Fil info
23:35France : Contrôler les industriels : la leçon de l’affaire Lactalis -> https://t.co/5irFln5kfV
23:32International : Le Jefta, un nouvel accord commercial passé en douce -> https://t.co/VjXZaMGEjC
20:51Cyclisme : Le coup de force des Sky et de Geraint Thomas -> https://t.co/JSDfI9edLx
20:50RT : Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
20:49Région : Brive : La pression monte chez Anovo -> https://t.co/NB01gLnPzC
20:13Montignac : Le monde au cœur de Montignac -> https://t.co/khAQOJlI7n
20:10Dordogne : Mutation des métiers de la Poste et des services publics au programme -> https://t.co/FiZNakc4CG
19:18Châteauroux : Grand nettoyage des places et des rues de Vaugirard -> https://t.co/EKTwZUidhL
18:54Indre : Aérocast, une pépite industrielle au cœur du berry -> https://t.co/2lLxJBNAVs
18:32RT : 🎶 La programmation complète du Festival Eclats d’Email Jazz 2018, les vidéos, le détail de chaque concert, la bille… https://t.co/f4a3eGu9i4
18:12Les maires de Mainsat, La Serre-Bussière-Vieille et Crocq, qui inauguraient une seconde stèle à Chaumont, commémora… https://t.co/H6Vs5pDAnj
15:46RT : Raphaël Varane a rendu mercredi une visite discrète au centre de formation du RC Lens, où il a été formé. Il a offe… https://t.co/VuzLnJKbjL
15:46RT : C’est fou ! Si seulement quelqu’un l’avait vu venir. Les étudiant·e·s auraient peut-être pu se mobiliser sur la que… https://t.co/MhZyRtViil
15:45RT : 🤩Plus que 9 jours pour participer au retour de Pif! On se retrouve sur KissKissBankBank! 😍 https://t.co/5mGTbdIghl https://t.co/blWSjT2jYD
15:45RT : 16/07/18: Dernière étape de la Flottille de la Liberté pour Bel accueil à pour les quatre bateaux, a… https://t.co/JW5bbumcJR
15:44RT : Encadrement des loyers à Paris : "Si on laisse le marché agir tout seul, les classes moyennes seront obligées de pa… https://t.co/BQrpMi1ZhO
15:44RT : ⚠ Nous avons besoin de vos dès maintenant ! A cause des fortes chaleurs et de la , la fréquent… https://t.co/zyDb0oaDd7
15:21Tulle : Tagada... tsoin-tsoin les papilles ! | L'Echo https://t.co/OfN0ZNx66S via
15:18Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet | L'Echo https://t.co/RfMcD8rXrB via
15:16Lubersac : 120 jeunes rugbymen en stage sous le soleil | L'Echo https://t.co/88jeG2sUfY via
15:14Corrèze : 80.000 € d’aides pour Créa Commerce en Haute-Corrèze | L'Echo https://t.co/4Uwgo0oQCT via
14:58RT : Sport / 🚴‍♀️ Ce samedi, le Raymond Poulidor de Limoges Métropole à Bonnac-la-Côte accueille la quatrièm… https://t.co/I7n7a0Z0kC
14:52La programmation à l'espace Crouzy à Boisseuil (Horizons croisés) pour la rentrée. https://t.co/CcJ6oObjqW
14:48Bergerac : Mardi on chante : c’est reparti pour une quatrième saison -> https://t.co/ymDXNJJgMc

Présence médicale : stopper l’hémorragie !

Serge Descout, président du Département, a présenté ce jeudi un plan de lutte contre la désertification médicale. Objectif : recruter 35 à 40 médecins dans les cinq prochaines années. Que prévoit ce plan ?

Alors qu’une proposition de loi contre les déserts médicaux sera discuté le 18 janvier à l’Assemblée nationale, le président du Département de l’Indre a présenté hier son plan de lutte à l’échelle locale.
Aujourd’hui, l’Indre ne compte que 147 médecins généralistes contre 210 en 2006. Quinze mille habitants sont privés de médecins référents. Dans certains secteurs, du fait de journées interminables, les professionnels, qui plus est souvent âgés, sont à bout de force. Et même si le numerus clausus a été relevé, cela n’aura bien entendu pas d’effet immédiat. Si rien n’est fait la situation va donc continuer à se dégrader : selon les prévisions du Conseil de l’ordre des médecins, il ne resterait plus que 110 médecins à l’horizon 2020.
« Nous avons tiré le signal d’alarme dès 2006. L’État n’ayant pas pris ses responsabilités, que les majorités soient de droite ou de gauche, nous en sommes à voir comment remédier à cette situation. Nous avons donc décidé de prendre le problème à bras le corps », explique Serge Descout.
Le Département avait déjà institué une prime de 15 000 euros sur cinq ans pour toute nouvelle installation pour les généralistes et les chirurgiens dentistes. Il propose également des logements aux internes en médecine. Avec le plan présenté hier à la presse, Serge Descout veut aller plus loin.
L’idée est d’abord d’harmoniser les aides à l’échelle du département afin de limiter la concurrence entre territoires. Suite à une concertation, la prime de 50 000 euros est généralisée à l’ensemble du Département mais selon des modalités différentes. Suite au nouveau zonage de l’Agence régionale de santé (ARS), 40 % du territoire (contre 14,2 %) est classé en zone prioritaire. Les nouveaux médecins pourront y bénéficier du Contrat d'aide à l'installation des médecins (CAIM), la prime étant versée par la CPAM, elle se cumulera avec celle de 15 000 euros du Département.
Et ailleurs ?
Dans le reste du Département (à l’exception de Déols), classé en zone complémentaire, c’est le Département qui mettra les 50 000 euros sur la table mais les médecins pourront bénéficier des autres aides prévues par l’ARS.
Enfin sur l’agglomération, la prime sera versée par Châteauroux métropole mais ne sera plus cumulable avec les 15 000 euros du Département.
Le Département va également recruter un chargé de mission, un poste dédié à 100 % à la recherche de professionnels susceptibles de s’installer ici et à l’accompagnement dans la réalisation de leur projet. L’objectif est de recruter 35 à 40 médecins d’ici cinq ans afin de ne pas être en dessous de 150, seuil jugé minimum.
Troisième volet du plan, des actions de sensibilisation dans les lycées. L’Indre est le département de la région qui compte le moins d’étudiants en médecine. Des aides existent (à partir de la deuxième année) mais ne sont pas très connues. De fait, quatre étudiants sur dix sont issus des classes sociales les plus favorisées.
A cela s’ajoute le fait qu’un étudiant indrien inscrit à la faculté de Limoges (et non à Tours) ne peut théoriquement pas faire son stage dans l’Indre car les deux départements ne sont pas dans la même région sanitaire. Sauf si les doyens des deux facs donnent leur accord, ce qui se fait au cas par cas.
Huit nouveaux médecins (dont deux dentistes) se sont installés en 2017 alors que six ont cessé leur activité.
750 000 euros seront inscrits au prochain budget pour financer ce plan contre 120 000 euros dans le précédent.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.