Fil info
16:16Dordogne : Enquêtes dans le passé -> https://t.co/CAqIDvr7mt
14:42Seilhac : Un réseau de Voisineurs en projet -> https://t.co/2U3Ql5pM1y
13:48Faux-la-Montagne : Fichés F comme Fraternité https://t.co/NlxpLr9W7O via
12:49RT : Plus que 3 et on a bioman https://t.co/LJi54gAME6
12:48RT : Retour à « l’ancien monde » : en visite à pour évoquer le désenclavement de la région la ministre des tran… https://t.co/r4wWEiCMP5
12:46RT : Hier, nous avons appris la démission du doyen de la fac de droit https://t.co/7Vb1p3lHKi
22:48International : L’Aquarius veut repartir « au plus tard fin juillet » -> https://t.co/L6bzOStr2v
22:46International : Trump-Poutine : un face-à-face de détente -> https://t.co/Tx4pilXpwv
19:30Région : Avec la mort de l’auteur des faits l’enquête est close -> https://t.co/RX3HdkC3HV
18:32Châteauroux : Sur la voie de l’harmonie avec l’aïkido et les arts martiaux -> https://t.co/BEqnD9GWNZ
18:15Argenton-sur-Creuse : L’AIDAD en recherche d’employeurs -> https://t.co/xng5F78M5P
17:59Indre : A Buzançais, tous européens ! -> https://t.co/xjPbeSRNoG

Paris en fond de cale

MIGRANTS. Emmanuel Macron convoque un mini-sommet Europe-Afrique.

ARRANGEMENT
Le président français, Emmanuel Macron, a ouvert hier un nième sommet sur la crise migratoire, destiné à chercher une réponse toujours plus sécuritaire face à la route meurtrière transitant par la Libye et la Méditerranée.
Cette réunion «peut constituer le début d’un nouveau rapport entre l’Europe et l’Afrique», a plébiscité le ministre italien de l’Intérieur, dans une déclaration conjointe avec ses homologues du Tchad, du Niger, du Mali et de la Libye qu’il a reçus parallèlement lundi matin à Rome. Les discussions à Paris ont réuni les présidents tchadien et nigérien, Idriss Deby Itno et Mahamadou Issoufou, ainsi que le chef du gouvernement d’entente nationale libyen, Fayez al-Sarraj, dont les pays sont au coeur du transit de migrants d’Afrique et du Moyen-Orient vers les côtes européennes. Pour l’Europe, étaient présents la chancelière allemande Angela Merkel, les chefs de gouvernement italien et espagnol, Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy, ainsi que la cheffe de la diplomatie européenne, Federica Mogherini.
La réunion visait à «réaffirmer le soutien de l’Europe au Tchad, au Niger et à la Libye pour le contrôle et la gestion maîtrisée des flux migratoires», selon la présidence française. Traduction : a entériner le système de lutte contre l’immigration illégale basé sur le report des frontières européennes et de la gestion des flux sur le sol africain, à grand coups de subventions aux états. Fussent-ils assis sur les droits de l’homme, le droit d’asile et le secours humanitaire le plus élémentaire.
Une approche aussi illégale qu’inefficace puisque le chaos d’aujourd’hui en Méditerranée résulte notamment de l’accord controversé avec la Turquie en 2016. En 2015, lors du sommet sur la migration à La Valette (Malte), l’UE avait encore mis sur la table 1,8 milliard d’euros via un fonds pour les pays africains. Et l’UE a versé en juillet une aide de 10 millions d’euros au Niger pour lutter contre l’immigration clandestine, premier décaissement d’un programme décidé en 2016. Résultat, les efforts même des pays présents à Paris hier sont en train de se reporter sur d’autres routes migratoires, notamment du côté du Maroc et de l’Espagne. Avec une seule et même constance : la tragédie humaine, avec 14.000 morts en Méditerranée depuis 2014.
Embargo sur les armes
Autre problème, les éléments du «deal» diplomatique. Le dirigeant libyen Fayez-al Sarraj, qui ne contrôle qu’une faible partie du territoire en proie au chaos, demande aux pays européens de faire pression pour lever l’embargo sur les armes imposé par l’Onu en 2011, afin d’équiper ses garde-côtes et les garde-frontières. Officiellement.
Enfin, ce mini-sommet intervient après l’annonce côté français de la création de «hotspots» - centres d’enregistrement des migrants
- en Libye, au Niger et au Tchad. Si la présidence française a vite fait machine arrière sur la Libye en raison des conditions de sécurité et de détention, une délégation de l’Office français de protection des réfugiés et des apatrides a été envoyée début août au Tchad et au Niger. Or les associations regardent avec inquiétude ces projets : «On repousse la frontière européenne dans des pays de plus en plus lointains», constate Eva Ottavy, de l’ONG française Cimade.
F.D avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.