Une journée à Maillé, le village martyr

Depuis plusieurs années, le comité ANACR Chabris-Valençay organise une sortie sur un lieu de mémoire.
Vendredi 21 juin, 13 amis du comité sont allés à Maillé, petite commune de l’Indre-et-Loire qui fut victime de la barbarie nazie en 1944. Le 25 août, alors que Paris se libère, ce petit village va connaître un déferlement de violence au cours duquel 124 habitants âgés de 3 mois à 89 ans seront massacrés sans raison apparente par une horde d’assassins.
Pour  comprendre ce qui s’est passé ce 25 août 1944, le groupe a été accueillis par Romain Taillefait, historien passionné et passionnant à La Maison du Souvenir ouverte en 2006. En première partie, un film documentaire très émouvant réalisé en 2001 à partir des témoignages de survivants du massacre a permis de mieux appréhender cet épisode tragique et méconnu de la Seconde guerre mondiale qui s’est déroule à une centaine de kilomètres à peine de Valençay. Ensuite, Romain Taillefait a répondu avec force détails et précisions aux questions : qui sont les coupables de cet acte de barbarie ? Quelles en sont les raisons ? Y avait-il un réseau de Résistance proche de Maillé ? Est-ce par représailles que les SS se sont comportés ainsi ? Depuis une dizaine d’années, suite aux recherches faites dans différentes archives, il s’avère que les explications ont évolué, concernant plus particulièrement les représailles suite à des actes de résistance. On sait aujourd’hui que ce crime était prémédité, comme celui perpétré à Oradour-sur-Glane le 9 juin. En commettant de tels crimes, les nazis  voulaient affoler la population et lui faire croire que leurs actes de violence étaient des représailles aux  actions des Résistants menées contre leur  armée d’occupation.
La visite s’est poursuivie par une exposition permanente de 250 documents présentant Maillé avant la guerre puis sous l’Occupation, lorsque la ligne de démarcation passait à proximité du village. L’exposition retrace également l’histoire de la Résistance en Touraine et en France puis le massacre du 25 août 1944, l’entraide durant les jours qui suivirent le drame et la lente reconstruction du village. Toutefois, une question se pose encore aujourd’hui. Pourquoi a-t-il fallu attendre près de 60 ans pour que le massacre de Maillé soit désormais reconnu comme un événement important de la Seconde Guerre mondiale ? Grâce à l’action de l’association « Pour le Souvenir de Maillé », les rescapés de ce petit village et les familles des victimes voient enfin leur malheur reconnu. Il n’entendront plus dire que « ça ne s’est jamais passé, ce n’est écrit nulle part ».
Avec la montée des extrêmes droites partout en Europe et dans le monde, le travail de mémoire impose que les crimes commis par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale ne soient pas oubliés. Des commémorations sont organisées pour perpétrer le souvenir certes, mais les  musées de la Résistance comme La Maison du Souvenir à Maillé sont les structures les mieux en mesure de bien faire connaître à la population et plus particulièrement à la jeunesse les années sombres de l’Occupation allemande.

jordan shoes for sale outlet trainers