Fil info
10:32Mussidan : On n'appelle pas sa copine "petite", même par SMS -> https://t.co/5iO2csQ3xU
05:36Bergerac : Dandinement jusqu'à Périgueux -> https://t.co/XJFptXY8oF
17:02Bergerac : Ce soir, c’est Suzane qui est concert et c’est gratuit ! -> https://t.co/rEf4QIHVv9
16:51RT : | ♻️ La rentrée approche et vous souhaitez vous équiper ? 🤝 Développée par Limoges Métropole, utili… https://t.co/AxCI2QdOOh
16:50RT : Je suis co-signataire de cette lettre initiée par . Nos ports doivent s’ouvrir à l’accueil des migrants e… https://t.co/U2cUwTKTGj
16:49RT : POUR NE PAS OUBLIER / NOT TO BE FORGOTTEN; il y a 20 ans, le 17 août 1999, 5 sapeurs-p… https://t.co/ox7GKoiBER
15:05RT : Si ma vaillante petite moto arrive à gagner le Plateau des Mille Vaches, arrivée prévue ce dimanche matin. Hâte hât… https://t.co/dS3vK5atAV

Le Secours Populaire rappelle l’Europe à ses fondamentaux

Mobilisés contre la baisse du budget de l’aide alimentaire dans le cadre du nouveau FSE+ (fonds social européen) 2021-2027, le Secours Populaire de la Haute-Vienne et les 3 associations haut-viennoises bénéficiaires appellent les collectivités locales à les soutenir par le biais d’une motion.

 

Déjà menacé en 2014, le FEAD (fonds européen d’aide alimentaire -ancien Programme européen d’aide alimentaire) pérennisé à l’époque grâce à la ténacité des associations, se voit à nouveau menacé dans le cadre de son intégration dans le nouveau programme social européen FSE+, dont le budget est actuellement en négociation pour la période 2021-2027. Un péril que les associations bénéficiaires -SPF, Croix Rouge Française, Banques Alimentaires et Restaurants du cœur, dénoncent depuis plusieurs mois.

«On nous annonçait au départ un budget amputé de moitié, ce qui se traduirait très concrètement par la fermeture de la moitié de nos structures d’aide alimentaire ou la division par deux du nombre de nos bénéficiaires, n’ayant pas les moyens sur nos fonds propres d’assurer cette aide explique Thierry Mazabraud, secrétaire général du SPF87. Nous avons réussi pour l’instant à le ramener à 3 milliards pour la période 2021-2027. L’objectif est d’obtenir au minimum un milliard supplémentaire pour pouvoir assurer le même niveau d’aide, quand les besoins mais aussi la résignation et le fatalisme ne cessent de croître.

Dans ce contexte, le SPF 87 a soumis au vote des collectivités territoriales -conseils régional, communautaire, départemental et conseils municipaux des 17 communes où l’association est implantée, une motion de soutien.

«Cette préoccupation revient à tout un chacun, nos bénévoles, nos bénéficiaires, et en particulier à nos élus départementaux et locaux, car la diminution du budget européen pour l’aide alimentaire aurait des répercussions sur les politiques sociales locales, qui devraient le cas échéant prendre le relais, sauf à abandonner des gens face à leurs difficultés poursuit Thierry Mazabraud. Nous attendons un soutien, au moins de principe et moral, de leur part».

Saint-Yrieix, Nexon et Saint-Junien l’ont pour l’instant votée. Les associations ont également interpellé les députés au niveau national «sans beaucoup de réactions souligne Thierry Mazabraud même si une délégation nous a accompagnés sur une démarche commune d’interpellation à Bruxelles. Ce sujet, majeur, qui concerne plusieurs dizaines de millions d’Européens, n’est quasiment pas abordé dans le cadre des élections européennes. Quand à l’Etat, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne sent pas un soutien massif de sa part sur le dispositif. Or, nous avons besoin de son implication pour porter ces revendications sur les questions européennes, quand il nous apparaît important de réaffirmer un certain nombre de principes fondamentaux au niveau de l’Union : l’Europe, au moment de sa création, avait aussi pour mission d’assurer la sécurité alimentaire de ses ressortissants. Aujourd’hui, rien qu’en France, 900 000 personnes sont en situation d’insécurité alimentaire sévère».

 

Légende photo: Thierry Mazabraud hier au siège du Secours Populaire 87 à Limoges.

nike air max 2019 china