Fil info
10:37Mercredi, Alain s’est levé un quart d’heure avant minuit. Comme d’habitude. Il a claqué quelques bises à… https://t.co/KQgcm8Sc1I
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.

Un nouvel outil pour faciliter la prise en charge médicale

Dans le cadre de la généralisation du DMP (dossier médical partagé), l’ALDUS (Association Limousine des Usagers de la Santé) a organisé mardi dernier une conférence-débat dans les locaux de l’espace Simone-Veil de Limoges.

 

Le Dossier Médical Partagé, anciennement Dossier Médical Personnel est un dispositif qui remonte à l’époque de l’ex-ministre des Solidarités et de la Santé, Philippe Douste-Blazy.

Initié en 2004 et prévu pour 2007, le DMP (dossier médical partagé) a finalement vu son lancement officiel au mois de novembre 2018, «en 2004, le projet a connu beaucoup de problèmes, notamment au niveau du système informatique de l’époque» lance Laurence Dominge, sous-directrice de la CPAM de la Haute-Vienne, puis d’ajouter : «Aujourd’hui, les moyens existants permettent le lancement et la généralisation du DMP». Le DMP est une sorte de carnet de santé informatisé, ce dernier permet de dématérialiser toutes les informations relatives à la santé de l’usager. En outre, la Caisse Primaire d’Assurance Maladie assure que l’ouverture d’un DMP est gratuite, confidentielle et complètement sécurisée. À ce propos, Sandrine Pellegrini, chef de projet DMP à la CPAM de la Haute-Vienne explique : «Qui d’entre nous n’a jamais oublié son carnet de santé lors des visites médicales ? Avec le DMP on l’a toujours avec nous où que l’on soit». Pour information, le DMP permet de garder toutes les informations santé en ligne et offre la possibilité de les partager avec les professionnels de santé choisis. Aussi, en cas d’urgence, il facilite la prise en charge du patient par le personnel de santé pour produire des soins en fonction de la situation et des antécédents médicaux inscrits dans le dossier, ce qui permettra d’éviter toute erreur médicale, «les conférences-débats que nous organisons ont pour but d’expliquer aux gens le fonctionnement du dossier médical partagé ; lors de ces journées, ils pourront aussi ouvrir leur propre DMP» précise Gérard Habrioux, président de l’ALDUS. Cette association travaille en collaboration avec la CPAM de La Haute-Vienne pour assurer une meilleure information sur le DMP et ce, pour favoriser sa généralisation.

L’ouverture du DMP est possible en pharmacie, auprès d’un professionnel de santé ou dans les locaux de la CPAM.

 

Informations sur www.dmp.fr