Fil info
10:35RT : Aux conférences de presse, l’ n’aime pas les questions qui fâchent. a demandé à plusieurs reprise… https://t.co/EmdPzLDPlE
10:34RT : Donc la suppression de l'ISF, c'est "pragmatique". Un cadeau de 33 euros par jour pour les 358 000 Français les pl… https://t.co/RJ9stHviQS
10:33RT : Une conférence de presse sans surprise https://t.co/YSvu6cPGJU
10:33RT : Vous avez tort de dire que est sourd. Il n'est pas sourd. Il entend. Le problème est qu'il n'entend que de… https://t.co/OuIXypL91c
10:33RT : C'est sympa de nous emprunter notre slogan, nous sommes communistes, donc partageurs. Je rêve mieux encore : que… https://t.co/lVjj5H4fY4
05:16 : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver https://t.co/sSWwZ0nll6 via
19:17Indre : La MSA Berry-Touraine à un an des élections internes -> https://t.co/EmRZJxR7Rd
19:02Région : Un planning familial rural dont l’utilité n’est plus à prouver -> https://t.co/XVqh7Gf2m7
18:55Châteauroux : Chœur et chants venus de Russie dimanche à Saint-André -> https://t.co/wPaBfPeVWw
18:45Indre : Le PCF veut convaincre les abstentionnistes -> https://t.co/QOI3EvQ73Z
18:27# # - -Vienne : Le développement de la fibre optique se poursuit sur le territoire de Limoges Métropole -> https://t.co/DdBYH6yIf5
18:26RT : devrait annoncer, dans ses conclusions du « grand débat », son intention de faire « travailler davantage »… https://t.co/NJS30ctbyU
18:24# # - -Vienne : Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier -> https://t.co/DDQeqqZvu3
18:20RT : « Est-ce que depuis deux ans on a fait fausse route ? » s’interroge . Et là on a envie de dire : « b… https://t.co/EuBnR6N1z8
18:20RT : Pour le moment, il enfile tellement bien les perles qu'il y a de quoi remplir toutes les vitrines de la Place Vendôme...
18:20Samedi, c'est l'ouverture de la pêche du brochet. Hauts-viennois, voisins proches et même touristes en quête de sec… https://t.co/rZuogHCjcs
18:18France : Opéra de Limoges: on revisite la musique de Bach -> https://t.co/3ljG8uALHk
18:07Région : Encourager le tourisme vert -> https://t.co/JUcJWfN6kJ
17:00Le plan d’action, check ! La partenaire, check ! Ne reste que la préparation physique, en bonne voie, et qu’un peu… https://t.co/eMlRQgAwHJ
16:57RT : Le 26 mai, mettons un carton rouge à Macron. Mettons un bulletin rouge, celui de . https://t.co/zwKiMRzyOt
16:55Périgueux : La SNC au service de l’emploi -> https://t.co/7hMcQav05C
16:50Boulazac : Un nouveau timbre célébrant la grotte de Lascaux -> https://t.co/T0YRnEOFVF
16:45Pour ceux qui aiment, Chimène Badi sera à l'espace culturel E. Lelcerc, demain dès 16h. Le public est invité.
15:57Châtillon-sur-Indre : Une semaine magique à Poudlard avec l’accueil de loisirs -> https://t.co/lXc93O8AR3
15:56Argenton-sur-Creuse : Un auteur « préhistorique » à la Maison de la Presse -> https://t.co/f8PoYa5mVT
15:55La Châtre : Soixante exposants et Anaïs Delva attendus à la foire-exposition -> https://t.co/yNDpSn0VIJ
15:44Montignac : Le 8e art à l’honneur à Montignac -> https://t.co/309rQBfHRy
15:42Trélissac : L’engagement d’un homme de bien -> https://t.co/pN2XV7nlpj
12:33RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : De nouveau réunis L’au-delà n’aura jamais été aussi classieux truculent épicurien et stylé https://t.co/J2dERXsnYu
12:30RT : Près de 1000 personnes, Bravo ! C'est tout simplement le plus grand meeting du à depuis 1… https://t.co/w9FZVYnR4u
12:29RT : Salut l’artiste ! Passe le bonjour à NOIRET et ROCHEFORT... Ils sont désormais ensemble nos Grands Ducs et on les p… https://t.co/yaKY3NndGV
12:26RT : “J’ai la patate” entame avec bonne humeur ce dernier mois de campagne. Via . https://t.co/MFR1ucQRKl
12:26RT : . avait crevé l'écran lors du débat de France 2, il veut aujourd'hui redonner de l'oxygène au PCF. ⬇️ B… https://t.co/UCmakxP009
12:26RT : Européennes. Ian Brossat est politiquement bon, il est jeune et il est unitaire. Pourquoi s’étonner que sa campagne… https://t.co/8JJLwvadoE
12:25RT : ❤❤❤ https://t.co/pPgsCX7fz5

