Fil info
15:55Périgueux : Un chantier d’importance financé à près de 80 % -> https://t.co/nCBLMtIwuL
15:08RT : Tulle : la secrétaire d'État auprès du ministère de la Défense a annoncé le maintien du Pôle graphique de Tulle ass… https://t.co/N0la1BY1HA
11:51On continue notre tournée ! Ce vendredi 14 décembre à . B Sautour, D Compagnon et Laurent Chabrol parleront d… https://t.co/ri5I3W21WZ
07:43Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/1YXHqy5mps
23:24Dans la brume d'un matin, la quiétude du patelin, vas subitement être troublée, par le passage éphémère du train, à… https://t.co/N3cs7thY5c
19:36Région : Pas de justice environnementale sans justice sociale -> https://t.co/UA5mJQ5Xuy
19:04Châteauroux : Une centaine de marcheurs pour le climat -> https://t.co/HZfjdm59wj
19:03Indre : Téléthon : 47 055 euros récoltés dans l’Indre au 36 37 -> https://t.co/8ZjSgzVifY
19:02Indre : Gilets jaunes : 500 sous la pluie -> https://t.co/BnP7ygfor3
18:43# # - -Vienne : Un espace dédié à la jeunesse -> https://t.co/zvhtWrDsQz
18:42Brive-la-Gaillarde : Une avenue à côté de la plaque pour la LDH | L'Echo https://t.co/iZEN0mUs2L via
18:42Corrèze : Des chutes d'eau extraordinaires au barrage du Chastang | L'Echo https://t.co/LaGqDYxpkx via
18:38# # - -Vienne : Un Téléthon marqué par la pluie et les mouvements sociaux -> https://t.co/rGqDu5mjBP
18:11Périgueux : La saison des truffes est ouverte -> https://t.co/d90ExcPOij
18:07Dordogne : La voiture de Jacqueline Dubois et celle de son époux incendiées -> https://t.co/AiizANR4TZ
18:07La Sainte-Barbe du centre de secours Maurice-Lebon à Guéret était l’occasion, outre la passation de commandement en… https://t.co/dMQzMy3oc5
18:01Dordogne : Les Gilets jaunes demandent à être enfin entendus -> https://t.co/HAF2OIwRUr
18:00Dordogne : Ils ont marché pour le climat -> https://t.co/w41a9zDeLV
17:57Sarlat-la-Canéda : La fin d’une époque pour Majuscule -> https://t.co/dTt7fRn2UJ
17:23France : Ligne Limoges-Ussel -> https://t.co/SJWMWJo3Uf
17:20# # - -Vienne : Des Gilets jaunes dans l’attente -> https://t.co/2Qab5JramC
17:09Région : La gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/Q30Xdy1YCS
17:00Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/jacK0BRELN via
16:59Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/4prmNAbd6v via
16:57Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» | L'Echo https://t.co/1D2y4CGXUG via
16:56Région : Marche pour le climat: la gare de Limoges «bouclée» -> https://t.co/N3tyxfvUeh
16:47 ça vous dirait de soutenir un projet agricole et ? - > https://t.co/6A6WjbdUC2

L'aviculture : un espoir pour le monde agricole et l'économie

Avec 800 élevages en région Centre-Val de Loire, la volaille se porte bien mais doit se développer, encore.

Dans un monde agricole en crise, la filière avicole va plutôt bien. Si la consommation de viande bovine et porcine est en baisse, en revanche côté volaille elle se porte beaucoup mieux. Pour preuve, nous importons des milliers de tonnes de volailles, pour la consommation, essentiellement des collectivités en provenance de l'Amérique latine (notamment Brésil) et d'Europe (Pologne) là où les prix sont très bas en raison, notamment, de moindres exigences et des salaires bas.
Une situation tout à fait anormale au moment où le monde agricole cherche de nouveaux débouchés plus fiables et plus sécurisés. La pratique de contrats entre les différents intervenants de la filière donne une visibilité plus rassurante à celui qui veut se lancer dans la production de volaille.
En région Centre-Val de Loire, il y a sept abattoirs qui ne tournent guère qu'à 50 % de leurs possibilités. C'est le cas de celui de Blancafort, au nord du Cher, spécialisé dans la dinde et qui accueillait dernièrement une réunion d'information réunissant tous les acteurs de la filière.
Dans la région, il y a 800 élevages qui couvrent tous les aspects de la production : fermiers, labels, certifiés, standard, poulets, dindes, canards, pintades, gibier, œufs... Ces élevages représentent 3 % de la production française et 5 200 emplois directs ou indirects.
Les intervenants ont voulu démontrer l'intérêt que cette filière pouvait présenter pour les agriculteurs. En balayant, déjà, quelques idées reçues comme celles qui concernent l'environnement. Les installations sont désormais très fiables : finies les mauvaises odeurs ! Les procédures sont simplifiées même s'il faut quand même attendre au moins deux ans pour pouvoir débuter.
Une installation
amortie sur quinze ans
Côté financement, il faut compter entre 200 et 300 € le m2, un coût amortissable sur 15 ans, « moins que devra débourser un jeune céréalier qui veut se lancer en achetant des terres», souligne le président régional, Alexandre Cerveau.
Quant aux banques, un instant frileuses, elles semblent rassurées par l'intérêt que portent les gouvernants à cette filière qui voit arriver des aides, notamment pour l'installation.
Le président national de la Confédération française de l’aviculture,  Jean-Michel Schaeffer, était présent à Blancafort pour rappeler la nécessité de faire pression auprès des élus au moment où d'importants accords internationaux sont en train de se négocier. La France aurait une belle opportunité de diminuer son déficit extérieur, d'encourager un monde agricole en pleine souffrance et de favoriser l'emploi. Qui dit mieux ?
Jacky Bavouset