Brexit : le royaume prend l’eau et Theresa May reste floue

ROYAUME UNI

S’en prenant surtout à la Première ministre écossaise qui veut un référendum pour sortir du Royaume, Theresa May n’a finalement rien dit de précis sur le calendrier du Brexit.
« Dans les prochains jours », « d’ici la fin du mois » : dans un discours attendu de la chambre des communes où siègent les députés britanniques, la Première ministre anglaise Theresa May n’a hier finalement donné aucune précision sur le déclenchement du Brexit. Depuis la veille (lundi), elle a en effet
les mains libres pour lancer le Brexit dans les conditions qui lui conviennent, les députés ayant fait ce qu’elle leur demandait - à savoir rejeter les amendements proposés par les lords visant à conférer au parlement le dernier mot sur l’accord final avec Bruxelles.
Il ne manque concrètement que l’ « assent » royal, que Theresa May a donc annoncé pour « dans les prochains jours ». Nulle date précise non plus sur son invocation de l’article 50 du traité européen de Lisbonne qui donnera le coup d’envoi officiel des discussions avec les Européens sur les modalités du divorce.
Elle s’est en effet contentée d’affirmer qu’elle « reviendrai(t) devant cette chambre d’ici la fin du mois pour vous informer», le 31 mars étant la date butoir qu’elle s’est donnée depuis longtemps.
En revanche, la Première ministre ne s’est pas privée de fustiger son homologue écossaise Nicola Sturgeon qui a choisi ce lundi pour annoncer sa volonté d’organiser un nouveau référendum d’indépendance de l’Ecosse fin 2018 ou début 2019. « Ce n’est pas le bon moment pour faire de la politique politicienne et créer de l’incertitude » a ainsi déclaré Theresa May avant de préciser que l’accord que Londres doit signer avec Bruxelles à l’issue les négociations du Brexit vaudrait « pour l’ensemble du Royaume-Uni ». Un Royaume de moins en moins uni puisque le Sinn Fein d’Irlande du Nord où la population avait aussi voté contre le Brexit, a emboîté le pas à Nicola Sturgeon et appelé à la tenue d’un référendum d’union avec la République d’Irlande
« dès que possible ».
A.S. avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.