Fil info
18:51Châteauroux : Conseil citoyen cherche citoyens -> https://t.co/FkiGiB2qoG
18:48Indre : Alice Tiroille a accosté sur l’île aux sirènes -> https://t.co/BSNF9uQ3KW
15:19Indre : L’EPHAD a salué le travail de Camille Petit -> https://t.co/bUycEGh1KY
15:18Indre : Son union régionale et une banque soutiennent AVF -> https://t.co/T7kZDjFKcM

Pour Antonio Guterres il faut « ouvrir les barrières »

TERRITOIRE PALESTINIEN. Le secrétaire général de l’ONU appelle à la levée des blocus israélien et égyptien imposés à la bande de Gaza où la crise humanitaire perdure.

GAZA
« Je suis profondément ému d’être à Gaza aujourd’hui et d’être, malheureusement, le témoin de l’une des crises humanitaires les plus dramatiques qu’il m’ait été donné de voir en de nombreuses années de travail humanitaire aux Nations unies », a déclaré le responsable onusien. Antonio Guterres, qui a été Haut commissaire de l’ONU aux réfugiés (HCR) entre 2005 et 2015, effectuait sa première visite dans le territoire palestinien depuis son entrée en fonctions en janvier. « Il est important d’ouvrir les barrières » conformément à la résolution 1860 adoptée en 2009 par le Conseil de sécurité de l’ONU en pleine confrontation armée entre le mouvement islamiste Hamas, qui gouverne la bande de Gaza depuis 2007, et Israël, a dit M. Guterres.
L’entourage du secrétaire général de l’ONU a confirmé que ce dernier avait bien à l’esprit les blocus imposés par Israël et l’Egypte à l’enclave, coincée entre ces deux pays et la Méditerranée. M. Guterres a aussi appelé la communauté internationale à renforcer son soutien humanitaire à la bande de Gaza, et indiqué qu’il avait ordonné le déblocage immédiat de quatre millions de dollars pour les activités de l’ONU dans le territoire. La bande de Gaza a connu depuis 2007 une quasi-guerre civile et trois guerres avec Israël. Elle est soumise depuis dix ans à un rigoureux blocus de l’Etat hébreu. Ce blocus se double d’une fermeture quasi permanente par l’Egypte de sa frontière avec la bande de Gaza depuis 2013. L’Egypte accuse le Hamas de soutenir l’insurrection jihadiste qui ensanglante le Sinaï contigu à Gaza. L’Egypte a détruit les centaines de tunnels de contrebande qui passaient sous la frontière et représentaient
une voie commerciale vitale pour les Gazaouis. Les blocus étouffent l’économie gazaouie. Le taux de chômage s’élève à 42%, et 80% des Gazaouis sont tributaires d’une aide, selon la Banque mondiale.
Un manque permanent d’eau et d’électricité Aux portes du désert, Gaza souffre d’un manque permanent d’eau et d’électricité. Les Gazaouis ne reçoivent plus que trois ou quatre heures quotidiennes de courant du réseau public depuis que l’Autorité palestinienne, internationalement reconnue mais évincée de Gaza par le Hamas, a décidé de ne plus payer l’électricité livrée aux Gazaouis par Israël. La bande de Gaza risque de devenir « invivable » d’ici à 2020, s’alarme l’ONU. M. Guterres a souligné qu’au-delà de l’urgence à court terme, « la solution aux problèmes des Gazaouis n’est pas humanitaire ». Il a affirmé la nécessité que l’Autorité palestinienne
et le Hamas, à couteaux tirés, surmontent leurs dissensions. Pour lui, ces divisions forment un obstacle à un règlement du conflit avec Israël et à la création d’un Etat palestinien.
Avec AFP

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question permet de vérifier que le formulaire n'est pas soumis par un robot (spam)
Fill in the blank.