Fil info
21:49Très nombreux avec notre maire Vincent Millan pour défendre notre territoire de mobilité https://t.co/gCKHfA1Hga
20:16 Rétablissons les faits réels : a publié une image de cette cérémonie.
09:51L toujours avec nous et dans notre ❤️ le faire vivre une urgence !! https://t.co/WkKC72f5CT
09:20Aujourd’hui jour de soutien à Sylvie postière à qui passe en conseil de discipline ✊🏼… https://t.co/eRtiBqNEM9

Le triporteur de Télématin sur la piste des produits berrichons

Le triporteur emblématique de l’émission Télématin est dans l’Indre cette semaine pour faire découvrir les produits du terroir berrichon.
Affichant plus de 350 épisodes au compteur, le chroniqueur gastronomique Loïc Ballet raconte chaque semaine dans Télématin une histoire de terroir au guidon de son triporteur. Le but est de mettre en valeur des produits régionaux en allant à la rencontre des producteurs locaux et des restaurateurs qui subliment ces produits.
« Le principe, c’est un produit, un chef, précise le chroniqueur qui a fait ses classes auprès de Jean-Pierre Coffe. On prend un chef et on le sort de sa cuisine. » Pour l’Indre, il a demandé à Christophe Marchais (Jeux 2 Goûts) d’aller cuisiner un citrouillat à la courge sucrine, directement dans les champs de son producteur, aux jardins de l’Érable à La Berthenoux et à Arnaud Gauthier (l’Auberge Saint-Fiacre) de cuisiner une pyramide de Valençay à la ferme de la Fringale, à Veuil.
« Je suis déjà venu manger chez Christophe il y a un an et demi mais jamais avec le triporteur, raconte Loïc Ballet. On a choisi de mettre en avant la sucrine car c’est un produit peu connu et puis, c’est un clin d’œil pour Halloween. Le Berry est un lieu qui parle aux téléspectateurs. Avec le triporteur, on vient aussi raconter le territoire, pour donner envie aux gens de le découvrir et de le protéger. L’idée est de défendre les produits du terroir. C’est comme ça que je m’imagine le bien manger. La modernité, c’est de retourner au terroir. »
Une philosophie qui correspond à la cuisine que propose Christophe Marchais. « Il y a douze ans et demi, quand on est arrivé, les gens n’attendaient pas ça. On arrivait après la vague moléculaire, qui a fait beaucoup de mal à la gastronomie. Nous, on respecte la saisonnalité et on cuisine des produits locaux. » Diffusion prévue le 31 octobre sur France 2.