Fil info
08:37Corrèze : Platonov, "une comédie de la vie" -> https://t.co/kPgGM9Nu9o
06:20Région : Maladie de Lyme : 1700 nouveaux cas par an en Limousin -> https://t.co/cWUlQqoHiK
06:18Région : «On peut licencier pour pas cher» -> https://t.co/fBP3LCdZWW
20:22Dordogne : Des caresses et des films porno pour éduquer sa belle-fille -> https://t.co/5b139lGFfV
19:24Dordogne : Ils demandent une évolution du droit -> https://t.co/MMMIAjLHVD
19:05Indre : Bluesberry, une sixième édition à la croisée des styles -> https://t.co/vuo8Bnznqv
19:04Châteauroux : Cinq habitants à l’honneur -> https://t.co/l6MTplEGb5
18:18Bergerac : Souvenir de Johnny Clegg à Bergerac -> https://t.co/iBexb9iiSZ
18:10Bergerac : Pétition et tractage, les personnels des Urgences ne lâchent rien -> https://t.co/uifEjW6eJ7
18:02RT : Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:15RT : UNE VALIDATION ABERRANTE DES BARÈMES MACRON PAR LA COUR DE CASSATION https://t.co/ddPWMejXPO
17:15Des sites de baignade, contaminés aux cyanobactéries sont fermés en Limousin : les plans d'eau d'Auzances, Chénéra… https://t.co/Qb0Iut9P8l
17:04RT : De Rugy ajoute l'indignité à l'incurie. Son honneur n'a pas été livré aux chiens. Il n'a pas subi 1 campagne de pre… https://t.co/PHf51TSwUB
17:04RT : Selon Christophe Barbier, la démission de Rugy est la conséquence du trotskisme d'Edwy Plenel. Voilà. Faut pas croi… https://t.co/kNSBoXEPxh
17:03RT : Vous ne savez pas où partir cet été ? Allez donc faire un tour à et passez par la plus belle gare du monde… https://t.co/StacqQXLqF
17:00RT : Alors qu’elle vient d’être nommée ministre de l’écologie vient de laisser partir pour le troisième… https://t.co/woCwSITPMy
16:23# # - : Un beau jour pour la Vienne -> https://t.co/iOImmXigcE
16:13Indre : Commémorations à Sainte-Sévère-sur-Indre, Pérassay et Vijon -> https://t.co/g8as7mOw8w
15:54Dordogne : Révolte au lycée -> https://t.co/ixsJL8bmAK
15:51Périgueux : Macadam revisite les frontières du Jazz -> https://t.co/gzTXU9TE33
14:59France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/YuJdjlJ4xE
14:49France : Mauvaise nouvelle pour les salariés: la Cour de cassation valide le plafonnement des indemnités pour licen… https://t.co/1aMhTInzsL

Loto du patrimoine : chapelle en péril dans l’Indre

Thierry et Christine Eumont-Camus ont racheté l’an passé le château de Greuille à Sassierges-Saint-Germain. Une chapelle se trouvant sur le domaine a été retenue par la Fondation du patrimoine dans le cadre du loto du patrimoine.
J’ai toujours ressenti beaucoup d’émotions en visitant des châteaux. Ce n’était pas le fait de jouer à la princesse qui m’attirait, mais les vieilles pierres. Pour autant, je n’avais jamais pensé que j’en habiterai un un jour », confie Christine Eumont-Camus. Une mutation de son mari à Bourges les a conduits à quitter l’Allier où ils vivaient dans un moulin pour le Berry, avec le projet d’y dénicher un château pour y vivre et le transmettre à leurs enfants. C’est là que rapidement en 2018 ils ont visité le château de Greuille à Sassierges Saint-Germain près d’Ardentes et sont tombés en amour avec ce lieu.
De cette petite maison forte entourée de fossés subsistent deux pavillons du XVIIe siècle. Une partie des bâtiments a été abattue en 1900 pour y construire une belle demeure dans les goûts d’alors, avec une petite avancée très british, sur des plans de l’architecte castelroussin Henri Dauvergne.
Propriété des bertrand
Comme en témoigne l’acte de vente, le domaine a longtemps été la propriété de la famille Bertrand. La photographe Jenny de Vasson y a passé une grande partie de son enfance. Un lieu donc chargé
d’Histoire.
Peu entretenu ces dernières décennies, le château de Greuille commençait à se délabrer. Les nouveaux propriétaires ont donc dû se retrousser les manches pour commencer à lui redonner vie et fière allure. Avant de l’habiter, il a par exemple fallu y installer une petite station d’épuration. Le couple l’a néanmoins préféré à un château dans le Cher où il pouvait emménager du jour au lendemain. « Il y a des lieux comme celui-ci qui nous appellent », résume Christine Eumont-Camus.
En face du château se trouve un jardin de curé entouré de murs qui abritait jadis le verger et le potager. Une quinzaine d’arbres viennent d’y être replantés. Dans un coin de ce jardin, dos à la route, se trouve une chapelle dédiée à Sainte Catherine construite au XVIIIe siècle, peut-être sur des fondations plus anciennes. Avec son avancée couverte ou « caquetoire » comme à Nohant-Vic et sa crypte, la chapelle présente un intérêt certain au titre du patrimoine local. Mais l’édifice est aujourd’hui en péril : le toit prend l’eau à plusieurs endroits et les murs ont bougé menaçant la stabilité de l’ensemble.
Arrivés il y a un an, les nouveaux propriétaires ont dégagé la chapelle de la végétation qui l’avaient envahie et se sont rendus compte de l’étendue des dégâts. Mais pour eux, difficile d’investir à la fois ici et dans leur nouveau lieu d’habitation où des travaux urgents s’imposaient. La sélection de la chapelle par la Fondation du patrimoine est donc une bonne nouvelle. « Nous ne sommes pas une famille fortunée : le loto du patrimoine, c’est ce qui va nous permettre de sauver cette chapelle », se réjouit Christine Eumont-Camus.
Déléguée départementale de la Fondation du patrimoine, Laurence Fraissignes croise les doigts : « On espère qu’il connaîtra le même succès que l’an passé ». Afin de ne pas trop diluer le pactole, cette année, un seul projet a été retenu par département en plus du  projet régional estampillé mission Bern. Avec l’espoir qu’une partie des 70 000 euros de travaux prévus puissent être couverts.
Un dossier de labellisation par la Fondation du patrimoine a par ailleurs été monté ouvrant droit à une défiscalisation ou une aide supplémentaire assortie d’un coup de pouce du Département.
Après restauration, les nouveaux propriétaires aimeraient ouvrir la chapelle au public notamment lors des journées du patrimoine.