Fil info
21:24 WHA architectes
20:49Guéret : Mobilisation ce jeudi pour l’hôpital de Guéret | L'Echo https://t.co/eATH8i6quc via
19:45Périgueux : Une centaine de personne contre l’arrêté anti-mendicité -> https://t.co/ua6LLRwjFV
19:09Naves : Quand le moi devient Terre -> https://t.co/HLal7hZPoy
18:58Indre : [intégral] Le capitaine quitte le paquebot -> https://t.co/dvARqjmjb4
18:57Indre : Les champions à l’entraînement -> https://t.co/0kSWaJMHGD
16:41Le Blanc : Pourquoi jeter les objets quand on peut les réparer ? -> https://t.co/8GXn7gmUo0
16:40Le Magny : Festivités printanières : Foire aux ânes le 30 mai, fête annuelle le 2 juin -> https://t.co/ctjRiisQsu
16:05Atur : Les travaux du groupe scolaire débuteront cet été -> https://t.co/SbUc4I8Bfb
15:41RT : Rendez-vous ce soir à 20h45 pour l'! https://t.co/fVlsWEXBtY
15:40RT : Antonne-et-Trigonant : Un pollinarium à Lanmary -> https://t.co/Pppc5jqOTS
15:36Antonne-et-Trigonant : Un pollinarium à Lanmary -> https://t.co/Pppc5jqOTS
15:10RT : Rendez-vous ce soir à 20h45 pour l'! https://t.co/fVlsWEXBtY
15:09RT : La presse française résumée en une image... (la vaste majorité, en tout cas). Comment s'étonner que moins de 8% de… https://t.co/1jc7uFOAwQ
14:56Samedi à 11h30, concert des élèves. 17h, ateliers d’art plastique. 18h30, Jonathan Guillaume. 19h15, Bobby Dirninge… https://t.co/1NayVHNL32
14:56Samedi 25 et dimanche 26, le 2e «Printemps de la Mauvendière» organisé par la pépinière culturelle Epicea réunira é… https://t.co/scIhBL3n3t
14:54RT : Les présents encore une fois à pour présenter avec au festival Visions S… https://t.co/pCd1Z1s959
13:36 Je m'en réjouis. Mais c'est étonnant. Lorsque j'avais proposé d'abandonner l… https://t.co/qG5HftvtWH
11:12 Qui n’a servi à rien! Certains immeubles de la rue de la fontaine saint Martin sont enva… https://t.co/voJzPxsUOD
10:21Douville : un camion est immobilisé sur la chaussée sur la RN 21, et une déviation mise en place le temps de son dé… https://t.co/GSI7ATFeSg
08:25Après la conférence de à Guéret... Creuse : Choix de vie, choix de mort | L'Echo… https://t.co/1kKXjGlRl5
07:59# # - : «Cuarteto Tafi», la belle découverte -> https://t.co/fCiwoZSPvR
07:57# # - : Elevage ovin la cité performante -> https://t.co/ib66QgZCRj
07:56# # - : La danse contemporaine ! «Fastoche»... -> https://t.co/rKD3lrcFc7
07:54# # - -Léonard-de-Noblat : Avec Lou Pélou, les échanges sont géolocalisés -> https://t.co/XteueAEjdF
07:52# # - -Pardoux : Le petit lavoir propose une exposition photo -> https://t.co/KHUl2xZ5NQ
07:50# # - : Les collégiens et Ema Rym offrent Milles cœurs pour un regard -> https://t.co/BUXtUhtpHx
07:48# # - -Yrieix-la-Perche : Nouvelle édition du Festival L’Ortie show ce week-end -> https://t.co/LwqIlGqTbe
07:47# # - : Venez découvrir le village du réemploi et de la réparation -> https://t.co/vFXOOkDCDa
07:45# # - -Laurent-sur-Gorre : Un apéro-quiz pour fêter l'Europe avec le comité de jumelage -> https://t.co/zZXwrssTkO
07:44# # - -Junien : Pascal Perrot reçoit l’ovation des élèves -> https://t.co/eRRt5YBm0m
07:43# # - -Junien : Les lumières vont s’éteindre au début du mois de juillet -> https://t.co/2NYgusgCD9
07:41# # - : Les portes ouvertes des 10 ans de Panaz’émoi -> https://t.co/aSocbA2loY
07:40# # - : Le succès des cafés philo est indéniable -> https://t.co/1Xj7QStGi6
07:37# # - -Vienne : Ce soir au CCM John-Lennon, un concert au rythme des 90’s -> https://t.co/GHRYJ3XsZi
07:35# # - -Vienne : Vendredi 24 et samedi 25 mai à l’espace du Crouzy «Entrez sans frapper» -> https://t.co/rAtgURfPM1
07:32# # - : L’art pour redonner une âme au quartier de La Bastide -> https://t.co/mEkOZCxzFl
07:30# # - : Deux jours de congrès pour la CGT Legrand -> https://t.co/vpzCg1IgEy
07:27# # - -Vienne : Rocade Est de Limoges: Jean-Claude Leblois dénonce «une combine politicarde» -> https://t.co/tiIgadkBGG
07:25# # - -Vienne : Littérature et anarchisme au menu de la librairie champêtre au château de Ligoure -> https://t.co/xdT0aZk2f2
07:22# # - : La foire-expo fête déjà ses 80 ans -> https://t.co/58HmNwXFyg
07:20Région : Occupation du CRDP, les associations au bord de l'indignation -> https://t.co/frGSVZbJOW
00:00Corrèze : Un P’tit Tour plein d’enseignements -> https://t.co/lEqZXHCOXH
23:41Corrèze : "Ce libéralisme fou nous amène à la ruine !" Interview de Jean Mouzat, candidat sur la liste de… https://t.co/P3275eJ8xY

