Fil info
07:37Région : A Vassivière, des caméras parmi les brebis -> https://t.co/3oKpKtZuBZ
07:35# # - : Ce soir au Lido, «Taxi Téhéran» en soutien à l’avocate Nasrin Sotoudeh -> https://t.co/8PlrMSbOHS
07:33# # - -Vienne : Festival l’esprit des pierres, un premier acte de grâce -> https://t.co/IimTHvGeCW
07:31# # - -Vienne : C’est la Dolce Vita au Vigen -> https://t.co/ZTNpyRC88W
07:29# # - -Vienne : Demain et samedi, Festi’Zac de retour à Ambazac -> https://t.co/vJatMAMM50
07:29 "Le massif forestier ne doit pas reconquérir des espaces unique… https://t.co/aCnQVDsO8R
07:27Région : Solutions pour l’inclusion -> https://t.co/MyKWksPOyg
07:22Coulounieix-Chamiers : La filière bois ne doit pas compter sur le malheur des agriculteurs -> https://t.co/IZkdGXMS81
05:59 Les SP de nouveau en prise avec un violent incendie cette nuit. C dans :… https://t.co/K8bhTVUBBF
05:55Prigonrieux : Violent incendie près de Bergerac : la circulation coupé -> https://t.co/lMrPWLb8Tz
00:57Région : Pas touche aux trésoreries | L'Echo https://t.co/CFAJzv8TIM via
22:18 "En , la question des transmissions est majeure". C da… https://t.co/6SsMm12mxq
22:12Périgueux : « Jamais on n’aurait cru que l’agriculture tournerait comme ça… » -> https://t.co/ahvNYE8fsk
20:10Châteauroux : L’année 100 pour l’Apollo -> https://t.co/RI9ntgujKL
19:41📰C'était à lire aujourd'hui dans . C'est demain à : une rencontre… https://t.co/ImPRvqDSIQ
19:23Migné : Double inauguration au Domaine du Plessis -> https://t.co/vY3bKjB8Oc
19:22La Châtre : Patrick Judalet brigue un nouveau mandat -> https://t.co/MRf0VJNq06
19:21Issoudun : Finances publiques : les agents manifestent chaque vendredi -> https://t.co/j8ZuQTtAGW
19:20Châteauroux : Le quartier de la gare s’engage sur une nouvelle voie -> https://t.co/EIe1gsuIar
18:42RT : [Retour vidéo ] journée d'hier de végétation 🚒 sur la commune de . Merc… https://t.co/FZWV4sxuja
18:40Corrèze : Un Trésor public à sauvegarder -> https://t.co/YwwsZDJ7IW
18:39 Les sapeurs pompiers limitent les dégâts... mais qd même... Grosse imprudence à C dans… https://t.co/rnzCNa73Sa
18:32Jumilhac-le-Grand : Il brûle des herbes chez lui... et calcine presque un hectare -> https://t.co/aeIgQSuWSw
17:13RT : [presse] Manque d'AESH et terminale à 36 élèves à Bordeaux : les enseignants du lycée Magendie en… https://t.co/eQ8vcP2Str
17:13RT : Les salariés de General Electric s’apprêtent à se mobiliser à l’appel pour exiger l’arrêt du démantèlement de… https://t.co/yg5iKf1Edw
17:13RT : On pouvait aussi dire qu'il y a, pour les Français, 8 sujets prioritaires avant la lutte contre l'immigration cland… https://t.co/TdgZJJZoAt
16:43France : Chez FO, les établissements tournent comme le père Ubu -> https://t.co/jao978AZB1
16:33RT : Et tuer le train des primeurs , c'est quel degré d'incivisme ? Mettre 20 000 camions en plus sur les… https://t.co/uzROQipj4l
15:42RT : 🚨L'association Saint-Junien Environnement nous informe de la non potabilité de la source publique de Saint-Martin-d… https://t.co/rnL2dLuiUK
14:50RT : Ils iront jusqu'à l'os. Et lorsque qu'ils seront arrivés à l'os il iront jusqu' la moelle. Des fous furieux ! https://t.co/k453evnJFg
14:50RT : RT si t'es Français et que t'as jamais rien conféré à Marine Le Pen. https://t.co/JQD2qrmPyd
14:50RT : Nous aussi ! On utilise Tweeter pour suivre les conneries du Grand Timonier imbu de sa personne ! https://t.co/43pNFu9fU9
14:49RT : Migrants noyés en Méditerranée : une médecin légiste se bat pour retrouver leur identité https://t.co/hWnkiZSLEq
14:49RT : 🚒🚒🚒🚒👨🏻‍🚒👨🏻‍🚒👨🏻‍🚒👩🏼‍🚒👩🏼‍🚒👩🏼‍🚒 + 🚁👮‍♂️ https://t.co/JWnJHEekVS https://t.co/9LRrX5zuMR
14:48RT : Soutien aux journalistes de France 3 Nantes et interpellation : allez-vous encore longtemps, vous, Ministre de l’in… https://t.co/aHQbtWDJca
14:48RT : Provocations à l'outrage, interpellation d'un agent de sécurité, un policier qui sort : "vous avez honte d'être jou… https://t.co/z7JCPopnrT
14:47RT : Une bonne nouvelle RELAXE pour Fanny et Pierre Ce ne sont pas les militant.e.s du climat qu'il faut poursuivre et… https://t.co/gtpFUEO6K3
14:47RT : La préfecture de la et les sous-préfectures de et seront exceptio… https://t.co/YYph5lre5z
14:47RT : Les mots nous manquent à la lecture de cette phrase ignoble, les sentiments nous manquent devant tant de violence g… https://t.co/OfBORr83lk
14:47RT : Comment les gens de droite si prompts à défendre le retour à l’ordre moral, si à cheval sur les valeurs cathos, si… https://t.co/WmH2bPHe4q
14:46RT : Un excellent moment radiophonique mais surtout politique ! Il y a donc des citoyens.nes heureux de vivre sous la co… https://t.co/eU0OF4c8NB
13:04 Des infos forcément utiles aux agriculteurs. C dans : https://t.co/w80JfEbgL4
12:42France : Info préfecture : la baisse des débits d'eau se poursuit -> https://t.co/xd0kbEtdUA

