagante autour d’un anti-héros, fou de jalousie au point de mettre la ville à feu et à sang, partagera la scène avec huit partenaires. Né à Mâcon en 1987, il découvre à 14 ans sa vocation de «one man show» en regardant un spectacle de Muriel Robin. Puis, il étudie le théâtre classique à l’Ecole Nationale de la Comédie de Saint-Etienne où il débute en 2006. Jouant dans différents registres, il a été Hervé Guibert, écrivain et journaliste mort du sida (1955-1991) qu’il a interprété dans «Mais tous les ciels sont beaux», d’après le dernier journal d’hospitalisation de l’auteur écrit aux portes de la mort. Molière de l’Humour en 2017, il a été nominé pour le Molière du «Comédien en 2018 dans un spectacle de théâtre privé.

«Ervart ou les derniers jours de Friedrich Nietzsche» est une comédie, une machine à jouer, un spectacle réjouissant et haletant de théâtre dans toute sa diversité : vaudeville, enquête policière, théâtre burlesque, drame psychologique, comédie ancienne ou élisabéthaine... autant de genres et d’époques qui rendent un hommage audacieux au théâtre.

Josette Balanche

Au Théâtre de L’Union, mercredi à 20 h

et jeudi à 19 h. Réservations : 05.55.79.90.00