Fil info
11:01 merci !
10:51Terrasson-Lavilledieu : L'incendie anéantit la moitié de sa récolte de noix -> https://t.co/6IyG2x8IXu
09:24Tulle : Le Sporting joue contre le cancer -> https://t.co/nKYRX7vLU5
09:09 L'hôpital local de va contracter 1 emprunt d'une dizaine de M€ pour sa reconstruction que… https://t.co/mmglrGVNe6
08:58Saint-Astier : Thierry Boissinot mènera un chantier à 11,6 M€ -> https://t.co/GAH95YtOUD
07:34# # - -Vienne : Municipales, «Limoges au cœur» officiellement lancée autour de Emile Roger Lombertie -> https://t.co/Ryiwnh60P7
07:31# # - -Vienne : Le préfet dans nos murs -> https://t.co/4yRgdW0rBk
07:28# # - -Vienne : Le quotidien d’un club sportif de banlieue -> https://t.co/H9J0PZ7PSE
07:25Région : FuturoWeen, l’Halloween familial du Futuroscope -> https://t.co/V32Bftjlt8
07:23Région : La grogne paysanne en suspens -> https://t.co/up6smLfsiQ
00:39le mouvement de la paix 19 soutient ; participez à la souscription https://t.co/DN1ipfEcB3
23:30 Le sociologue de la de à jeudi 24 oct à l'invitation du et de… https://t.co/6ADygJ1kE6
23:23Périgueux : Le sociologue de la famille François de Singly en réunion publique -> https://t.co/cTxdajcmVp
20:42Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? | L'Echo https://t.co/LEiCcanePU via
19:45Périgueux : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux | L'Echo https://t.co/rkUd8QXRlI via
19:34RT : La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
19:19Pommiers : Le Team Bethenet affiche sa belle santé -> https://t.co/NnoZb2hckN
19:17Gargilesse-Dampierre : Les généreux projets de l’asso « Pour Kungur » -> https://t.co/HLgr8WLOAf
19:16France : Des vestiges gallo-romains presque partout dans le secteur -> https://t.co/lB4icSu42A
19:15Châteauroux : La coopération plus que jamais -> https://t.co/blgUq2bqnV
19:13Indre : Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons -> https://t.co/0ZSBglvjfE
18:44Sainte-Croix-de-Mareuil : Omya : licenciements et débrayage -> https://t.co/LNPKGwkeYW
18:39Domme : Objectif à minima pour service de santé à bout de souffle -> https://t.co/FzyafHsisf
18:32Marsac-sur-l'Isle : Samedi, on se jette sur les savons pour aider à contrer les accidents de la vie -> https://t.co/fH1N7BoEDD
18:27Périgueux : Un meurtrier pouvant se contrer -> https://t.co/rwnW7nkbnZ
17:53RT : [senat] les pétitions de principe, les condamnations verbales ne suffiront pas à arrêter le pouvoir de qui… https://t.co/SSlHe9a36F
17:46RT : Si votre politique est si "bonne" monsieur le Premier ministre, pourquoi la France exprime t'elle autant de souffra… https://t.co/mst2HyiRBQ
16:52Terrasson-Lavilledieu : Réunion suivie sur l’intérim -> https://t.co/JuDW5G0x7H
13:38 1 colloque à pour défendre le purin d’ortie, le petit lait, Les décoctions… https://t.co/7y4icDzemg
13:21Quinsac : Alternatives aux pesticides : colloque national à Périgueux -> https://t.co/tNHZRQdq2C
13:01La direction de La Poste a décidé de réduire de 27 heures semaine à 15 heures semaine les horaires du bureau de Pos… https://t.co/ymIPzzfA8P
12:35Bergerac : Fin de contrats, chômage partiel... Eurenco serait-elle en sursis ? -> https://t.co/OCVzdyUVmL

