Fil info
16:42RT : Il ne faut pas tout mélanger. On a essayé de nous entraîner sur la question de la grève et de la mobilisation. Ce n… https://t.co/BU5mLjKS99
16:37RT : La nouvelle saison du Hot Club commence par un retour aux sources du jazz avec l'orchestre "Mem’Ory" lundi… https://t.co/o6OUOkUN3N
16:35RT : Évidemment il est plus simple de dénoncer la galère des usagers que d'expliquer le pourquoi de l'application du dro… https://t.co/wytPkLcHTd
16:31RT : La réaction du de à démontre un durcissement de la réaction au mouvement… https://t.co/kMVzfWwLgQ
16:30RT : Édouard Philippe qui demande des “suites judiciaires” contre les grévistes de la SCNF.. quelle horreur ce gouvernem… https://t.co/uFgpB3LRET
16:29RT : . annonce des suites judiciaires contre les cheminots. La répression comme seul arme face à des chemino… https://t.co/H9jNtWeV9X
16:29 Qu'auraient-ils fait à la place du conducteur du train dans les Ardennes? Ils auraient trouvé la situa… https://t.co/jH2MqZrl5j
16:26RT : Ce gouvernement ne veut jamais rien négocier. Rien. Il enfume systématiquement sur « l’écoute », la « concertation … https://t.co/fte4awOJOw
15:40Périgueux : FO Dordogne durcit le ton : une grève pourrait se déclarer bientôt -> https://t.co/KZcQydTMex
10:52 si vs lisez l’histoire de Laurent, fauché par 1 chauffard à 12 ans... tjrs au à 39 an… https://t.co/mUr0Y0ztjS
10:41Périgueux : « Travailler dans une bibliothèque, ce serait le rêve » -> https://t.co/Om386ffkdU
08:48Marsac-sur-l'Isle : Dixième salon animalier du Périgord : coup d'envoi au parc des expo' ! -> https://t.co/p6CLIkLE08
07:47France : Nouvelle exposition au musée de la Résistance, regard sur les brigades internationales -> https://t.co/caNMHLqoaD
07:44# # - -Vienne : Les Petits Ventres, un succès sans cesse renouvelé! -> https://t.co/TTzFlA4Xuk
07:41Région : A la découverte de l’architecture contemporaine -> https://t.co/OSBGQvtF79
07:37Région : A Limoges, la voie du «faire pour apprendre» -> https://t.co/SqNTZduZAH
04:00La Douze : Un motard gravement blessé au sud de Périgueux -> https://t.co/MsiSO6cCfK
21:47 Un fait'div ! Vous ne vous sentez plus à Limoges...
20:36Périgueux : Juste "une pension digne du travail effectué" -> https://t.co/WJfjd1lZNU
20:29Le Blanc : Concert exceptionnel du chœur Mikrokosmos à Saint-Génitour -> https://t.co/NGRUEp7bS2
20:26La Châtre : La gauche se positionne et élabore dix propositions -> https://t.co/QVKtmmPuHT
20:22Châteauroux : Le nouveau quartier sur le site des 100 000 Chemises prend forme -> https://t.co/3YLUgPgWbG
20:19France : La question des enjeux alimentaires fait son cinéma -> https://t.co/FNy0X1qgvB

L’aide à domicile, enjeu de société

Pénibilité, précarité : les très difficiles conditions d’exercice et de salaire des aides à domiciles seront en débat à l’invitation de la CGT 87 à la salle des fêtes de Landouge, vendredi 27 septembre à 20h.

Amplitudes horaires à rallonge, plannings hâchés, missions alourdies sans formation adéquate, déplacements à charge, salaires de misère et conditions de travail déplorables... Alors que le maintien à domicile se fait de plus en plus nécessaire vu le vieillissement de la population et le coût élevé des placements en maison de retraite, les difficultés physiques et psychologiques subies par les aides à domicile s’accumulent, au sein des nombreuses structures associatives qui les emploient et se multiplient sur le département. Confrontés à la vieillesse, la ma-ladie, le handicap, la misère sociale et malheureusement la mort, ces personnels «fortement exposés à la pénibilité» précise le rapport de branche de l’aide à domicile 2018, n’en peuvent plus, et viendront en témoigner vendredi 27 septembre à Landouge sous l’égide de la CGT. Une initiative pour échanger et débattre avec les citoyens, usagers et, espère le syndicat, des élus. «Car s’il s’agit d’interpeller le gouvernement, nos représentants locaux doivent prendre toute la mesure de ce qui se passe sur le terrain pour faire remonter ce véritable enjeu de société explique Arnaud Raffier, secrétaire départemental de la CGT87. La Haute-Vienne a vu la création de nombreuses enseignes à but lucratif proposant des aides à domicile. Si nous restons dans notre rôle d’organisation de défense des salariés, nous dénonçons également les conditions faites aux usagers qui pâtissent de tout ces manquements de manière extrêmement violente. Les deux sont liées, les conditions du maintien à domicile sont catastrophiques. Aujourd’hui, ces entreprises vendent un service que les salariés n’ont pas les moyens d’effectuer». Des salariés, vivant bien souvent au dessous du seuil de pauvreté, avec un salaire moyen de 855 euros nets mensuel, alors qu’ils sont également amenés à intervenir de plus en plus auprès de personnes jeunes, handicapées PCH (prime compensatoire au handicap).

«Vu les conditions de travail, le turn-over est très important. Les recrutements sont continuels détaille Nathalie Soury, auxiliaire de vie sociale à l’UNA Ouest 87 basée à Saint-Junien. Le mot aide aujourd’hui n’a plus de limite. Des filles qui ne sont pas diplômées AVS sont amenées à faire des toilettes complètes, des manipulations, qui relèvent des compétences de personnels aide-soignant ou infirmier. C’est grave. Les amplitudes horaires peuvent aller de 12 à 14h sur une journée avec un temps de travail effectif de 5h. On travaille avec notre voiture personnelle. Le déplacement peut être pris en charge sur des frais kilométriques, mais non en temps de travail, à condition que les missions soient successives. En cas de planning hâché, on considère que vous pouvez rentrer chez vous en-tre deux missions, et vous n’êtes pas payé sur ce temps là. Comme on manque de personnel, on est obligé de compresser nos missions. Sans compter les nouvelles arrivantes qui sont envoyées chez des personnes en fin de vie, qu’elles soient qualifiées ou pas. Car aujourd’hui, la formation se fait en établissement privé, à nos frais».

«La relation de confiance avec les usagers n’est plus possible aujourd’hui dans ces conditions conclut Christelle Delhomme-Nicolas, représentante de la Fédération limousine des organismes sociaux. Famille, salariés, retraités et citoyens sont invités à venir débattre de ce grand enjeu de société.

Réunion publique le vendredi 27 septembre à 20h, salle des fêtes de Landouge. 1er étage.

 

Photo : Nathalie Soury, Christelle Delhomme-Nicolas et Arnaud Raffier animeront le débat auxquels sont conviés familles, citoyens et élus.