Fil info
00:27«On atteint même les 80% de communes soutenant le maintien des services de la DGFIP sur l’ensemble du territoire» d… https://t.co/r2vyp2A2ra
21:32Lissac-sur-Couze : «La paix et le climat, même combat» -> https://t.co/kulLwpKVBj
21:03 Le rugby c'est aussi (surtout) ici :-)
20:12Châteauroux : Le Racc dompte un vaillant RCI -> https://t.co/GrPFAfmi93
20:08Eguzon-Chantôme : 34e édition : la châtaigne fêtée à tous les goûts -> https://t.co/hens1rOcvU
20:06Châteauroux : Visite guidée du chantier de Balsanéo -> https://t.co/rA1vInVszV
20:01Châteauroux : « L’anguille » ne s’est pas défilée -> https://t.co/kXCUhNPLFq
19:16Bassillac : Un salon sympa et détendu -> https://t.co/G1XWa3OUbU
19:12Marsac-sur-l'Isle : Meurtre ou suicide à Auchan ? -> https://t.co/eLtrah97rh
19:06Saint-Geniès : Grave accident de moto près de Sarlat -> https://t.co/S3cfWd3ytA
18:00Sarlat-la-Canéda : Une saison correcte malgré un mois de mai difficile -> https://t.co/BknniT5IOm
13:19Haute-Vienne : Municipales, Emilie Rabeteau, en lice à Condat-sur-Vienne | L'Echo https://t.co/bHr1ZWHjE3 via
11:08J’ai rarement vu du « participatif » avec les socialistes. En bla-bla oui mais sans plus. Exemple : la large conce… https://t.co/7pGkvWL1hI

Contre la réforme, les enseignants refusent de surveiller le bac

Après plusieurs mois de mobilisation contre la réforme Blanquer, une partie du corps enseignant prévoit de ne pas surveiller le baccalauréat lundi à l’appel des syndicats. L’administration a déjà pris le devants.
Appel national relayé localement par l’intersyndicale CGT Educ’action, FSU-SNUIpp, Snuep-FSU et Snes-FSU, la mobilisation de lundi concerne notamment les enseignants appelés à surveiller les épreuves du bac. Après consultation dans les établissements, la grève devrait être massivement suivie. Même la CFTC, le syndicat des enseignants du secteur privé, a lui aussi appelé à la mobilisation.
« Le personnel est mobilisé depuis des mois mais ce qui se profile lundi est exceptionnel, prévient Sophie Winandy, du Snes-FSU. C’est une réponse exceptionnelle à une surdité exceptionnelle. Le ministre a largement été prévenu. On en arrive là car face à toutes les mobilisations, on a reçu que violence, mépris et intimidation. C’est insupportable. »
Les enseignants dénoncent une réforme « mal pensée, mal construite » qui « renforce les inégalités » et qui est « très contestée même par les inspecteurs et les chefs d’établissement ». Ils dénoncent aussi les modalités de sa mise en place, « dans une précipitation monumentale ». « Les manuels sortent fin août ! », souligne Sophie Winandy. « On est d’accord pour les réformes mais pas une qui augmente les inégalités sociales et de territoire, précise Mathieu Henner, du Snes-FSU. Cette réforme va dans le sens d’une désertification des territoires. On a le sentiment d’une alienation de notre travail, de faire des programmes inadaptés. On souffre de ne pas pouvoir exercer notre métier correctement, ni d’aider les élèves. »
Premiers concernés, les élèves sont justement du côté des enseignants. Le syndicat lycéen UNL apporte son soutient à la mobilisation au travers d’une lettre se concluant sur ces mots. « Votre combat est juste, car il en dépend de l’avenir de l’Education nationale. »
les retraités appelés à la rescousse
L’administration n’entend pas pour autant rester sans rien faire. Jeudi en fin d’après-midi, le personnel du lycée Pierre-et-Marie Curie apprenait ainsi qu’il était réquisitionné par le DASEN.
« L’administration demande aux assistants d’éducation (AED) ou aux enseignants retraités de venir surveiller, dénonce José-Manuel Félix (CGT Éduc'Action). Ils veulent briser la grève. Plutôt que de calmer le jeu, l’administration remet de l’huile sur le feu. Ils mettent la pression sur les personnels pour surveiller le bac. Les AED ont notamment peur de ne pas voir leur contrat renouvelé car ils sont signés après le bac. »
Les enseignants demandent une revalorisation salariale « pour tout le monde », le retrait de la réforme du lycée et celle du statut de la fonction publique, celle du BAC, la suppression de parcoursup où « les enfants les plus fragilisés sont les premiers touchés » et l’arrêt des suppressions de postes. Lundi matin, les syndicats appellent les enseignants grévistes à venir dresser « le mur de la colère » devant la DSDEN. Au Blanc, un collectif d’enseignants grévistes sera à 10 h 30 devant le lycée Pasteur pour répondre aux interrogations des familles. De même à Argenton, rendez-vous est donné à 10 h place de la République.

Adidas EQT Boost