Fil info
07:37Région : A Vassivière, des caméras parmi les brebis -> https://t.co/3oKpKtZuBZ
07:35# # - : Ce soir au Lido, «Taxi Téhéran» en soutien à l’avocate Nasrin Sotoudeh -> https://t.co/8PlrMSbOHS
07:33# # - -Vienne : Festival l’esprit des pierres, un premier acte de grâce -> https://t.co/IimTHvGeCW
07:31# # - -Vienne : C’est la Dolce Vita au Vigen -> https://t.co/ZTNpyRC88W
07:29# # - -Vienne : Demain et samedi, Festi’Zac de retour à Ambazac -> https://t.co/vJatMAMM50
07:29 "Le massif forestier ne doit pas reconquérir des espaces unique… https://t.co/aCnQVDsO8R
07:27Région : Solutions pour l’inclusion -> https://t.co/MyKWksPOyg
07:22Coulounieix-Chamiers : La filière bois ne doit pas compter sur le malheur des agriculteurs -> https://t.co/IZkdGXMS81
05:59 Les SP de nouveau en prise avec un violent incendie cette nuit. C dans :… https://t.co/K8bhTVUBBF
05:55Prigonrieux : Violent incendie près de Bergerac : la circulation coupé -> https://t.co/lMrPWLb8Tz
00:57Région : Pas touche aux trésoreries | L'Echo https://t.co/CFAJzv8TIM via
22:18 "En , la question des transmissions est majeure". C da… https://t.co/6SsMm12mxq
22:12Périgueux : « Jamais on n’aurait cru que l’agriculture tournerait comme ça… » -> https://t.co/ahvNYE8fsk
20:10Châteauroux : L’année 100 pour l’Apollo -> https://t.co/RI9ntgujKL
19:41📰C'était à lire aujourd'hui dans . C'est demain à : une rencontre… https://t.co/ImPRvqDSIQ
19:23Migné : Double inauguration au Domaine du Plessis -> https://t.co/vY3bKjB8Oc
19:22La Châtre : Patrick Judalet brigue un nouveau mandat -> https://t.co/MRf0VJNq06
19:21Issoudun : Finances publiques : les agents manifestent chaque vendredi -> https://t.co/j8ZuQTtAGW
19:20Châteauroux : Le quartier de la gare s’engage sur une nouvelle voie -> https://t.co/EIe1gsuIar
18:42RT : [Retour vidéo ] journée d'hier de végétation 🚒 sur la commune de . Merc… https://t.co/FZWV4sxuja
18:40Corrèze : Un Trésor public à sauvegarder -> https://t.co/YwwsZDJ7IW
18:39 Les sapeurs pompiers limitent les dégâts... mais qd même... Grosse imprudence à C dans… https://t.co/rnzCNa73Sa
18:32Jumilhac-le-Grand : Il brûle des herbes chez lui... et calcine presque un hectare -> https://t.co/aeIgQSuWSw
17:13RT : [presse] Manque d'AESH et terminale à 36 élèves à Bordeaux : les enseignants du lycée Magendie en… https://t.co/eQ8vcP2Str
17:13RT : Les salariés de General Electric s’apprêtent à se mobiliser à l’appel pour exiger l’arrêt du démantèlement de… https://t.co/yg5iKf1Edw
17:13RT : On pouvait aussi dire qu'il y a, pour les Français, 8 sujets prioritaires avant la lutte contre l'immigration cland… https://t.co/TdgZJJZoAt
16:43France : Chez FO, les établissements tournent comme le père Ubu -> https://t.co/jao978AZB1
16:33RT : Et tuer le train des primeurs , c'est quel degré d'incivisme ? Mettre 20 000 camions en plus sur les… https://t.co/uzROQipj4l
15:42RT : 🚨L'association Saint-Junien Environnement nous informe de la non potabilité de la source publique de Saint-Martin-d… https://t.co/rnL2dLuiUK
14:50RT : Ils iront jusqu'à l'os. Et lorsque qu'ils seront arrivés à l'os il iront jusqu' la moelle. Des fous furieux ! https://t.co/k453evnJFg
14:50RT : RT si t'es Français et que t'as jamais rien conféré à Marine Le Pen. https://t.co/JQD2qrmPyd
14:50RT : Nous aussi ! On utilise Tweeter pour suivre les conneries du Grand Timonier imbu de sa personne ! https://t.co/43pNFu9fU9
14:49RT : Migrants noyés en Méditerranée : une médecin légiste se bat pour retrouver leur identité https://t.co/hWnkiZSLEq
14:49RT : 🚒🚒🚒🚒👨🏻‍🚒👨🏻‍🚒👨🏻‍🚒👩🏼‍🚒👩🏼‍🚒👩🏼‍🚒 + 🚁👮‍♂️ https://t.co/JWnJHEekVS https://t.co/9LRrX5zuMR
14:48RT : Soutien aux journalistes de France 3 Nantes et interpellation : allez-vous encore longtemps, vous, Ministre de l’in… https://t.co/aHQbtWDJca
14:48RT : Provocations à l'outrage, interpellation d'un agent de sécurité, un policier qui sort : "vous avez honte d'être jou… https://t.co/z7JCPopnrT
14:47RT : Une bonne nouvelle RELAXE pour Fanny et Pierre Ce ne sont pas les militant.e.s du climat qu'il faut poursuivre et… https://t.co/gtpFUEO6K3
14:47RT : La préfecture de la et les sous-préfectures de et seront exceptio… https://t.co/YYph5lre5z
14:47RT : Les mots nous manquent à la lecture de cette phrase ignoble, les sentiments nous manquent devant tant de violence g… https://t.co/OfBORr83lk
14:47RT : Comment les gens de droite si prompts à défendre le retour à l’ordre moral, si à cheval sur les valeurs cathos, si… https://t.co/WmH2bPHe4q
14:46RT : Un excellent moment radiophonique mais surtout politique ! Il y a donc des citoyens.nes heureux de vivre sous la co… https://t.co/eU0OF4c8NB
13:04 Des infos forcément utiles aux agriculteurs. C dans : https://t.co/w80JfEbgL4
12:42France : Info préfecture : la baisse des débits d'eau se poursuit -> https://t.co/xd0kbEtdUA

Aude Lemordant : « J’aimerais réitérer l’exploit à Châteauroux »

L’équipe de France de voltige aérienne, championne du monde en titre, est de retour à Châteauroux pour une semaine d’entraînement. Rencontre avec Aude Lemordant, l’une des deux femmes de l’équipe.