Loto du patrimoine : chapelle en péril dans l’Indre

Thierry et Christine Eumont-Camus ont racheté l’an passé le château de Greuille à Sassierges-Saint-Germain. Une chapelle se trouvant sur le domaine a été retenue par la Fondation du patrimoine dans le cadre du loto du patrimoine.
J’ai toujours ressenti beaucoup d’émotions en visitant des châteaux. Ce n’était pas le fait de jouer à la princesse qui m’attirait, mais les vieilles pierres. Pour autant, je n’avais jamais pensé que j’en habiterai un un jour », confie Christine Eumont-Camus. Une mutation de son mari à Bourges les a conduits à quitter l’Allier où ils vivaient dans un moulin pour le Berry, avec le projet d’y dénicher un château pour y vivre et le transmettre à leurs enfants. C’est là que rapidement en 2018 ils ont visité le château de Greuille à Sassierges Saint-Germain près d’Ardentes et sont tombés en amour avec ce lieu.
De cette petite maison forte entourée de fossés subsistent deux pavillons du XVIIe siècle. Une partie des bâtiments a été abattue en 1900 pour y construire une belle demeure dans les goûts d’alors, avec une petite avancée très british, sur des plans de l’architecte castelroussin Henri Dauvergne.
Propriété des bertrand
Comme en témoigne l’acte de vente, le domaine a longtemps été la propriété de la famille Bertrand. La photographe Jenny de Vasson y a passé une grande partie de son enfance. Un lieu donc chargé
d’Histoire.
Peu entretenu ces dernières décennies, le château de Greuille commençait à se délabrer. Les nouveaux propriétaires ont donc dû se retrousser les manches pour commencer à lui redonner vie et fière allure. Avant de l’habiter, il a par exemple fallu y installer une petite station d’épuration. Le couple l’a néanmoins préféré à un château dans le Cher où il pouvait emménager du jour au lendemain. « Il y a des lieux comme celui-ci qui nous appellent », résume Christine Eumont-Camus.
En face du château se trouve un jardin de curé entouré de murs qui abritait jadis le verger et le potager. Une quinzaine d’arbres viennent d’y être replantés. Dans un coin de ce jardin, dos à la route, se trouve une chapelle dédiée à Sainte Catherine construite au XVIIIe siècle, peut-être sur des fondations plus anciennes. Avec son avancée couverte ou « caquetoire » comme à Nohant-Vic et sa crypte, la chapelle présente un intérêt certain au titre du patrimoine local. Mais l’édifice est aujourd’hui en péril : le toit prend l’eau à plusieurs endroits et les murs ont bougé menaçant la stabilité de l’ensemble.
Arrivés il y a un an, les nouveaux propriétaires ont dégagé la chapelle de la végétation qui l’avaient envahie et se sont rendus compte de l’étendue des dégâts. Mais pour eux, difficile d’investir à la fois ici et dans leur nouveau lieu d’habitation où des travaux urgents s’imposaient. La sélection de la chapelle par la Fondation du patrimoine est donc une bonne nouvelle. « Nous ne sommes pas une famille fortunée : le loto du patrimoine, c’est ce qui va nous permettre de sauver cette chapelle », se réjouit Christine Eumont-Camus.
Déléguée départementale de la Fondation du patrimoine, Laurence Fraissignes croise les doigts : « On espère qu’il connaîtra le même succès que l’an passé ». Afin de ne pas trop diluer le pactole, cette année, un seul projet a été retenu par département en plus du  projet régional estampillé mission Bern. Avec l’espoir qu’une partie des 70 000 euros de travaux prévus puissent être couverts.
Un dossier de labellisation par la Fondation du patrimoine a par ailleurs été monté ouvrant droit à une défiscalisation ou une aide supplémentaire assortie d’un coup de pouce du Département.
Après restauration, les nouveaux propriétaires aimeraient ouvrir la chapelle au public notamment lors des journées du patrimoine.

Kobe AD EP Shoes