Fil info
23:35La une du Jeudi 27 Juillet 2017 https://t.co/lriYQ630fb
09:16Dans notre édition d'aujourd'hui : - Haute-Vienne : Pour l'AVEC, la grève se termine mais la lutte continue -... https://t.co/0z3rkIdMPm

Des manifestants durement réprimés et une censure médiatique de plus en plus lourde

TURQUIE.

Premier mai sous tension en Turquie où la police a sorti lacrymos et balles en caoutchouc pour disperser environ 200 manifestants qui souhaitaient rallier la place Taksim d’Istanbul à l’occasion de la fête des Travailleurs, malgré l’interdiction des autorités indiquent nos confrères du Monde. Une répression qui intervient après que le gouvernement du président islamo-conservateur Recep Tayyip Erdogan ait interdit samedi les émissions télévisées de rencontres amoureuses et congédié près de 4 000 fonctionnaires, tout en bloquant l’accès à l’encyclopédie en ligne Wikipedia. Selon un décret publié samedi en vertu de l’état d’urgence imposé après la tentative de coup d’Etat de juillet, les 3 974 fonctionnaires révoqués comprennent un millier d’employés du ministère de la Justice et un millier d’autres dépendant de l’armée. Le 26 avril, la Turquie avait déjà arrêté plus de 1 000 personnes et suspendu plus de 9 100 policiers dans le cadre d’une nouvelle purge contre ceux qui sont présentés comme des partisans du prédicateur réfugié aux Etats-Unis Fethullah Gulen, auquel Ankara fait porter la responsabilité du coup d’Etat avorté du 15 juillet.
M.R. avec AFP. PHOTO AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.