Fil info
23:45France : Le cabinet de curiosité de Saint-Pardoux -> https://t.co/vV7qC0hGPF
19:30Corrèze : Il recherche les familles de Poilus français oubliés -> https://t.co/Dy68bmW5qL
19:28Châteauroux : Des sportifs de l’extrême attendus à la Martinerie -> https://t.co/uoWq7XKQiS
19:23Indre : La ministre des Transports se veut rassurante sur le POLT et l’A20 -> https://t.co/u8JcL2TKc8
19:03Campagne : Un été d’animations à Campagne -> https://t.co/esGfgfTlHM
18:53Dordogne : Chez les pompiers la maison brûle | L'Echo https://t.co/f4ISQR8c76 via
18:27Dordogne : Chez les pompiers la maison brûle -> https://t.co/LRQ9PrlL19
16:13Sarlat-la-Canéda : Très beau spectacle de Peiraguda aux Enfeus -> https://t.co/27Ysxk7s1p
16:10Sarlat-la-Canéda : Ferveur pour la fête Nationale -> https://t.co/lTf90hZ07T
15:53Corrèze : Les postiers du département appelés à la grève ce mardi -> https://t.co/H2RvjPBAny

Aiguiser le regard et le toucher

Musée des Beaux-arts de Limoges

C’est une proposition originale que le musée des Beaux-Arts de Limoges décline dans sa nouvelle exposition «Au fil des toiles», jusqu’au 26 août. Dix artistes contemporains y font écho aux œuvres de l’exposition permanente, sur un parcours tactile signé Martine Parcineau, chercheur et designer textile.

Sensuel et intime, ostentatoire ou discret, le tissu fait partie de nos vies et s’insinue depuis toujours dans l’art. «Au fil des toiles», nouvelle exposition collective proposée jusqu’au 26 août au musée des Beaux-Arts de Limoges, réunit 17 peintures d’artistes contemporains chez qui le textile acquiert une place singulière. A la fois réflexion artistique sur la représentation, la matière, les sens, et expérimentation éducative qui enracine autant qu’elle enrichit le propos, cet accrochage met à

l’honneur la question de la représentation du tissu en peinture, à travers un dialogue entre les tableaux classiques du musée et les créations contemporaines sélectionnées à cette occasion.

Concue par Anne Liénard, conservatrice et directrice du musée des Beaux-Arts et Maribel Nadal Jové, «Au fil des toiles» allie la présence d’artistes de la scène nationale, comme Lucile Kessil, Marc Molk, François Mendras ou le duo Ida Tursic & Wilfried Mille (récemment nominés pour le prix Marcel-Duchamp), à celle de peintres de la scène européenne, à l’instar de la Belge Charlotte Beaudry ou des Espagnols Ronda Bautista et Federico Miró. Et accueille deux artistes du territoire : Romain Larbre et Pierre Charles Jacquemin, qui vivent et travaillent à Limoges après avoir accompli leurs études à l’ENSA.

Ces 17 œuvres viennent s’intégrer au parcours chronologique et thématique du musée, de l’époque de la Renaissance en passant par la figure féminine et la peinture de paysage, jusqu’au XXIe siècle.

Le rouge, couleur primordiale de la Renaissance jusqu’au XIXe siècle, éclate dans «L’habit de soirée» de Romain Larbre en écho au manteau cramoisi du «Sacrifice de Jephtée». Deux toiles de Mark Molk, à la jonction de la nature morte, du paysage et du portrait en négatif, répondent aux genres picturaux présentés dans la chambre de l’évê-que. Quand les petits formats de Ronda Bautista et leurs aplats de couleurs très vives, s’opposent à la délicatesse des peintures de paysages De l’école de Barbizon.

«Ces jeux, ces échos, cette continuité ou ces oppositions entre les techniques et procédés classiques et contemporains nous ont interpellés explique Anne Liénard. No-tre propos, c’est la question esthétique, le jeu visuel qui permet de valoriser le rapport entre les techniques et les époques. L’épaisseur de la laine, la suavité de la soie, ou le moelleux du coton nous parviennent clairement, tant les artistes se sont évertués à travers ces œuvres figuratives, à transmettre ces

sensations».

Les différents styles figuratifs adoptés, l’éventail des supports et des matières utilisés, font de cette exposition collective une véritable démonstration des possibilités offertes par la technique picturale aujourd’hui, accompagnée d’une exploration inédite de la peinture contemporaine sur la thématique du tissage.

Un parcours tactile

Au-delà de la sensation visuelle et esthétique, l’exposition vient transposer l’expérience du tissu jusque dans le toucher, grâce à de multiples échantillons textiles conçus à partir de plusieurs types de fils, et de fibres d’origine naturelle animale et minérale (laine, soie, coton, lin, genêt...), ou encore chimiques. La couleur et les tissus à motifs sont présentés sous vitrine avec des exemples de teintures et d’impressions de motifs, outils, photos et explications techniques à l’appui. «Un parcours pédagogique élaboré à partir des armures -chaîne et trame- de la toile pour aiguiser l’intelligence tactile, au contact de la richesse et de la diversité de la matière, axe habituellement peu présent au musée» précise sa conceptrice Martine Parcineau, chercheur, designer textile et ancien professeur de design textile à Aubusson et à l’ENSA de Limoges.