Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

L’acte XIII des Gilets jaunes, comme un retour aux sources

Social

Environ 150 Gilets jaunes se sont réunis samedi après-midi aux Casseaux à Limoges. Tandis que certains construisaient un nouveau quartier général, d’autres ont longuement défilé en ville.

 

Collages d’affiches, fumigènes jaunes, cris et slogans tels que «Macron démission» ou «Limoges soulève-toi»... Pour ce treizième samedi de mobilisation, les Gilets jaunes ont voulu montrer qu’ils étaient toujours là. Et qu’ils allaient y rester, en construisant un nouveau lieu de rassemblement. «On nous a viré des ronds-points, alors nous allons nous installer ici aux Casseaux, un lieu stratégique où on nous voit et où tous le monde peut facilement s’arrêter pour venir discuter, gilet jaune ou pas», indique Tarik, enseignant et Gilet jaune de la première heure. «Il y avait une véritable demande des Gilets jaunes en manque des ronds-points, poursuit Sonia, l’une des figures des Gilets jaunes unis 87. Notre volonté est de créer une sorte d’auberge espagnole, un lieu ouvert, de partage, de discussion entre petits citoyens, un peu à l’image du café du village qu’on avait dans le temps». Une roulotte, une bâche, quelques palettes, de la musique et des victuailles apportées par chacun, il n’en fallait pas plus pour poursuivre les actions du samedi par une fête en soirée.

Une ambiance bon enfant encore une fois bien loin des affrontements parisiens, même si à Limoges aussi les Gilets jaunes ont été fortement encadrés par la police lors de leur défilé en ville. Des dispositifs importants ont été déployés pour protéger plusieurs grandes chaînes tels que la Fnac, Apple, le Mac Do ou encore les Galeries Lafayette.

Au retour, en fin de journée, une grande banderole «discuter, débattre, s’informer» était accrochée sur le nouveau camps des Gilets jaunes qui ne croient pas au grand débat national initié par le gouvernement. «Ce n’est pas un débat à partir du moment où nos questions restent sans réponses, lancent élisabeth et Sandra, venues de Tulle en renfort. Il y a plein de questions auxquelles notre député n’a pas voulu répondre. On nous a dit que tout avait été enregistré et serait remonté à l’élysée mais on sait que c’est du pipeau. Ce grand débat, c’est de l’enfumage. Ils veulent juste endormir les gens et freiner notre mouvement».

En attendant de décider de leurs futures actions, les Gilets jaunes espèrent remobiliser les troupes pour le samedi 16 février. Un acte XIV qui marquera aussi les trois mois d’existence de leur mouvement.

M.L.