Fil info
18:36Indre : La gendarmerie alerte sur les risques de la cybercriminalité -> https://t.co/uVQ86yzlIE
18:34Indre : La « Berrichonne de l'Indre » monte à Paris ! -> https://t.co/HdmkRrKrC1
18:13Coulounieix-Chamiers : « La plus grande cause, c’est de faire société » -> https://t.co/MVStFkNLXU
17:29Argenton-sur-Creuse : Une nouvelle clinique vétérinaire dédiée au bien-être animal -> https://t.co/wL2yKR7vlz
17:29Le Magny : Rudy Rübel ranime l'hôtel- restaurant du bourg -> https://t.co/WCPMFnCRXl
17:04Sarlat-la-Canéda : Containers enterrés : une petite révolution pour l’usager -> https://t.co/h2pv9p7FyV
16:56Corrèze : Un mandat pour redonner du tonus -> https://t.co/bvnVIVU0kR
16:44Tulle : Solidarité -> https://t.co/hehRVi2g2x
16:34Tweet de L'Echo Haute-Vienne () L'Echo Haute-Vienne () a tweeté : # - -V… https://t.co/iYMMLmM52I
16:03Marsac-sur-l'Isle : Elles en ont toujours sous le capot -> https://t.co/jHXANXC9ce
15:07Périgueux : Beynac, Bourdeilles, Vendoire : mauvais temps pour le bitume -> https://t.co/ByDJnuup8R
14:48Dordogne : Cupidon du Vern, tombeur du Salon -> https://t.co/O4anY1bmds
09:36RT : Immersion dans le Périgord, au cœur de la préparation de l'ex-champion d'Europe du 3000 mètres steeple,… https://t.co/9dQmiLjNSd
08:52France : Le monde maritime s’invite à la BFM -> https://t.co/K9V652dbOU
08:49Région : "Pas de TGV pour les ploucs" de Bernard Cubertafond, universitaire -> https://t.co/Zv1ccZEEQw
08:36# # - -Vienne : L’hommage de la CGT Energie à Gérard Pelaudeix -> https://t.co/2NQValiDOt
07:57# # - -Vienne : SNCF, le coût de l’externalisation sur l’emploi et la sécurité -> https://t.co/z7qqajBQvm
07:51# # - -Vienne : L’avis d’expulsion des Gilets jaunes des Casseaux expire aujourd’hui -> https://t.co/sGt2m3q49t
07:49Région : Protéger les troupeaux et la biodiversité -> https://t.co/CpF8fTzZKr
07:46Dordogne : Tribunal de Grande Instance de Périgueux, rendre un avenir possible -> https://t.co/zwe3HsXSDv

Un train arrêté de nuit pour défendre la desserte de la gare

L’Intercité en provenance de Brive-la-Gaillarde et à destination de Paris-Austerlitz a été arrêté en gare d’Argenton-sur-Creuse samedi 10 février par plus de cent-soixante manifestants ayant répondu à l’appel du comité de défense de la gare.

Il s’agit de la première action nocturne du comité. Un cordon de gendarmerie et deux cheminots sympathisants encadraient ce cortège pacifique. Les voies ont été occupées pendant les trois minutes règlementaires. De nombreux élus avaient fait le déplacement, arborant leur écharpe tricolore. Cette fois-ci, le train aura subi un arrêt prolongé pour permettre à un TER de s’arrêter en garantissant la sécurité des voyageurs comme celle des manifestants. « C’est dommage, l’objectif était d’arrêter les deux trains pour une action encore plus symbolique » a regretté Jean-Claude Durandeau, secrétaire de la CGT cheminots de la gare de Châteauroux et fidèle sympathisant du mouvement. Certains voyageurs ont soutenu les manifestants « Tenez bon ! » a lancé une voyageuse. « Pardonnez-nous cette gêne, vous avez beaucoup de chance d’être dans ce train. Il ne s’arrête plus chez nous ! » a clamé Martine Irzenski, présidente du comité avant d’entonner le refrain de la chanson J’entends siffler le train, reprise avec beaucoup de conviction par la foule présente. Vers 18 h 45, la présidente avait donné quelques précisions sur l’avancée du dossier. L’entrevue avec Philippe Fournier, vice-président de la région Centre Val de Loire chargé des transports, le 6 février, a permis de poser les jalons d’une action vers la mise en place de correspondances, notamment le vendredi soir pour que les étudiants puissent rentrer chez eux. « Il nous faut étudier ce point sensible pour cibler les besoins de cette population » précise la présidente, qui s’inquiète cependant du nouveau verdict de la Cour des comptes.
Des lignes dans le
collimateur de la Cour des Comptes
Dans son rapport public annuel du 6 février intitulé « Les trains Intercités : une réforme à achever », la Cour des Comptes vise huit lignes qui resteront sous la responsabilité de l’État alors que dix-huit autres auront été transférées à six régions d’ici à 2020. Ce « wagon » est constitué de lignes structurantes (Paris-Clermont-Ferrand, POLT et Bordeaux-Marseille), de lignes d’aménagement du territoire. La Cour des Comptes considère que l’État, autorité organisatrice, ne dispose pas de moyens suffisants pour remplir sa mission, d’où de nouvelles recommandations comme celle d’ouvrir ces lignes à la concurrence. « On s’engage vers la privatisation de la ligne POLT ! » ajoute Martine Irzenski. Le ministère de l’Action et des Comptes Publics souhaite le recentrage de l’activité Intercités, effectué depuis 2015, sur les liaisons rapides de moyenne et longue distance et la poursuite de la maîtrise des charges et de la recherche de gains de productivité pour limiter le déficit à la charge de l’État et anticiper l’ouverture à la concurrence. Le rapport informe que ce nouveau réseau Intercités résiduel, particulièrement resserré, ne concerne désormais plus aucune destination située au nord de Paris. Pour l’équipement des trois lignes structurantes, un appel d’offres a été émis en juin 2017 dont le cahier des charges définit un profil de train adapté aux besoins spécifiques de lignes de longue distance proposant un niveau de confort élevé. Les résultats seront connus courant 2019. Ces acquisitions, concomitantes de celles de matériels au profit des régions conduira-t-elle l’Agence de financement des infrastructures de transport de France vers un pic de financement difficile à gérer ?
Le prochain stop train aura lieu le jour de la Saint-Valentin et sera l’occasion pour les manifestants de réaffirmer leur passion pour cette gare en déclinant le thème « J’aime ma gare ».