Fil info
20:22Dordogne : Des caresses et des films porno pour éduquer sa belle-fille -> https://t.co/5b139lGFfV
19:24Dordogne : Ils demandent une évolution du droit -> https://t.co/MMMIAjLHVD
19:05Indre : Bluesberry, une sixième édition à la croisée des styles -> https://t.co/vuo8Bnznqv
19:04Châteauroux : Cinq habitants à l’honneur -> https://t.co/l6MTplEGb5
18:18Bergerac : Souvenir de Johnny Clegg à Bergerac -> https://t.co/iBexb9iiSZ
18:10Bergerac : Pétition et tractage, les personnels des Urgences ne lâchent rien -> https://t.co/uifEjW6eJ7
18:02RT : Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:15RT : UNE VALIDATION ABERRANTE DES BARÈMES MACRON PAR LA COUR DE CASSATION https://t.co/ddPWMejXPO
17:15Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:04RT : De Rugy ajoute l'indignité à l'incurie. Son honneur n'a pas été livré aux chiens. Il n'a pas subi 1 campagne de pre… https://t.co/PHf51TSwUB
17:04RT : Selon Christophe Barbier, la démission de Rugy est la conséquence du trotskisme d'Edwy Plenel. Voilà. Faut pas croi… https://t.co/kNSBoXEPxh
17:03RT : Vous ne savez pas où partir cet été ? Allez donc faire un tour à et passez par la plus belle gare du monde… https://t.co/StacqQXLqF
17:00RT : Alors qu’elle vient d’être nommée ministre de l’écologie vient de laisser partir pour le troisième… https://t.co/woCwSITPMy
16:23# # - : Un beau jour pour la Vienne -> https://t.co/iOImmXigcE
16:13Indre : Commémorations à Sainte-Sévère-sur-Indre, Pérassay et Vijon -> https://t.co/g8as7mOw8w
15:54Dordogne : Révolte au lycée -> https://t.co/ixsJL8bmAK
15:51Périgueux : Macadam revisite les frontières du Jazz -> https://t.co/gzTXU9TE33
14:59France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/YuJdjlJ4xE
14:49France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/1aMhTInzsL
07:41# # - : En mémoire des crimes perpétrés par l’Etat français -> https://t.co/YJ7g2cSia1
07:37# # - -Vienne : Limoges Métropole signe pour le déploiement de la fibre -> https://t.co/nfzSHSe7mP
07:35# # - -Vienne : Caisses à savon pour la Sainte-Madeleine -> https://t.co/0NEE2OZrFq
07:33Région : Nouvelle-Aquitaine, la ressource en eau une priorité absolue -> https://t.co/SrkJ3sv670
07:30Région : Visite privée chez Sarah Caryth -> https://t.co/mTlAFI1Jp3

Faible mobilisation pour l’acte XXX à Châteauroux

Samedi pour le trentième samedi de contestation consécutif, les gilets jaunes de l’Indre avaient donné rendez-vous à Châteauroux pour un grand rassemblement régional. Peu se sont déplacés.
Comme ils le rappellent sur leur tract : rien n’a changé depuis le 17 novembre. Pourtant samedi, les gilets jaunes étaient moins nombreux à Châteauroux que lors de la précédente manifestation en février, où 1 500 personnes avaient défilé.
Des départements limitrophes, seuls quelques habitants de Bourges et de Saint-Amand Montrond avaient fait le déplacement. Parti du boulodrome, le cortège d’une centaine de personnes a défilé pendant plusieurs heures dans les rues de la ville, empruntant les principales artères, marquant des temps d’arrêts sur les ronds-points et les carrefours, organisant même une halte inopinée devant le domicile du maire de Châteauroux (voir encadré).
Devant le peu de monde, France confie son dépit, même si elle reste déterminée. Indrienne mobilisée depuis novembre, elle est habituellement streetmedic sur les grandes manifestations. « C’est rare qu’on soit à Châteauroux. D'habitude, on va à Nantes, Toulouse, Paris,... » Pour elle, le peu de monde s’explique par plusieurs facteurs. « Depuis février, il n'y a pas eu de manifestation à Châteauroux. En plus, avec les trois jours, les gens ont dû faire le pont. »
Pour Franck, mobilisé à Saint-Amand depuis le 17 novembre, l’explication est plus simple. « Les gens ont peur de manifester. » Nadia, « miss râleuse » comme elle se surnomme, est du même avis. Agricultrice, elle est venue du Cher avec son mari. « On a beaucoup de pression. Les gens ont peur de se montrer, il y a une pression sur l'emploi. » Elle assure qu’elle ira « jusqu'au bout » et espère même « durcir le mouvement » avant de concéder. « On devrait être plus nombreux aujourd’hui. »
Un peu plus loin, Colette participe au « sitting » sur un carrefour des boulevards. Retraitée venue avec la douzaine de gilets jaunes de Saint-Amand Montrond, elle aussi reste déterminée. « Il (NDR : Emmanuel Macron) travaille pour les riches. » La récente augmentation de l'électricité est un coup dur pour elle. « On ne peut pas arriver à vivre. Comment on va payer, déjà qu'on n’y arrivait pas ! + 6 %, forcément, on s'éclairera moins ! Et l'essence est encore plus cher que lorsque le mouvement a commencé. On sera mobilisé jusqu'au bout. Qu'est-ce qu'il faut faire pour leur faire comprendre ? Qu'est-ce qu'ils veulent ? » A côté d’elle une amie, Denise, elle aussi retraitée, résume laconiquement son sentiment. « On gêne, les pauvres. »

Devant le domicile de Gil Avérous
Samedi, s’écartant du parcours annoncé en préfecture, les manifestants ont marqué un arrêt devant le domicile du maire de Châteauroux. Ils ont accroché une pancarte dénonçant l’utilisation des LBD et inséré des tracts dans sa boîte aux lettres à grand renfort de pétards et de ballons de baudruche. Réagissant rapidement sur les réseaux sociaux, Gil Avérous a dénoncé des « pratiques qui visent à intimider » et qu’il juge « inacceptables » avant de conclure en annonçant que ces actes ne feront « que renforcer ma détermination à aller de l’avant dans la protection des Castelroussins et de nos agents de police ».