Fil info
22:24RT : Victoire pour la liberté d'expression. Nous poursuivons le combat https://t.co/fIKk3fOp8N
22:23RT : L'Indication Géographique Protégée (IGP) a été accordée aux porcelainiers de Limoges. Seule la porcelaine entièrem… https://t.co/MOWbd1dtGS
22:23RT : Région : Jeudi 14 décembre, ils chanteront pour L’Echo -> https://t.co/FsiQBvNj7M
16:19 ça commence à bien faire de s'en prendre aux syndicats de travailleurs
16:09La secrétaire générale de l'Union départementale CGT de la Creuse Catherine Baly est convoquée au commissariat de... https://t.co/mEUkOlyFAu
13:02RT : Suite aux violences survenues à l’encontre des arbitres lors de rencontres départementales de ces de… https://t.co/ZDLyLsB1KT

Des peluches made in Berry

A l’approche des fêtes de fin d’année, l’atelier des Petites Maries ouvrira ses portes les 24 et 25 novembre. C’est ici que sont fabriquées des peluches « made in France » de très belle qualité. Visite guidée.

Dans l'atelier de confection situé dans une arrière cour à l'abri des regards, on perpétue un savoir-faire vieux de plus de soixante ans. Créée en 1954 à Saint-Marcel, l'entreprise Blanchet devint en quelques années une référence dans la peluche française de qualité. Placée en liquidation judiciaire en 2015, l'entreprise a été rachetée par Les Petites Maries, une société née en 1963 et qui a son siège à Blois. Un atelier s'est ouvert à Châteauroux. Il regroupe huit salariés, la plupart des « anciennes » de chez Blanchet, avec de l'or au bout des doigts.
Le pari de Jean-Paul Perdereau, responsable création, c'est de relancer la fabrication de peluches « made in France ». Avec un certain succès : en l'espace de deux ans, la part de la production française est passée de 10 à 25 %. Chaque peluche sortie de l'atelier castelroussin est accompagnée d'un certificat d'authentification rempli manuellement.
Des partenariats locaux ont été développés. Toby, le petit âne noir du Berry, a été créé à la demande du Pôle du cheval et de l'âne de Lignières qui en a l'exclusivité de la vente. Dans le même esprit, on trouve Gaston le mouton berrichon, Montaine le mouton solognot et tout récemment Myrtille, la poule noire du Berry, nouvelle mascotte de France Bleu Berry. Des créations qui ont permis de faire connaître la marque du public local.
Même si l'essentiel du chiffre d'affaires – 80 % - se fait ailleurs, auprès de grands noms de la haute couture, de chaînes d'hôtels ou de laboratoires pharmaceutiques qui font fabriquer des modèles spécifiques le plus souvent pour offrir à leur clientèle. Outre son savoir-faire, l'entreprise a en effet un autre atout : sa souplesse qui lui permet de fabriquer à la demande de petites séries et de grosses pièces pour les vitrines de Noël des grands magasins ou les stations de sport d'hiver. « L'an passé, nous avons réalisé un ours d'1,80 m pour le hall d'un grand hôtel parisien » raconte Jean-Paul Perdereau.
La fabrication des peluches dans l'atelier castelroussin reste semi-artisanale : les finitions se font à la main et aux ciseaux si bien que l'on voit à peine les coutures. La matière utilisée est aussi plus luxueuse. Avec pour conséquence un prix plus élevé : 2,5 à 3 fois plus cher qu'un produit importé d'Asie. C'est pourquoi, en parallèle et afin de proposer des peluches à des prix plus abordables, Les Petites Maries font fabriquer en Chine une partie de leurs créations dont son produit phare, l'ours Toinou, doudou de nombreux enfants. Il en existe de nombreuses versions et notamment une où Toinou porte une marinière fabriquée par Armor Lux et des pantoufles qui proviennent des Pantoufles du Berry à Vatan. Les longues pattes est une autre collection qui rencontre un gros succès auprès des tout petits. Et cette fin d'année est marquée par la réédition de Nounours de l'émission Bonne nuit les petits qui fut à l'origine des Petites Maries (voir ci-dessous).
Après des visites de l'entreprise cet été dans le cadre de l'opération Secrets de fabrique en partenariat avec la CCI de l'Indre et l'agence de tourisme de l'Indre, des portes ouvertes auront lieu les 24 et 25 novembre en vue des fêtes de fin d'année. Il sera exceptionnellement possible d'acheter sur place les peluches de son catalogue. A Châteauroux, ces peluches, essentiellement des ours, sont également en vente toute l'année chez Marie Clafoutis, 15 rue Bertrand.

Portes ouvertes vendredi 24 de 14 h à 17 h et samedi 25 novembre de 10 h à 17 h au 382 avenue de Verdun à Châteauroux.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.