Eymoutiers, point de convergence

Festival littéraire Les Ecrits d'Août

Le festival littéraire Les Ecrits d’Août s’est terminé lundi dans la cité pelaude et le bilan a été très positif pour les organisateurs au vu du public venu rencon-trer les auteurs et échanger avec eux. Ce dernier jour, «jour des luttes», a été marqué par la venue d’auteurs de renom dont Alain Damasio, Frédéric Lordon, Hervé Le Corre entre autres.

Ecrivains de romans noirs ou penseurs, tous ont pour point commun de parler de la société telle qu’elle va ou plutôt, ne va pas du tout.

Dès le début de la journée, Hervé Le Corre a donné la couleur par ses romans noirs sur des faits historiques qu’il a romancés : celle de la Résistance et des luttes. Marqué dès le plus jeune âge par l’engagement de ses parents Résistants durant la Seconde Guerre mondiale, il a écrit des romans autour de moments qui ont fait l’histoire mais en changeant de focale, en donnant la voix à ceux qui ont été opprimés. Ses romans peuvent avoir pour cadre la Seconde Guerre mondiale, celle d’Algérie mais également la Commune de Paris qui fut réprimée dans le sang en 1871. Deux anciens professeurs, à la faculté pour l’un et en classes prépatoires pour l’autre, ont éclairé brillamment cette rencontre.

Grâce aux lectures de Marc-Henri Lamande et aux chants de Cathy et Jacques, cette rencontre a résonné dans les oreilles des auditeurs.

Convivialité et échanges

Après un repas partagé organisé par le groupe des Gilets jaunes de la Montagne limousine auquel s’étaient joints d’autres Gilets jaunes, moment de partage et de paroles d’auteurs et de Gilets jaunes, le festival s’est poursuivi avec Marin Ledun, un syndicaliste de SUD, qui était aux premières loges, si l’on peut dire, de la violence au travail à France Télécom, car il y travaillait durant la période où de nombreux suicides au travail ont été dénombrés. Ayant écrit un mémoire sur l’idéologie de l’information et pour s’extraire de ce climat nauséabond, il a décidé d’écrire des romans noirs dont les plus récents, «Salut à toi ô mon frère» et «La Vie en Rose», sont une dénonciation des travers de la société mais sous un angle pouvant paraître humoristique ou plus précisément, caustique. Au départ, comme il l’explique également, lui comme bien d’autres, ne pensait pas que le mouvement des Gilets jaunes puisse être une émergence sociale importante mais maintenant, il le soutient comme étant le signe d’un réveil populaire ; c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle il s’attache à rendre accessibles ses romans et à les populariser.

Un constat unique,

plusieurs réponses

et formes de résistance

Dans son dernier opus, Les Fugitifs, Alain Damasio évoque la lueur d’espoir que constitue la création d’îlots comme, par exemple, les ZAD ou les Gilets jaunes, qui, en s’agglomérant, pourrait être une réponse face à l’adversité de la société.

Frédéric Lordon pense, lui, que le problème c’est le capitalisme : immiscé dans toutes les sphères de la société, il faut combattre. Ce capitalisme pourrait vivre un Grand Soir comme l’Acte III des Gilets jaunes aurait pu le laisser imaginer [l’Acte III a été marqué par l’irruption de plusieurs Gilets jaunes dans les quartiers les plus protégés de la capitale - ndlr].

Si la réponse diffère, le constat est identique : la société actuelle est malade voire moribonde. Cela rend nécessaires des formes de résistances quelles qu’elles soient car un cap a encore été franchi avec la régression du degré de liberté qui pouvait exister dans les années 1970, par exemple, et qui a commencé à être tronquée dès les années 80. Un signe : la régression de la liberté d’expression, celle de la presse et celle de ses dessinateurs. Comme l’explique David Dufresne, le smartphone peut être appréhendé de deux manières opposées : en permettant de filmer des actes qui peuvent être répréhensibles, il constitue une forme de résistance car il permet à chacun d’agir furtivement et ainsi, devenir lanceur d’alerte. A contrario, il peut également être un moyen de dénonciation comme l’a expliqué un témoignage dans l’assistance.

«L’héritage de la Résistance de la Seconde Guerre mondiale et du CNR qui en a découlé est de plus en plus mis à mal.» Tous s’accordent néanmoins sur le fait que la Résistance lors de la Seconde Guerre mondiale n’est en aucun cas comparable à l’actuelle ; mais que cette dernière est indispensable pour sortir de cette spirale qui conduira, selon eux, inexorablement, à des conflits plus importants encore.

La soirée s’est poursuivie par un spectacle symbolisant la défense de la langue française face à des déformations langagières à la Font-Macaire et un banquet final en musique avec Jaap Mulder et son fils.

Cette première édition du festival a reçu des financements principalement de la mairie, de la DRAC Nouvelle-Aquitaine, de l’Europe via le fonds FEDER, du pays Monts et Barrages ; elle n’aurait pu avoir lieu, non plus, sans les nombreux bénévoles.

 

Photo : Quatre brillants penseurs à la table : Serge Quadruppani, Alain Damasio, David Dufresne et Frédéric Lordon. (Photo C.P.)