Née en 1982, Aude Lemordant a fait son baptême de l’air à 14 ans. Elle a été l’une des plus jeunes pilotes de ligne sur Airbus A320. Sélectionnée en équipe de France en avril dernier, elle remettra son titre en jeu lors des 30e championnats du monde qui se dérouleront du 22 au 31 août à Châteauroux.
- Comment avez-vous débuté ?
- J’ai commencé à piloter avec le planeur, j’avais 14 ans. Mon père en faisait. Avec le planeur, j’ai découvert cette sensation de voler et de piloter et c’est vraiment ce qui m’a plu. D’en faire son bureau, je me suis dit que ça devait être quelque chose de formidable. Dans un second temps, j’ai donc décidé de passer à l’avion et d’en faire mon métier.
- Et comment êtes-vous venue à la voltige ?
- En aéroclubs, on peut avoir accès à des avions de voltige qui permettent une première approche et il y a des clubs qui sont dédiés à la voltige avec des équipes. Par ailleurs, lors de notre formation de pilote de ligne, on vole sur ce type d’appareil. On a des modules de position inusuelle mais ce n’est pas de la voltige à proprement parler.
- Vous êtes entrée chez Air France à seulement 21 ans...
- Oui, j’ai volé sur Airbus A320 pendant six ans et là aujourd’hui je suis sur Boeing 777.
- Châteauroux est un lieu important pour vous...
- Oui, Châteauroux est pour moi un terrain exceptionnel. J’ai fait mes premiers tours de piste sur l’Airbus A320 ici à Châteauroux. Puis j’ai fait ma première compétition à l’aérodrome de Villers en 2005. Et en 2015, j’ai eu la chance de gagner les championnats du monde en individuel et en équipe à Châteauroux. Donc effectivement, c’est un terrain avec une forte symbolique. Je suis ravie de revenir. Evidemment j’aimerais réitérer l’exploit. On verra mais on fera tout ce qu’il faut pour.
- Vous revenez à la compétition après deux ans d’absence...
- Oui, après les championnats à Châteauroux, j’ai fait une parenthèse : j’ai eu une petite fille. Donc là c’est mon premier championnat du monde depuis 2015. J’ai repris l’année dernière. Il faut retrouver le physique, retrouver les sensations et voir un peu où on en est car pendant trois ans, les autres ne nous ont pas attendus : le niveau a monté, les pilotes ont progressé, les critères ont évolué aussi. L’idée c’est de retrouver sa technique et de l’améliorer pour être au niveau dans un mois maintenant. C’est une technique qui s’acquiert et qui se perfectionne au fil des ans.
- Comment se déroulent vos entraînements ?
- On a des semaines un peu type avec l’équipe de France. On arrive le dimanche soir et on repart le vendredi. On vole chaque jour à raison de deux vols de 10 à 15 minutes. C’est relativement court mais on fatigue vite et cette semaine est un peu particulière car on attend de grosses chaleurs, donc les vols vont être réduits. Il y a des gens qui sont plus ou moins sensibles. Moi, j’aime bien voler quand il fait chaud. Le gros danger, c’est la déshydratation. Déjà en temps normal, sur un vol, on va perdre 1 à 2 litres d’eau. Quand il fait très chaud sous la verrière, c’est encore pire. On essaie de le prendre en compte et de faire le nécessaire.
- Quelles sont les épreuves en compétition ?
- Il y a plusieurs épreuves. La voltige s’apparente un peu au patinage artistique : on va présenter un programme pour des juges qui sont au sol. C’est donc un jugement humain avec les avantages et les inconvénients que ça présente. C’est un sport de présentation : on va évoluer dans un volume d’un km de côté que l’on appelle un box et l’idée c’est d’enchaîner des figures en les présentant le mieux possible. On va être notés sur la précision. On part d’une note de 10 et dès qu’on fait une erreur de 5 degrés de secteur, on est pénalisés et donc la note descend. On a un programme “connu libre” : c’est un programme sur lequel on s’est entraînés toute l’année avec quelques figures de base qui sont imposées. Et on a des programmes inconnus libres, c’est-à-dire que chaque pays va poser un programme qui sera présenté pour la première fois le jour de la compétition.
- Quelles sont vos sensations quand vous êtes en l’air ?
- Sur une compétition, les choses vont vraiment très vite, on n’a pas le temps de réfléchir. Il faut une très grande concentration. On essaye de mentaliser au sol ce qu’on va faire car en l’air, on n’a pas vraiment le temps d’admirer le paysage !
- Est-il plus difficile d’être une femme dans ce milieu ?
- Je pense qu’aujourd’hui les femmes sont parfaitement admises et elles ont fait leurs preuves. C’est sûr que nous sommes peu nombreuses mais aujourd’hui on est capables de rivaliser avec les hommes et d’avoir une place qui est tout à fait légitime.
Propos recueillis par Jean-Marc Desloges et Lisa Brissaud

L'interview d'Aude Lemordant