Dernier sprint des militants de la France Insoumise

A quatre jours du scrutin présidentiel, les militants de la France Insoumise continuent d’aller vers les électeurs pour tenter de convaincre les derniers indécis, une dernière réunion publique est même organisée vendredi soir à Argenton.

Depuis plusieurs mois, ils distribuent des tracts, collent des affiches et tentent de convaincre les électeurs de voter pour le programme de la France Insoumise. À moins d’une semaine du scrutin, les militants redoublent d’efforts.
« C’est important de militer pendant ces derniers jours, insiste Alison. On sent qu’il y a des indécis, surtout qu’on voit des boules puantes dans les médias comme l’annonce de l’alliance bolivarienne ou la sortie de l’euro. On apporte des contradictions et on explique donc le programme aux gens. » Depuis plusieurs jours, depuis que les sondages placent Jean-Luc Mélenchon au deuxième tour en fait, les attaques se font plus virulentes, ce qui galvanise les militants.
Mélenchon dans le viseur des médias
« D’un côté, si les médias s’attaquent ainsi à Mélenchon, c’est qu’il dérange, analyse Jean-Baptiste. Il y a même des boules puantes qui servent notre programme. Par exemple, certains médias alertent sur le risque d’augmentation des taux d'intérêt si Jean-Luc Mélenchon devait être élu président. Cela veut bien dire qu’il est le seul candidat anti-système. »
Porté par une dynamique évidente, certains comme Jacques estiment qu’il ne faut rien lâcher tant que le jeu n’est pas fini et continuer à aller vers les électeurs. « Ce qui a fait le succès de la France Insoumise, c’est que tous les militants ont fait du porte à porte », souligne-t-il.
Un porte-à-porte qui s’est bien déroulé dans l’ensemble. « On rencontre deux cas de figure, reprend Alison. Soit les gens n’ouvrent pas leur porte dès qu’ils comprennent qu’on vient parler des élections et qu’importe le candidat. Soit ils n’ont pas de rejet quand on leur dit qu’on vient pour la France Insoumise. Depuis la réunion publique au Mach 36, on est encore plus entendus. Les gens voient qu’on est des locaux. »
Du verre pilé dans les affiches du FN
Dans les autres partis en revanche, si la mobilisation semble tenir, les méthodes sont parfois anti-républicaines. Les militants de la FI ont en effet constaté qu’une personne collait des affiches du Front national sur les espaces d’affichage libre en mêlant du verre pilé à la colle. Pour faire bien, il met deux couches de colle, une en dessous pour coller et une au-dessus pour être sêr de blesser ceux qui voudraient décoller l’affiche. D’autre part, il tapisse systématiquement les panneaux d’affichage libre, ce qui oblige les autres utilisateurs (militants politiques, monde associatif, organisateurs de concert,...) à décoller ou coller par dessus ses affiches car il ne laisse pas d’espace pour les autres.
« À un moment, cela veut dire qu’il y a un type qui se lève et qui prépare sa colle avec des bouts de verre, enrage Alison. Et puis c’est dangereux pour des jeunes qui voudraient s’amuser à décoller les affiches. » Ce type de collage plein de verre a notamment été trouvé sur les panneaux de la piscine à vagues à Châteauroux et près du château des Planches à Saint-Maur.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.