Kwe Samasey, une artiste en devenir

De la couleur, beaucoup de couleur, des inspirations venues d’ici ou d’ailleurs, du talent, de la peinture et voici que nous appairait une artiste en devenir, Kwe Samasey.

Elle est originaire de Guadeloupe, arrivée en métropole il y a 3 ans, artiste en devenir, la jeune femme peint, dessine et adore ça.

«J’ai étudié dans une école d’esthétique et à l’époque on nous faisait faire beaucoup de dessin avant de maquiller, par exemple, nos modèles. Arrivée sur Limoges il y a 3 ans, j’ai eu un peu froid» glisse-t-elle avec d’humour. «Je suis donc beaucoup restée à la maison et j’ai commencé à peindre… beaucoup peindre». D’œuvres réalisées à même les murs de son appartement aux dessins qu’elle faisait pour sa fille, l’artiste avait besoin d’évoluer. «Ma sœur m’a acheté mes premières toiles et pinceaux et m’a encouragée à poursuivre dans la peinture». Et elle a bien fait.

De petits tableaux aux grands formats, Kwe Samasey laisse aller son imagination : «j’ai travaillé dans 8 corps de métier depuis mon arrivée à Limoges : j’ai fait la cueillette des pommes, aventure très révélatrice pour moi et mon côté créatif». Et d’expliquer que pendant cette mission professionnelle, elle a rencontré des gens de toute culture, des quatre coins du monde. «En échangeant avec toutes ces personnes, venues du Mexique, d’Europe de l’Est ou d’Afrique, j’ai eu l’impression de faire le tour du monde et cela m’a nourrit, enrichit». Si Kwe Samasey confie qu’elle aime beaucoup son métier d’esthéticienne, ce qu’elle préfère c’est être face à elle-même et peindre. «J’aime pouvoir gérer mon temps, créer, imaginer, peindre» et si la jeune femme n’a pas encore exposé, c’est par manque de relations dans le milieu artistique.

Toutefois, sa dernière toile «la femme éléphant» a crée un petit buzz sur internet : «il y a eu énormément de partage et du coup une association d’artistes locaux de la Guadeloupe m’a invité à exposer là-bas».

«Quand je peins, je ne suis plus la même ; j’ai l’impression de fonctionner avec les énergies, de donner une âme à mes tableaux ; ces derniers deviennent quelque chose de vivant et ça me déchire quand je vends ou que je donne une toile».

Nathalie Petoux

 

Photo : La femme éléphant, le tableau qui a fait le buzz.