Fil info
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Il y a 75 ans, les hommes de Guingouin libéraient Limoges

Hier soir avait lieu le 75e anniversaire de la Libération de Limoges. Sous le regard de nombreuses personnes et personnalités, la cérémonie s’est déroulée en plusieurs endroits de la cité, entre hommage aux maquisards et devoir de mémoire.

Lors de cette cérémonie qui a vu la participation de nombreuses personnalités et anonymes, Michel Rouzier, président départemental de l’Association nationale des Anciens Combattants (ANACR), a rendu un hommage appuyé au colonel Guingouin, figure de la Résistance lui valant le surnom de «libérateur de Limoges».

En Haute-Vienne, le maquis s’est constitué «à l’initiative d’un jeune instituteur, Georges Guingouin qui, de rebelle, de hors la loi, dont la tête était mise à prix se trouvait en 1944, à la tête de plusieurs milliers de maquisards».

Michel Rouzier a ensuite conté «un parcours compliqué, un sentier plein d’épines, mais une route pleine de succès» pour «les hommes de l’ombre» : «Après les combats du Mont-Gargan en juillet 1944, où les hitlériens pensaient écraser les maquisards de la demi-brigade de Marche, le délégué militaire régional Déchelette, alias Ellipse, nomme le colonel Guingouin chef départemental des FFI de la Haute-Vienne».

Si l’armement du maquis pouvait contenir l’ennemi, «il était insuffisant pour permettre une prise d’assaut de la ville sans pertes importantes». Alors, Guingouin «préférera la stratégie de l’encerclement de la ville à celle de l’affrontement» et privilégia ensuite la «négociation de départ des troupes allemandes» plutôt qu’un «sanglant combat».

En pleine négociation de la capitulation allemande, «le colonel Guingouin fait annuler le projet de bombardement des casernes et des établissements militaires occupés par l’ennemi dans la ville, en raison des dommages collatéraux à prévoir». C’est ainsi que le 21 août 1944, un accord est conclu : «Limoges est libéré échappant à de graves destructions et aux pertes en vies humaines que des combats dans un périmètre urbain n’auraient pas manqué de produire en grand nombre» est persuadé le président départemental de l’ANACR .

Devoir de mémoire

Michel Rouzier a également rappelé qu’«il est de notre devoir de transmettre envers les jeunes et les moins jeunes, cet esprit qui animait nos Résistants dans leur vie d’homme et de femme traqués mais déterminés à vaincre». Ainsi a-t-il souligné que «l’esprit de la Résistance c’était la solidarité sans distinction de convictions politiques, religieuses, ou autres, ni de nationalité. C’était une fraternité sans réserve. C’était lutter pour un monde meilleur, un monde de Liberté, de justice, de solidarité. Un monde débarrassé à jamais, de la dictature et de la misère».