Fil info
17:50 Bravo Monsieur et merci de montrer votre i… https://t.co/czrVLcRYvt
17:42 Une petite pensée pour ce pauvre Germinable Pe… https://t.co/OqinFYBe5e
17:31 Ah une très bonne nouvelle, je tweetais su… https://t.co/6DDQ1hpxhx
16:55 Félicitations, cela démontre une intelligence, un humanisme . Merci
16:30 Bravo pour cette énièmes victoire mais à v… https://t.co/uMu8YbMta2
13:16 personne n’a pris contact avec moi aucun nettoyage de la voie ferrée. https://t.co/LhqHOeKvZm
00:59Le 21 septembre se prépare pour le Mouvement de la Paix de Corrèze Arbres de la Paix : Brive :Cérémonie le 26/09 à… https://t.co/lmek7JXLjs
22:37International : Yémen : l’Arabie saoudite peut tuer en tout impunité -> https://t.co/8jEXtSfHb0
22:35France : Réfugiés : le port de Sète prêt à accueillir l’Aquarius -> https://t.co/cSG9Fvfj53
20:18Région : Le «théâtre rate» ne manque pas l’occasion de se faire un nom -> https://t.co/Ce52H9Ir05

Les cheminots font de la pédagogie

Samedi matin, sur le marché castelroussin, les cheminots avaient monté un stand pour expliquer les raisons de leur mobilisation et de leur lutte.
Avec le concours des militants du Parti communiste et de la France insoumise, les cheminots ont répondu aux interrogations des badauds. « La majorité des gens nous soutient, résume Jean-Claude Durandeau, le secrétaire départemental de la CGT Cheminot. L’objectif est de s’adresser aux gens et de les convaincre de notre action. On accepte le débat contradictoire. L’important, c’est la défense de notre statut et de la notion d’entreprise publique. De manière plus large, c’est la défense du service public. Il faut comprendre qu’après les cheminots, ce sera au tour de la sécurité sociale, des fonctionnaires,... Si on a un service de qualité, parmi les premiers au monde, c’est grâce aux cheminots et à notre statut qui garantit la sécurité de circulation. Si un agent estime qu’il y a un risque, il peut refuser de faire partir le train. Ce n’est pas pour rien qu’il y a des règles drastiques. Le facteur humain est la garantie de cette sécurité. On n’est pas sur de la téléphonie. On ne joue pas avec des trains électriques de salon. D’ailleurs aucune entreprise privée n’a les capacités de supporter le financement des infrastructures. »
Les grévistes dénoncent également l’ouverture à la concurrence et le surcoût caché qui en découlera. « Si on laisse au privé la sous-traitance, on n’aura jamais la garantie du respect des règles de sécurité. Par exemple, nous on le voit bien sur les voies. Avec les marchés externalisés, il n’y a que des intérimaires qui interviennent sur le ballast et ils n’ont pas suivi les trois ans de formation que moi j’ai suivi ! De même, le ménage des trains a été sous-traité depuis longtemps. Résultat, les gens se plaignent que les rames soient sales car la SNCF ne vérifie même plus le travail. Le seul moyen pour nous de savoir ce qui est fait, c’est les réclamations clients. Avec la sous-traitance, il y a eu une baisse de la qualité du service. »
Si seulement les dizaines d’années de gestion libérale du transport ferroviaire s’étaient limitées à dégrader la qualité du service, mais elle a aussi tué. L’entretien des voies et des éclisses à la gare de Brétigny-sur-Orges reste un point d’interrogation sur le tableau noir des drames ferroviaires.

Les cheminots ont lancé une cagnotte de solidarité sur internet pour leur apporter votre soutien : www.leetchi.com/c/cheminots-de-lindre-en-lutte-pour-sauver-la-sncf

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.