Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Une enquête qui révèle un attachement fort au territoire

Jeudi soir, le conseil départemental avait convié à la MLC de Belle-Isle les élus et les acteurs économiques et associatifs du territoire pour révéler les premiers résultats de l’enquête lancée fin 2018 sur l’attractivité et l’image de l’Indre.

À Belle-Isle, à l’occasion du premier comité d’attractivité de l’Indre, devant une salle Gaston-Couté comble (400 places), le président du conseil départemental a livré les résultats de l’enquête lancée fin 2018. Plus précisément, ce sont cinq enquêtes qui ont été menées auprès des habitants, des élus, des chefs d’entreprise, des touristes et des étudiants sur l’attachement à leur territoire, la perception de son image et de son attractivité.
En comptant 223 105 habitants en 2016, le département s’inscrit dans une spirale démographique négative qui accuse une perte de 30 000 habitants en 50 ans, filant à un rythme de croisière de -0,6 % habitants par an depuis 2010. Convaincu des atouts du territoire, le président Serge Descout, qui « se félicite de la dynamique créée autour de la démarche d’attractivité », a lancé cette enquête de notoriété pour contrer ce déclin démographique. Plusieurs départements ruraux français connaissent une augmentation de leur population (Ariège, Aube, Aveyron, Gers, Mayenne, Deux-Sèvres,...).
Après analyse des 4 300 réponses reçues, il ressort un attachement fort au département, qui croît avec l’âge et le nombre d’années vécues dans l’Indre. Sans surprise, pour ses habitants, le département véhicule l’image d’un territoire « rural, calme et méconnu », ce qui peut être interprété de manière positive ou négative. En revanche, les qualificatifs les plus cités sont négatifs : vieillot, en déclin, loin de tout,... « Innovant, dynamique et ouvert » totalisent seulement 8 % des réponses. Globalement, l’enquête conclut que les Indriens n’ont pas une image très positive de leur département. Pour 80 % d’entre eux, ce résultat est lié à l’action des pouvoirs publics et des collectivités. Le point le plus négatif concerne la désertification médicale, suivie du manque d’offre en enseignement supérieur.
A contrario, le panel place comme éléments positifs les atouts géographiques et naturels du territoire (paysage, qualité de vie, taille humaine). 70 % des répondants estiment tout de même que le territoire n’est pas attractif. Pour eux, le principal frein résulte du manque d’opportunités professionnelles, suivi du manque de services publics et du déficit d’image. À l’opposé, le panel place donc le maintien des services publics en territoire rural comme l’une des conditions sine qua non pour augmenter l’attractivité du territoire. Autre révélation, 60 % des sondés pensent que les Indriens ne sont pas des bons ambassadeurs.
Prochaine étape, les ateliers thématiques. Le premier est prévu le 26 février à Châteauroux sur le thème de la santé.
FR