Fil info
19:33Issoudun : Hôpital : la télémédecine c’est maintenant -> https://t.co/Zn3L2f1M3l
19:33 88%? On ne m'a jamais demandé mon avis...
19:30Déols : Dix-huit candidates pour une seule place de Miss Centre -> https://t.co/ms5IXRRMnw
19:28Châteauroux : L214 sur le marché pour dénoncer les conditions d’élevage -> https://t.co/dQjjde0KjI
19:25Le Poinçonnet : Très bons débuts du Poinçonnet -> https://t.co/tBZ7j4U1wL
19:07Coulounieix-Chamiers : Préfet Frédéric Perissat : « nonobstant la loi chasse, je reste le patron » -> https://t.co/WGQBNSjKM6
18:36Périgueux : Prise de conscience de l’urgence climatique et sociale -> https://t.co/3npg9YL2Rs
18:19RT : Pour un Jean-François choqué, l’incarcération de est particulièrement sévère au regard de son âge. Venant… https://t.co/oRDsTLZrE8
18:18RT : La droite qui s’indigne de l’incarcération de Patoche c’est la même qui a fait du « laxisme de la justice » son fon… https://t.co/YWj0Z29AGn
18:04Saint-Laurent-sur-Manoire : Une troisième saison riche de découvertes -> https://t.co/Ksxua3wlZj
18:04RT : [A LA UNE A 18h00] De nouvelles scènes de violence ont émaillé des manifestations interdites à Hong Kong, la police… https://t.co/3SuiyShqYU
18:00Castelnaud-la-Chapelle : Sensibiliser le public aux enjeux du climat et de la biodiversité -> https://t.co/00uPHwNESp
14:18RT : Merci aux ⁦⁩ ⁦pour cette article sur le train des primeurs. Ils confirment mes propos ainsi que ceux de ⁦… https://t.co/a1wVulXTlH
08:26Périgueux : (VIDÉO) Jean-Philippe Granger : "le monde agricole est aussi des négociations sur le réforme des retrai… https://t.co/quugxSk02B
07:08Chancelade : Deux incendies, une maison totalement détruite aux portes de Périgueux -> https://t.co/zJ68vKjs43

Un stage de théâtre sous le patronage de Kaamelott

Joëlle Sevilla, dame Seli, la mère de la reine Guenièvre dans la série télé Kaamelott, était à La Châtre toute la semaine pour animer un stage de perfectionnement théâtral. Les stagiaires donnent une représentation dimanche.

Joëlle Sevilla, actrice et comédienne, notamment connue pour son rôle de dame Séli dans la série Kaamelott, est également la fondatrice de l’Acting Studio, une école d’acteurs installée à Lyon. Chaque été, elle propose un stage de théâtre dans la capitale des Gaules mais cette année, tout juste sortie du tournage du film Kaamelott, elle a choisi de venir au cœur du Berry, à La Châtre, sur une invitation de son amie Patricia Darré, présidente de l’association Coup d’pouce.
Elle a donc débarqué début août avec deux enseignants-comédiens, Nicolas Musilli et Jerôme Palmer, et dix-neuf stagiaires issus de troupes amateurs ou simples novices, venant de toute la France, de Lyon, Bordeaux, Toulouse, Dax mais aussi Châteauroux, Argenton-sur-Creuse, La Châtre,... Le matin, les stagiaires perfectionnaient leur technique (voix, interprétation, travail du corps), l’après-midi ils répétaient des scènes. « En huit jours, on leur apprend surtout de la technique, explique la comédienne. Ce qui est important c’est qu’ils repartent avec plein de choses. On donne des idées, des références, qu’ils peuvent ramener ensuite chez eux ou dans leur compagnie. »
À moins de 48 heures de la représentation de fin de stage (voir encadré), la mémorisation des textes est encore approximative. Les répétitions s’enchaînent, ce qui n’effraye pas Sylvie, mordue d’art dramatique venue de Meaulnes dans l’Allier et qui interprète dimanche une scène du film Le Cave se rebiffe. C’est son premier stage avec Joëlle Sevilla. « Ce stage est extraordinaire, se délecte-t-elle. C’est professionnel, on découvre ce qu’est le théâtre. Maintenant, je verrai différemment les pièces. J’ai compris ce qu’est la mise en scène, pris conscience de l’importance du corps. Mon seul regret, c’est qu’on n’ait pas accès au théâtre Maurice-Sand pour la représentation de dimanche. »
Venue de Châteauroux, Sandrine est membre de la troupe du théâtre de la Mûrisserie. Elle aussi vit un grand moment de théâtre. « Le stage est intense, je dors très peu depuis le début de la semaine, confie-t-elle avec le sourire. J’ai appris des choses par rapport au jeu de l’acteur, notamment comment travailler le texte et les intentions de jeu. J’ai aussi compris ce qu’on doit apporter au spectateur, comment entrer dans la peau du personnage, utiliser ses propres sentiments pour le faire vivre, la justesse de jeu liée à l’intention ou encore la notion de quatrième mur. »
Maïlys est venue de Toulouse et vit elle aussi son premier stage.
Comédienne amateure, elle s’oriente vers des études de réalisatrice et s'apprête à entrer à la prestigieuse Femis, l’école nationale supérieure des métiers de l'image et du son. « Je suis intéressée par la direction d’acteurs,  précise-t-elle. Ici, le stage est très technique, j’adore, ça va vite. Les professeurs pensent comme des professionnels, ils sont hyper rassurants et hyper bienveillants. Sans leurs conseils, je n’aurais jamais envisagé de jouer en allant chercher à l’intérieur de moi-même, en déroulant des images personnelles pour atteindre un objectif. Il faut se servir d’images qui nous soient propres, des images précises, mais sans pour autant les revivre. »

« Nuit du théâtre », dimanche 11 août, salle des fêtes de La Châtre, à partir de 20 h 30.   Casting puis, à 22 h Mauprat, d’après le roman de George Sand, sur une adaptation, mise en scène et scénographie de Jean-Paul Zehnacker.
Entrée gratuite.