Fil info
06:30[Revue de Presse] Ça se passait comme ça à … Procès : les salariés n’ont rien oublié ! De p… https://t.co/SH46Xxvdal
00:31[Europe] Homologues danois reçus par l'école hôtelière du Périgord ! 👉 https://t.co/byHmj6wWCM
21:13 Visiblement, ce n'est pas pour tous les élèves...

Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui pour ne pas oublier hier

L’exposition itinérante «Anne Frank, une histoire d’aujourd’hui» est présentée au Musée de la Résistance de Limoges jusqu’au 1er septembre. Conçue comme un parcours de mémoire, d’histoire et d’éducation à la citoyenneté par la Maison Anne Frank (Amsterdam), elle s’adresse particulièrement à la jeunesse actuelle.

 

C’est de façon chronologique que sont présentées des photographies de

l’album de famille des Frank en parallèle de documents illustrant le contexte historique. Des clichés d’une famille unie et heureuse, qui devra se résoudre à quitter l’Allemagne et se réfugier aux Pays-Bas car menacée par Hitler et ses adeptes. Puis l’exposition se focalise sur le célèbre récit de la jeune fille juive, qui raconte son quotidien dans un journal intime, jusqu’à sa mort en 1945 dans le camp de Bergen-Belsen. «Notre volonté était d’informer les adolescents sur l’histoire de la Shoah, autour du témoignage d’une adolescente devenue un symbole, souligne Christine Loreau, responsable de la Maison Anne Frank en France et en Europe francophone. L’intérêt est de les faire travailler sur des processus : comment est-ce possible ? Comment est-ce arrivé? Comment un peuple d’artistes, de personnes cultivées a-t-il pu basculer dans l’horreur ?».

Une maquette de l’usine comprenant «l’annexe» où étaient cachées Anne Frank et sa famille ainsi que des tickets de rationnement et des extraits de son livre permettent aux visiteurs de prendre conscience de la dureté de la vie de la jeune fille dans la clandestinité. Anne Frank raconte ses craintes, ses peines, son espoir, ses joies aussi. Elle reste, malgré tout, une adolescente qui colle des photographies sur les murs de sa chambre, évoque ses premières règles, raconte son premier baiser avec Peter.

Si ce projet éducatif a fait le tour du monde, été présenté dans plusieurs centaines de pays dont certains où les élèves n’ont jamais entendu parler d’Hilter, il est sans cesse actualisé avec des documents faisant écho aux évènements d’aujourd’hui. Autour du nazisme, ce sont ainsi des notions de tolérance, de combat contre les discriminations quelles qu’elles soient et de protection des droits de l’Homme dont il est question. «L’objectif est d’informer, de sensibiliser et d’alerter les jeunes

visiteurs. En montrant que cela peut se reproduire, que ça s’est

reproduit, comme au Rwanda. Et donc leur donner des outils pour reconnaître les premiers signes afin qu’ils puissent intervenir et protéger l’avenir», poursuit Christine Loreau.

Hier et aujourd’hui, 16 personnes volontaires sont formées par des représentants de la Maison Anne Frank pour servir de guides aux futurs visiteurs. Il s’agit notamment de bénévoles de l’association «Lire et faire lire» ou d’étudiantes en Histoire. La visite ne se veut pas linéaire, mais avant tout pédagogique et donc chaque fois différente selon les réactions et les questionnements des adolescents. Chaque guide aura à cœur de faire tisser des liens fertiles entre le passé et le présent afin que les jeunes prennent conscience de la

nécessité de s’engager, de voter comme de ne jamais rester passif face à une injustice.

Mégane Lépine

Des visites guidées seront proposées chaque dimanche à 15h en mai et juin, puis également chaque jeudi en juillet et août. Sur réservation au 05.55.45.84.44.