«Nourrir au front», histoire du ravitaillement en 1914-1918

Exposition

Nicolas-Jean Brehon n’est pas un historien. Une fois la retraite venue, inquiet pour son avenir, il passe un CAP cuisinier. Guère doué pour la popote, il se passionne en revanche pour la cuisine du XIXe siècle. De fil en aiguille, il en vient à s’intéresser au ravitaillement et à l’alimentation des soldats de la guerre de 14 et, durant 2 ans, amasse un grand nombre de documents notamment photographiques. Un travail qui a donné lieu à une exposition officiellement réalisée par l’association «Comme en 14» et le ministère de l’Economie et des Finances et déjà «présentée dans vingt-huit sites en 2 ans».

A Limoges, cette exposition historique riche en photographies et quelque peu iconoclaste est visible jusqu’au 21 mai, au musée de la Résistance. «Au-delà du mémoriel, c’est ici un musée d’Histoire, justifie Philippe Pauliat-Defaye, l’adjoint au maire chargé de la culture. C’est un sujet original qui nous dit notamment comment ce lien se crée, à travers l’alimentation, entre le soldat au front et l’arrière. L’exposition montre le quotidien à travers ce moment où on échappe à la guerre.»

Le commissaire de l’exposition Nicolas-Jean Brehon explique l’importance des colis envoyés par les familles aux soldats. «Les Allemands en reçoivent très peu et seront beaucoup plus touchés par les pénuries alimentaires. En 1917, le pain allemand contenait 7% de farine de peuplier, c’est-à-dire de sciure de bois.» Revenant en détail sur l’organisation du ravitaillement et «ce moment dangereux où, sans arme, l’homme de corvée est chargé de revenir vers l’arrière pour rapporter une dizaine de bouteillons. Parfois, il se perd et arrive chez l’ennemi.»

Bien sûr, au plus fort du conflit, il faut survivre. Pas le temps de manger. C’est donc sur le reste que Nicolas-Jean Brehon se concentre. «On mange beaucoup, la ration est de 750g de pain et de 450g de viande par soldat et par jour. Pendant la guerre, j’ai compris que les soldats mangent toujours mieux que les civils. Le vin est très présent et coule à flot, jusqu’à plus d’un litre par jour.» Le riz complète l’ordinaire. Mais «450g de viande c’est trop pour ces soldats français issus de la paysannerie qui ne sont pas habitués à en manger autant. Et puis, c’est mal cuit. Donc les soldats jettent de la viande, ce qui attire les rats... En réalité, le soldat tient avec le pain et le vin.» Et les colis qui viennent de l’arrière remplis de charcuterie, de foie gras, de riz au lait, de chocolat. Chocolat que, lors d’une rare fraternité, à la Noël 1914, on échangera avec les Allemands, contre des cigares.

Mais même si les survivants de la Grande Guerre auront, côté français, pris plus d’un 1kg de masse corporelle en plus, ils ne font pas non plus ripaille. «On vous dit que le soldat mange bien et que d’ailleurs, il jette les restes. Ce n’est pas difficile : ce qu’on nous donne est immangeable. Dernièrement, on nous a servi une soupe que même les chiens n’auraient pas mangé», tranche un témoignage de poilu. Et puis, le régime alimentaire imposé, peu équilibré, conduit à des désordres digestifs. «Il y a aussi un problème de mastication, 90% des soldats ayant de mauvaises dents ce qui induit des maladies, des caries», explique le commissaire lors de cette exposition qui alimente un peu plus la quelque peu indigeste production commémorative débutée en 2014.

J.D.