Fil info
16:38Par contre, cette année, l' n'est plus là pour publier une photo de la commémoration au monument de l'e… https://t.co/euZNNcnbwt
14:55RT : Donner plutôt que vendre ou jeter, en quelques clics https://t.co/NbfaHrTj7k https://t.co/KCSKlGehoP
14:54RT : Séisme dans le sud-est : quatre blessés dont un grave (nouveau bilan préfectures) https://t.co/yxerv4pHvG
14:52RT : Après la démission d’Evo Morales, la Bolivie plonge dans l’inconnu https://t.co/bdeqjA64kS
14:48RT : Le commandant des forces armées avait exigé la démission de . Cette démission aux allures de coup d’Etat n’… https://t.co/p62tAQPYwp
14:47RT : « Le vinyle, on a commencé avec, on finit avec » : à Limoges, deux copains disquaires ont ouvert leur magasin il y… https://t.co/ZC45kNiNe2
14:40RT : Au lendemain des élections législatives qui ont vu un essor massif du parti fasciste Vox, des manifestants bloquent… https://t.co/CFZb5qTIrZ
14:38RT : Mardi 12 Novembre, disons stop à la précarité étudiante ! https://t.co/7gnj4omXPu
14:36RT : "Ce canard c'était un patrimoine, c'était le quotidien de la classe ouvrière" Georges Châtain, journaliste à l'écho… https://t.co/CTqnpWhBoL
14:35RT : Disparition de l'Echo Dordogne. Pour Germinal Peiro : "un signal inquiétant pour le pluralisme des idées (...) Il… https://t.co/UEaWHp8gIO
14:33RT : Hommage mérité pour une personne discrète et fidèle à la table de presse et à son métier de journaliste depuis tant… https://t.co/QnpGmShQ7q
14:27RT : Durant 33 ans, Gérard Raymond, mon ex-collègue du service des sports de n'a loupé qu'un seul match de ch… https://t.co/i34BFuY9RV
10:20VIN de PAILLE : attaqués par le Jura, les Vins de Corrèze conservent leur A.O.C. “Vin de paille”… https://t.co/aOKncVxOlk

Visite guidée au centre national de tir sportif

Le centre national de tir sportif (CNTS) a fait pour la première fois samedi l’objet d’une visite avec l’office de tourisme. Les participants ont découvert au dernier moment leur destination même si certains avaient deviné.
Ce samedi après-midi rendez-vous était donné aux participants de la quatrième visite secrète de la saison près de l'entreprise Elis Berry route de Lignières. De quoi leur mettre la puce à l'oreille sur la destination. D'un côté, l'ancienne base militaire de la Martinerie ; de l'autre, le Centre national de tir sportif (CNTS). C'est finalement vers ce dernier que s'est dirigée la trentaine de personnes inscrites, accueillies à l'entrée par Christophe Desfrançois, directeur-adjoint du site.
Le CNTS occupe une emprise d'un peu plus de 100 ha sur la partie sud de l'ancienne base militaire. La Fédération française de tir sportif a longtemps cherché un lieu où implanter un pôle d'excellence. Impensable en région parisienne vu le prix du foncier. Avec l'aide de l'Etat et des collectivités locales, le projet a donc vu le jour à Châteauroux, « un vieux rêve devenu réalité », commente  Christophe Desfrançois. Et il a été mené tambour battant car il fallait être prêt pour accueillir en 2017 les championnats du monde de tir sportif, la candidature de la France ayant été retenue.
Si les compétitions qui sont régulièrement organisées ici sont ouvertes au public sous certaines conditions*, le site est encore largement méconnu. Cette visite, la première organisée par l'office de tourisme, a donc permis de découvrir les différentes installations. Le CNTS a été conçu pour pouvoir accueillir toutes les disciplines relevant du tir sportif entre 10 et 600 mètres en faisant un lieu unique en Europe à ce jour. Les visiteurs ont eu le privilège de voir les différents stands de tir. Ils ont aussi pu comparer la qualité des installations car Christophe Desfrançois a tenu à commencer sa visite par un stand de 25 mètres construit à l'origine pour les forces de sécurité mais qui ne correspond plus aux conditions d'entraînement actuelles et que les tireurs locaux se sont du coup réapproprié. Ici, ni wi-fi, ni chauffage, ni climatisation...
ultra moderne
Le jour et la nuit avec le bâtiment olympique, conçu pour accueillir des compétitions internationales avec notamment son très impressionnant stand de tir à 10 mètres, ses quatre-vingt postes et ses cibles électroniques pour le pistolet et la carabine. Les compétiteurs ont à leur disposition une armoire forte où déposer leurs armes et de prendre une douche. « Le grand luxe ! », résume Christophe Desfrançois.
À l'extérieur, les visiteurs ont aussi pu assister à un entraînement de ball-trap devant l'impressionnante butte constituée avec la terre décaissée lors des travaux et sur laquelle une toile a été tendue qui permet aux plombs de ruisseler dans une gouttière où ils sont ramassés. Un arrêt a aussi été effectué sur le stand de 200 mètres où un championnat d'Europe sur silhouettes va se tenir cette semaine. Pour l'heure, le CNTS est réservé à l'élite mais les licenciés locaux ne désespèrent pas d'y avoir un jour accès.
Les visiteurs ont posé de nombreuses questions sur la pratique du tir sportif et au-delà sur les armes à feu. « Nous, on fait des trous dans des cartons, on ne tire pas sur des gens. Ce qui est terrible pour nous, c'est de voir des pics d'inscriptions après un attentat par exemple. Nous, ce n'est pas notre but, on veut juste faire du tir sportif », insiste le directeur-adjoint.
Ce samedi, les stands sont déserts et silencieux alors qu’ils sont d'ordinaire bruyants et source de nuisances sonores en particulier pour les habitants du quartier proche de Grangeroux. Le CNTS a d'ailleurs décidé de lui-même d'arrêter les tirs le dimanche afin de préserver la tranquillité du voisinage.
La visite aura duré 2 h 30, ce qui en dit long sur l'intérêt qu'elle a suscité. Une autre visite est prévue en août.
J-M Desloges

* Toutes les compétitions organisées au CNTS sont ouvertes gratuitement au public. Le calendrier est disponible auprès de l'office de tourisme. Pour y accéder, on doit se munir obligatoirement de sa carte d'identité et de bouchons d'oreille (ou d'un casque).

Pas d'épreuves olympiques à Châteauroux
Avec ses installations aux normes internationales, le CNTS rêvait d'accueillir les épreuves de tir sportif aux JO de 2024 à Paris. Ce ne sera pas le cas. Le CIO (comité international olympique) exigeait notamment de privatiser les voies d'accès et imposait des hôtels 5 étoiles pour y recevoir les délégations... Les épreuves auront finalement lieu au Bourget où des stands éphémères seront construits pour l’occasion. Par contre, le CNTS sera le théâtre des derniers entraînements de l'équipe de France et d'autres équipes nationales comme la Chine, en raison de la présence d’Eurosity.