Fil info
22:44International : Gênes : derniers espoirs pour trouver des survivants -> https://t.co/X0fRad7Swd
22:40International : Tunisie : projet de loi pour l’égalité homme-femme -> https://t.co/9Vv7h9uXiF
20:47 Bravo à la Fondation. On ne sait plus quoi… https://t.co/BMEuydKenx
19:58Neuvic : Le revenu des producteurs en débat -> https://t.co/JTLNaLugAJ
19:41Atur : En mémoire des martyrs de la brigade Alsace-Lorraine -> https://t.co/wHO9v114e1
19:36Bassillac : La mémoire d’André Debet honorée -> https://t.co/Z1clq7lB5D
18:35Indre : [intégral] Rendez-vous nocturne avec les professionnels du Bien-être -> https://t.co/FVuEzFTWr6
18:33Indre : Il raconte le stage vu de l’intérieur -> https://t.co/IUd4PG9Zb4
12:35 Bravo aux personnes qui ont su expliquer e… https://t.co/9tuDJI9CfA
12:00 cérémonies du 15 août. Nathalie Marcillac interpréte le Chant des Partisans https://t.co/MXjx7zpgmt
11:34 cérémonies du 15 août défilé avec l'harmonie Sainte Cécile https://t.co/1OFVeU0BuU
11:25Un nouvel article sur le chantier d'Eymet 😃 Merci ! https://t.co/15uxHbgEFG(p%C3%A9rigueux/LEcho-Dord… https://t.co/TSlKHuIGbD

« On veut une réflexion sur l’école »

Après la mobilisation de mardi contre la réforme des lycées et l’accès aux universités, c’était au tour du premier degré de manifester ce jeudi matin contre les fermetures de classes annoncées pour la rentrée prochaine.

On s’habitue au froid, moins à la suppression de classes. C’est en substance le message envoyé jeudi matin par les 300 personnes qui ont bravé la météo pour manifester à l’appel du syndicat SNUipp - FSU.
Partis à 10 h de la place de la République à Châteauroux, ils ont défilé dans le centre-ville avant de terminer leur parcours devant les bureaux des services de l’Éducation nationale alors qu’une délégation était reçue par le  directeur académique (Dasen). Dans le cortège, enseignants, élus et parents d’élèves manifestaient leur refus des fermetures annoncées pour la prochaine rentrée : 28 classes et 34 postes.
Sur les panneaux et les banderoles, on peut déduire les secteurs ruraux présents, les sous-préfectures et même les quartiers castelroussins concernés. C’est tout le département qui est touché. En tête de manif, la poitrine ornée de leur écharpe tricolore, les élus donnent le rythme. « Il faut arrêter de fermer des classes, implore Gilles Vigneau, premier adjoint de la commune de Cuzion. L’école, c’est la vie de la commune. Au RPI cette année, on a déjà récupéré les enfants de Gargilesse. On rénove tous les ans, on ajoute des jeux. C’est ce qui apporte du sang neuf à la commune et il en manque. »
« On paie les réformes des territoires »
Secrétaire départemental SNUipp-FSU, Raphaël  Tripon estime que les derniers signaux envoyés par le gouvernement vont dans la mauvaise direction. « La suppression de 120 000 postes de fonctionnaires va accélèrer un processus déjà enclenché avec la mise en place de la métropolisation. L’hémoragie va s’amplifier car les métropoles aspirent le gros de l’emploi et de l’activité alors que les territoires ruraux en subissent les conséquences. On paye directement les réformes des territoires. À la FSU, on ne veut pas opposer éducation renforcée et secteur rural. Il nous semble curieux par exemple qu’en zone REP et REP +, les élèves de cycle 2 bénéficient d’un enseignement à effectif restreint, lorsque ce sont ces mêmes effectifs restreints qui vont justifier un retrait de poste dans un RPI. Où est la logique ? La concentration d’élèves n’a jamais amélioré la qualité de l’enseignement. »
En parallèle du rassemblement, le syndicat SE-UNSA avait organisé une réflexion sur l'avenir de l'école dans le département à la salle Roger-Dion. « Il est possible qu’on ait encore 25 fermetures de classe l’an prochain, prévient Bérangère Delhomme, secrétaire départementale de SE-UNSA et animatrice des débats. Pendant combien d’années on va continuer comme ça ? Nous, on veut une réflexion sur l’école dans ce département. » Lors du prochain comité départemental de l’Éducation nationale (CDEN) prévu mardi avec le préfet, le Dasen et le conseil départemental, le syndicat va réaffirmer ses positions. « On est attachés à la défense du service public, or on voit que les écoles privées du département ne connaissent pas les mêmes difficultés. Elles se servent même de la dégradation de l’école publique pour dire qu’elles accueillent différemment les enfants. C’est la question de la place de l’école comme service public qu’il faut poser. On a également des inquiétudes pour le dispositif "Plus de maîtres que de classes". La gestion de l’enseignement ne doit plus se réduire à des chiffres qu’on manipule. On voit aussi un mal-être qui s’installe chez les enseignants dans des classes à multiniveau. À la prochaine rentrée, on devrait ouvrir douze ou treize classes à trois niveaux ! Que veut-on pour les élèves en 2018 ? »
Une nouvelle carte scolaire devrait donc être présentée le 13 février lors d’une prochaine réunion technique. Les décisions définitives seront connnues dans la foulée lors du CDEN.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.