Fil info
14:19 Formidable 👍
13:42Le surnom de "Poupou" lui a été donné par un journaliste du quotidien communiste du Centre, di… https://t.co/iG6trKRIOz

Baisse des effectifs mais activité en hausse pour la CAF

Le conseil d’administration de la CAF de l’Indre a présenté hier à la presse le rapport d’activité 2018 des services. L’année a été marquée par une hausse de l’activité, handicapée par une baisse des effectifs.
Baisse des effectifs mais
activité en hausse pour la CAF
Organisme de droit privé, la Caisse d’allocations familiales assure le versement des prestations sociales et accompagne les collectivités dans leur politique sociale. « La présentation du rapport d’activité est l’occasion de rappeler ce que la CAF apporte dans la vie des citoyens, souligne Luc Della-Valle, le président du conseil d’administration. Elle crée notamment des équipements, en partenariat avec les collectivités, qui participent à l’aménagement et à l’attractivité du territoire. »
Dans les territoires justement, le rapport d’activité 2018 indique que les difficultés persistent pour les plus précaires. « Le rapport montre des signes de précarisation de la population, analyse le président. 15 % de la population n’a aucun autre revenu que les prestations sociales, un chiffre en augmentation chaque année. D’autre part, 29 millions d’euros sont consacrés au versement du RSA. On constate une augmentation du nombre de bénéficiaires de 6 % mais une augmentation de 10 % du montant des prestations versées. Ce sont des signes qui ne sont pas encourageants mais la CAF est le dernier filet avant l’exclusion. » Et si le nombre de bénéficiaires du RSA augmente, la durée moyenne augmente elle aussi. Les gens sont plus longtemps au RSA, « le signe d’une précarité qui s’installe durablement ».
14 000 primes d’activité
L’année 2018 a également été marquée par un accroissement d’activité pour les équipes, en partie lié à la généralisation de la prime d’activité, faisant passer le nombre de bénéficiaires de 10 000 à plus de 14 000. Les agents ont dû venir trois samedis matin en début d’année pour traiter le surplus de dossiers. Pourtant, des suppressions d’effectifs sont prévues. L’action de la CAF est guidée par le contrat d’objectif soumis par l’État. Celui-ci demande en effet la suppression de 16 postes sur un effectif d’environ 140 personnes et une baisse du budget de fonctionnement de 27 % pour répondre au diktat de Bercy. « Notre rôle est de mettre en œuvre les politiques publiques mais c’est de plus en plus difficile, concède Alain Têtedoie, le directeur. La précarisation est nettement plus marquée dans l’Indre qu’ailleurs. »
Dans le département, la CAF assiste à une évolution de son rôle.  La population vieillit et fait moins d’enfants. La CAF accompagne donc de moins en moins de familles, son objectif de départ, mais verse de plus en plus de prestations sociales et d’allocations. « Cette situation renforce encore plus notre obligation de proximité et d’être rapide dans le traitement des droits, continue le directeur. 90 % des demandes sont traitées en moins de quinze jours. Il faut être rapide car en cas de manque, les gens sont tout de suite en besoin alimentaire. Pourtant, les conditions du maintien de réactivité sont liées aux conditions de gestion. » Autrement dit, avec du personnel en moins, le traitement des dossiers prendra plus de temps. D’autant qu’une autre échéance se précise avec la création d’un revenu universel (RU) soumis à l’étude par le gouvernement. Ce RU regrouperait toutes les prestations sociales en une.
Autre évolution, la CAF a transféré la gestion du centre aéré de la Pingaudière à la ville de Châteauroux. Elle ne gère plus, désormais, que le centre social du Blanc mais « les discussions vont bientôt s’ouvrir avec la mairie pour sa reprise ». Enfin, il est nécessaire de rappeler que 30 % de la population ne sollicite pas les prestations auxquelles elle a droit, c’est le non-recours aux droits, un réel problème qui aggrave la situation des plus précaires...

Les chiffres 2018
- Budget global : 235 239 209 euros dont 5 481 980 euros de budget de gestion administrative
- Montant moyen des prestations versé par allocataire : 5 835 euros
- Nombre d’allocataires : 37 268
Les prestations
- Entretien des enfants : 49 753 072 €
- Naissance et accueil jeune enfant : 30 886 479 €
- Aides au logement : 46 031 507 €
- Lutte contre la précarité :
48 233 582 €
- Accompagnement du handicap : 42 542 610 €
L’action sociale
- Aide aux familles : 356 611 €
- Aide aux partenaires : 9 558 755 €
- Services CAF : 2 394 612 €

Lutte contre la fraude
- Nombre de contrôles : 350 (350 en 2016)
- taux de contrôle positif : 81,68 % (69,43 % en 2016)
- Nombre de fraudes detectées : 113 (61 en 2016)
- Montant des indus : 468 331 euros (312 000 euros en 2016)
- Nombre de pénalités : 63 (31 en 2016)