Le hip-hop les a chopés

Sous le charme, une trentaine d’enfants se sont retrouvés mercredi dernier au centre culturel John-Lennon pour trois ateliers. Au menu de la danse, du graff et du skate pour s’initier aux différents modes d’expression de la culture urbaine. Durant la première quinzaine du mois d’avril, le festival Block Party a irrigué la ville de Limoges de nombreuses initiatives.

Des spectacles, du streetball, une master class et des «battles» (confrontations de danseurs)... Une large palette qui a conquis les amateurs du genre et permis aux autres d’aller au-delà des idées reçues qui voudraient cantonner la culture urbaine à un ghetto communautaire. Preuve en est avec cette après-midi «initiation» rassemblant mercredi dernier une trentaine d’enfants (à partir de 6 ans) au centre culturel John-Lennon. Parmi les participants, une majorité de danseurs (hip-hop), filles ou garçons, connaissant déjà les classiques, la chandelle, l’hélicoptère... Mais pour débuter, Ken Thue rappelle les bases : un bon échauffement, quelques mouvements de bras, de jambes. A chaque fois, il explique, recadre parfois, tempère les plus fougueux, encourage les timides. Face à l’hétérogénéité des élèves, le propos est de laisser chacun s’exprimer, à son échelle, tout en amenant ce petit monde à composer un enchaînement abouti. Une belle entreprise qui se termine... par une ronde, au milieu de laquelle tous les participants disposent de quelques secondes pour délivrer son freestyle, avant de laisser la place à un autre, comme dans un débat dansé où chacun prendrait le temps de regarder l’autre.

Pendant ce temps, un autre groupe (les enfants ont été préalablement répartis en catégories d’âge) s’essaye à l’art du graff. Là encore, il s’agit de donner des bases, d’expliquer que le graffeur est comme un peintre avec sa palette (ces bombes de couleur qu’il utilise au gré de ce qu’il veut faire émerger du support). Dans cette autre dimension de la culture hip-hop, on apprend également à manier le pinceau ou plus exactement à prendre en main la «cannette», cet aérosol qui projette la couleur. Là aussi, on a pris des précautions : les mômes ont revêtu des combinaisons de protection et portent un masque. Et avant d’appuyer sur le bouton et de jouer de la bombe, on apprend à secouer l’objet, à la manière d’une célèbre boisson orangée très à la mode dans les années 80. A la fin de l’après-midi, la fresque est née, inscrivant dans pierre cette première édition de la «Limoges Block Party» (ex-journées urbaines) désormais établie dans le paysage local, même en passant à un rythme d’une année sur deux.

A priori, le skate, d’une part, et le hip-hop et le graff, d’autre part, sont deux mondes parallèles, pas vraiment dans la même dimension. En les rassemblant dans ces ateliers, les organisateurs de Limoges Block Party ont peut-être voulu montrer que les cultures urbaines peuvent aisément s’émanciper des compartiments où on pourrait les enfermer. En tout cas, les enfants, pas poreux pour deux sous à l’esprit des chapelles partisanes, n’ont pas boudé leur plaisir. Aux manettes du skate, Cédric passe un long moment à habiller les bambins de protection adaptées. Casques, coudières, genouillères, protections aux poignets... Une fois parés, les participants se saisissent d’une planche et, avant de grimper dessus, écoutent les consignes. «Le premier pied, on le pose juste derrière les vis jaunes, on plie la jambe puis on pousse sur le sol avec l’autre jambe et on place celle-ci bien derrière. Puis, on roule en regardant droit devant.» Prêt ? Attendez ! «Avant de monter sur le skate il faut d’abord savoir comment on s’arrête.» Et c’est parti pour la démonstration. ça roule ? Oui, mais chacun à son tour. Avec ce public de débutants, il faut pren-dre des précautions. Préciser par exemple qu’une fois passé, on rejoint la file d’attente... le skate à la main «parce que sinon on s’amuse à le faire glisser et hop, il finit dans la cheville du voisin.» Un peu plus loin, des modules ont été installés. En une petite heure, les enfants n’auront pas le loisir de tout tester. Là n’est pas le propos. Il s’agit simplement de s’ouvrir à un monde aux multiples expressions où la créativité pose des interstices de liberté dans cet univers bétonné qui les a vu naître.