Fil info
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT

A la 11e heure, du 11e jour, du 11e mois, les canons se sont tus

Samedi, place de la Victoire et des Alliés à Châteauroux, la commémoration du 11 novembre s’est déroulée devant une foule de 200 personnes. La cérémonie s’est conclue sur l’hymne national, chanté par les enfants de la ville.

Samedi, pour commémorer le 99e anniversaire de l’armistice du 11 novembre, personne ne manquait à l’appel.  Présidée par le préfet Seymour Morsy, la cérémonie a rassemblé près de trois cents personnes sous un ciel gris, dont deux cents spectateurs et une centaine d’officiels : élus, porte-drapeaux, gendarmes, pompiers, harmonie municipale et ch¥ur.
En préambule, cinq élèves des collèges et lycées de la ville ont transmis les messages des associations d’anciens combattants. Première à s’exprimer, l’Union des combattants (UNAC) rappelait l’importance du mot d’ordre de l’époque, qu’on peut reprendre aujourd’hui. « Novembre 1917, 40e mois de la guerre, le mot d’ordre est tenir ! Tous, ils ont tenu... Aujourd’hui, les héritiers des vainqueurs de 1918 sont engagés dans une guerre contre un ennemi diffus, fanatisé et cruel. Aujourd’hui, comme en 1917, la guerre en cours nous impose de tenir, dans les familles pour combattre la radicalisation, dans les écoles pour enseigner les valeurs qui fondent notre civilisation, dans les villes et les villages. »
Le message de l’Union française des associations de combattants et de victimes de guerre (UFAC) insiste sur les souffrances stoppées ce 11 novembre 1918. « C’est la fin de cinquante-deux mois de combats meurtriers, de cauchemars, de privations, de souffrances et de deuils. Souvenons-nous des souffrances endurées par ces hommes, en ce printemps 1917, épuisés par les combats meurtriers de la Somme et la terrible offensive du plateau du Chemin des Dames.» Les anciens combattants rappellent les chiffres : 1 400 000 morts, 740 000 invalides, 3 000 000 de blessés et des centaines de milliers de veuves et d'orphelins.
Le préfet Seymour Morsy a pour sa part lu le message de Geneviève Darrieussecq, la secrétaire d'État auprès de la ministre des Armées, qui indique notamment que le 11 novembre 1918 fut aussi « le temps du deuil qui commence face aux pertes considérables, tant civiles que militaires. La Grande Guerre a profondément bouleversé les nations européennes, les équilibres mondiaux sont durablement modifiés. »
Une centaine d’enfants des écoles Lamartine, Saint-Pierre, Le Colombier, Les Marins, Jean Moulin et le collège Rosa Parks ont ensuite chanté La Marseillaise, accompagnés par l’harmonie municipale.
A l’occasion de cette cérémonie, les deux brigadier-chefs Cyril Lordet et Fabrice Nanty, ainsi que le caporal-chef Ludovic Marchand ont été décorés de la croix du combattant pour leurs actions en opération extérieure.
FR

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.